Le pro­jet de loi sur le crowd­fun­ding ou­vert à la consul­ta­tion pu­blique, une dé­marche construc­tive !

La Nouvelle Tribune - - Finances -

Dans le cadre des ef­forts des Pou­voirs pu­blics pour le ren­for­ce­ment de l'in­clu­sion fi­nan­cière des jeunes por­teurs de pro­jets, pour l'ap­pui au dé­ve­lop­pe­ment éco­no­mique et social et pour la ca­na­li­sa­tion de l'épargne col­lec­tive vers de nou­velles op­por­tu­ni­tés, le mi­nis­tère de l’Économie et des Fi­nances a pro­duit un pro­jet de loi re­la­tif au fi­nan­ce­ment de pro­jets par le pu­blic. Ce mode de fi­nan­ce­ment, connu sous le terme an­glais de «crowd­fun­ding» ou fi­nan­ce­ment col­la­bo­ra­tif, a fait l’ob­jet d’un dé­ve­lop­pe­ment consé­quent par­tout dans le monde au cours des der­nières an­nées. Le texte pré­ci­té, por­tant nu­mé­ro 15-18, est en consul­ta­tion pu­blique sur le site du SGG pour une pé­riode qui s’étend du 21 mars au 19 avril 2018, per­met­tant ain­si à cha­cun de pré­sen­ter re­marques et ob­ser­va­tions avant la ré­dac­tion de sa mou­ture dé­fi­ni­tive. Et l’Au­to­ri­té Ma­ro­caine des Mar­chés de Ca­pi­taux, AMMC, concer­née au pre­mier chef par tout texte re­la­tif au fi­nan­ce­ment de l’économie par ap­pel de fonds pu­blics, a no­tam­ment la charge de don­ner le maxi­mum de vi­si­bi­li­té à ce pro­jet de loi afin d’en as­su­rer la com­plé­tude préa­lable à son exa­men par­le­men­taire.

Ob­jec­tifs et cadre ju­ri­dique du crowd­fun­ding

Il faut sa­voir, tout d’abord, que le fi­nan­ce­ment col­la­bo­ra­tif opère à tra­vers des pla­te­formes in­ter­net per­met­tant la mise en re­la­tion di­recte et trans­pa­rente entre les por­teurs de pro­jets et les contri­bu­teurs.

Ces ac­ti­vi­tés prennent trois formes de fi­nan­ce­ment à sa­voir, l'in­ves­tis­se­ment en ca­pi­tal, le prêt et le don.

Pour sa mise en oeuvre, le fi­nan­ce­ment col­la­bo­ra­tif dis­pose d’un cadre ju­ri­dique qui per­met­tra :

-La mo­bi­li­sa­tion de nou­velles sources de fi­nan­ce­ment au pro­fit des très pe­tites, pe­tites et moyennes en­tre­prises et des jeunes por­teurs de pro­jets in­no­vants;

-La par­ti­ci­pa­tion ac­tive des Ma­ro­cains du monde aux pro­jets de dé­ve­lop­pe­ment du pays via un mé­ca­nisme de fi­nan­ce­ment simple, sé­cu­ri­sé et trans­pa­rent ; -L'ac­com­pa­gne­ment de la so­cié­té ci­vile dans le fi­nan­ce­ment de pro­jets à fort im­pact social et de dé­ve­lop­pe­ment hu­main;

-La li­bé­ra­tion du po­ten­tiel créa­tif et cultu­rel des jeunes; - Le ren­for­ce­ment de l'at­trac­ti­vi­té et du rayon­ne­ment de la place fi­nan­cière du pays. Ce cadre ju­ri­dique dans le­quel peut s’exer­cer le crowd­fun­ding, pré­voit la créa­tion de Pla­te­formes de Fi­nan­ce­ment col­la­bo­ra­tif, PFC, et de so­cié­tés de fi­nan­ce­ment col­la­bo­ra­tif, SFC, dont la mis­sion se­ra l’exer­cice des dif­fé­rentes formes du crowd­fun­ding. A cet ef­fet, il éta­blit un dis­po­si­tif com­plet de ré­gu­la­tion de ces ac­ti­vi­tés. En ef­fet, la col­lecte des fonds se fait ex­clu­si­ve­ment par le biais de Pla­te­formes de Fi­nan­ce­ment Col­la­bo­ra­tif, (PFC), qui per­mettent la mise en re­la­tion entre les por­teurs de pro­jets et les contri­bu­teurs. Les PFC sont clas­sées en fonc­tion de la forme de fi­nan­ce­ment col­la­bo­ra­tif qu’elles réa­lisent : Pla­te­formes d’in­ves­tis­se­ment, de prêt ou de don.

