Le Lar­vot­to ra­va­gé

Les plages de la Prin­ci­pau­té ont par­ti­cu­liè­re­ment su­bi le coup de mer. Les vagues ayant en­se­ve­li une par­tie du site où les dé­gâts ma­té­riels, hier ma­tin, étaient consé­quents

Monaco-Matin - - De Monaco À Menton -

Fluc­tuat nec mer­gi­tur .Le coup de mer de lun­di soir, qui heu­reu­se­ment n’a fait au­cune vic­time, a lais­sé le lit­to­ral de la Prin­ci­pau­té dans un état de dé­so­la­tion. Sur la plage du Lar­vot­to, hier ma­tin, les com­mer­çants ont dé­cou­vert un quar­tier presque en­sa­blé, les vagues ayant pous­sé le sable à hau­teur du mu­ret qui sé­pare la plage de la cour­sive où sont ins­tal­lés les com­merces, fa­vo­ri­sant ain­si le pas­sage de l’eau… Les jeux d’en­fants ont été en­sa­blés, le par­king sou­ter­rain inon­dé, les en­seignes toutes im­pac­tées.

« Par­ti­cu­liè­re­ment vio­lente »

«Nous étions aler­tés mais c’est une ca­tas­trophe par­ti­cu­liè­re­ment vio­lente, du ja­mais vu », se dé­sole Mi­chael Bat­ta­glia, co­gé­rant de la plage Nep­tune. L’ex­té­rieur de son res­tau­rant a été souf­flé par les vagues: paillotes ef­fon­drées, mo­bi­lier ex­plo­sé. « Nous de­vions clô­tu­rer la sai­son fin no­vembre, après ce coup de mer, nous al­lons peut-être de­voir ces­ser notre ac­ti­vi­té », souffle-t-il. Loi des séries, l’éta­blis­se­ment avait dé­jà été tou­ché ce week-end en re­ce­vant le tuyau de 36 mètres échap­pé du chan­tier sous­ma­rin de l’ex­ten­sion en mer. Ce der­nier a-t-il ser­vi de rem­part ou pro­vo­qué da­van­tage de dé­gâts sur la plage Nep­tune ? Les as­su­rances le dé­ter­mi­ne­ront. Le spec­tacle de dé­so­la­tion se pour­suit dans les éta­blis­se­ments Mia­mi et La Note Bleue, où la pro­prié­taire des lieux as­sure « n’avoir ja­mais vu ce­la ». La halte-gar­de­rie du Lar­vot­to, voi­sine, elle aus­si a souf­fert. La ving­taine d’en­fants ac­cueillis chaque jour a été re­pla­cée hier dans d’autres sites de la mai­rie. La crèche doit res­ter fer­mer toute cette se­maine, es­pé­rant rou­vrir lun­di.

« Si nous avions eu des bar­rières… »

Au Lar­vot­to Gym Cen­ter, le pa­tron, Claude Ser­ra, ex­plique avoir vu dans la nuit de lun­di à mar­di, « des vagues d’un mètre au-des­sus du mu­ret». Sa salle de sports a par­ti­cu­liè­re­ment souf­fert. L’eau s’est in­fil­trée au sol se trans­for­mant en boue. Hier ma­tin, l’heure était au grand net­toyage, en ten­tant de sau­ve­gar­der les machines pour qu’elles n’aient pas de contact avec l’eau stag­nante. « Des coups de mer, nous en avons dé­jà su­bi, il y a des choses à faire pour les évi­ter. Si nous avions eu des bar­rières de pro­tec­tion sur le mu­ret par exemple, ça au­rait re­te­nu une par­tie de l’eau », plaide le pro­prié­taire qui a pas­sé une par­tie de la nuit avec ses équipes à ten­ter de pro­té­ger son éta­blis­se­ment.

Du ja­mais vu

À quelques en­ca­blures, l’hô­tel Monte-Car­lo Beach, cou­tu­mier du fait, a été «consi­dé­ra­ble­ment im­pac­té » par le coup de mer fait sa­voir la SBM, pro­prié­taire des lieux, qui éta­blis­sait hier un in­ven­taire des es­paces tou­chés. De son cô­té, le gou­ver­ne­ment a dé­ployé une cin­quan­taine d’hommes de la Di­rec­tion de l’Amé­na­ge­ment urbain pour dé­blayer les al­lées, ins­tal­ler des pan­neaux de pro­tec­tion et créer une digue pro­vi­soire de­vant les ma­ga­sins du Lar­vot­to pour contrer le nou­veau coup de mer an­non­cé ce mar­di soir. « Nous n’avons ja­mais eu un tel coup de mer de­puis 25 ou 30 ans. Nous avions an­ti­ci­pé les condi­tions mé­téo­ro­lo­giques, mais pas ce coup de mer violent», avance Ma­rie-Pierre Gra­ma­glia, conseiller de gou­ver­ne­ment-mi­nistre qui a vi­si­té les dif­fé­rents sites tou­chés et pour qui « ce coup de mer, c’est aus­si un exemple du ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique ».

Mo­bi­lier et ins­tal­la­tions dé­vas­tés chez les pla­gistes du Lar­vot­to, où le sable a en­jam­bé le mu­ret pour ve­nir en­va­hir la pro­me­nade.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.