Ga­ra­van: «Des di­zaines de mil­liers d’eu­ros » de dé­gâts

La tem­pête Adrian a du­re­ment frap­pé les éta­blis­se­ments de plage du sec­teur si­tué à l’Est de Menton. Les dé­gâts sont consé­quents, même si l’éten­due des dom­mages reste en­core à éva­luer

Monaco-Matin - - De Monaco À Menton -

Une épaisse couche de sable, haute d’une bonne tren­taine de cen­ti­mètres. Ce ta­pis clair re­couvre le plan­cher de la ter­rasse du res­tau­rant Da Mit­chou, dans la baie de Ga­ra­van à Menton. Des portes vi­trées, brisées, gisent aus­si à terre. L’en­droit porte les stig­mates de la tem­pête Adrian, qui a du­re­ment frap­pé ce quar­tier de la Ci­té des Ci­trons. Les nom­breux éta­blis­se­ments de plage de l’en­droit ont été par­ti­cu­liè­re­ment tou­chés. « Ca­tas­tro­phique », soufflent les em­ployés qui net­toient, hier ma­tin peu avant dix heures, après le coup de mer. Les dom­mages sont ma­té­riels – au­cune vic­time n’est à dé­plo­rer – mais consé­quents. L’eau est ve­nue man­ger les plages sur plu­sieurs mètres. Et en mon­tant, la mer a tout em­por­té sur son pas­sage.

Le « bour­don­ne­ment » de la mer

« Tables, ma­te­las… tout est cas­sé », dit Claudio Bat­ta­gli­no, le gé­rant de La Dolce Vi­ta. Ce­lui qui est éga­le­ment pré­sident du Syn­di­cat des pla­gistes de Menton se tourne vers une jar­di­nière bri­sée, et trans­por­tée par les flots sur plu­sieurs mètres : «Elle pèse deux cents ki­los ». Ma­nière de sou­li­gner la puis­sance de la tem­pête. Bottes jaunes qui re­montent jus­qu’à la mi-mol­let, cas­quette vis­sée sur le crâne, il est là « de­puis mi­nuit». Il a d’abord en­ten­du du bruit, un « bour­don­ne­ment » , et il est tom­bé sur l’une des nom­breuses in­ter­ven­tions des pom­piers. Et puis Claudio Bat­ta­gli­no a pris son té­lé­phone, et il a ap­pe­lé les autres pla­gistes, même s’il n’y avait «pas grand-chose à faire ». En trente-six ans, il a dé­jà vu des coups de mer comme ce­lui de la nuit de lun­di à mar­di. Mais « plu­tôt en dé­cembre » ,en­tout­cas « ja­mais aus­si tôt » dans l’an­née.

« Une se­maine » de net­toyage

Seule­ment voi­là: la tem­pête a ba­layé le lit­to­ral men­ton­nais alors que plu­sieurs éta­blis­se­ments étaient en­core ou­verts, no­tam­ment en vue du pont du 1er no­vembre, sou­ligne Claudio Bat­ta­gli­no. Se­lon lui, il y en au­rait pour « des di­zaines de mil­liers d’eu­ros » de dé­gâts. C’est sans comp­ter «une se­maine» de net­toyage. À l’Est de Menton, les res­tau­rants et plages pri­vées ne sont pas les seuls à avoir été tou­chés, dans la nuit de lun­di à mar­di. Au Centre nau­tique de la ville de Menton, l’eau a em­por­té « tout ce qui traî­nait » ,les dé­gâts sont «consé­quents » même s’ils res­taient en­core à éva­luer hier. Juste à cô­té, dans les lo­caux de Menton Plus, le ser­vice ani­ma­tion du Centre com­mu­nal d’ac­tion so­cial, l’eau est mon­tée à une bonne ving­taine de cen­ti­mètres du sol. C’est ce que prouvent des traces sur un mur, qui semblent for­mer une ligne. Et des em­ployés mu­ni­ci­paux étaient à pied d’oeuvre pour net­toyer l’eau boueuse qui re­cou­vrait des cou­loirs et bu­reaux, hier ma­tin. Ces lo­caux sont pour­tant si­tués à une bonne tren­taine de mètres de la mer. Une nou­velle preuve de l’in­ten­si­té de la tem­pête.

Des ter­rasses re­cou­vertes d’une épaisse couche de sable : cette scène s’est ré­pé­tée, hier, dans de nom­breux éta­blis­se­ments de la baie de Ga­ra­van.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.