Le pro­jet de loi pré­voit éga­le­ment des Pla­te­formes de Fi­nan­ce­ment Col­la­bo­ra­tif Par­ti­ci­pa­tif (PFCP) dé­diées à la réa­li­sa­tion d’opé­ra­tions de fi­nan­ce­ment col­la­bo­ra­tifs conformes à la Cha­ria. Un même pro­jet ne peut être pro­po­sé sur plu­sieurs PFC en même temps. Ces PFC sont gé­rées par des So­cié­tés de Fi­nan­ce­ment Col­la­bo­ra­tif (SFC).

Les SFC doivent avoir la forme de so­cié­té com­mer­ciale et dis­po­ser d’un ca­pi­tal social mi­ni­mum de 300.000,00 di­rhams en­tiè­re­ment li­bé­ré. Préa­la­ble­ment à l’exer­cice de son ac­ti­vi­té, une SFC doit être agréée par l’ad­mi­nis­tra­tion après avis, se­lon le cas, de l’Au­to­ri­té Ma­ro­caine du Mar­ché des Ca­pi­taux pour la ca­té­go­rie «In­ves­tis­se­ment», ou de Bank Al-Magh­rib pour les ca­té­go­ries «Prêts» ou «Dons».

Les deux au­to­ri­tés as­surent la su­per­vi­sion des ac­ti­vi­tés de fi­nan­ce­ment col­la­bo­ra­tif en fonc­tion des ca­té­go­ries pré­ci­tées.

Outre la créa­tion du sta­tut de ges­tion­naire de pla­te­formes de fi­nan­ce­ment col­la­bo­ra­tif, (PFC) en l'oc­cur­rence, et de la SFC et ce, à l'ins­tar des autres ré­gimes ré­gis­sant les ac­ti­vi­tés du mar­ché des ca­pi­taux, la loi en ques­tion pré­voit éga­le­ment :

- La dé­fi­ni­tion du dis­po­si­tif d'agré­ment par l'Ad­mi­nis­tra­tion des SFC et de su­per­vi­sion des ac­ti­vi­tés de fi­nan­ce­ment col­la­bo­ra­tif, as­su­ré par Bank AlMagh­rib pour les ac­ti­vi­tés de prêt et de don et par l'Au­to­ri­té Ma­ro­caine du Mar­ché des Ca­pi­taux pour les ac­ti­vi­tés d'in­ves­tis­se­ment en ca­pi­tal;

- La dé­fi­ni­tion des pro­cé­dures et des mo­da­li­tés de créa­tion et de fonc­tion­ne­ment des PFC; - La dé­fi­ni­tion des en­ga­ge­ments et des obli­ga­tions de la SFC no­tam­ment, en ma­tière d'in­for­ma­tion du pu­blic, de pu­bli­ci­té, de re­por­ting,...

- La dé­fi­ni­tion des règles à res­pec­ter en ma­tière de vé­ri­fi­ca­tion préa­lable des pro­jets à fi­nan­cer, de sé­cu­ri­sa­tion des trans­ferts et de pro­tec­tion des contri­bu­teurs;

L'éta­blis­se­ment de pla­fonds en termes de mon­tants à le­ver par pro­jet et par contri­bu­teurs pour les dif­fé­rentes formes de fi­nan­ce­ment;

- La dé­fi­ni­tion des règles spé­ci­fiques à cha­cune des trois

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.