BMCI sta­bi­lise ses in­di­ca­teurs

La Nouvelle Tribune - - Finances - Afi­fa Dassouli

Le Pré­sident du Di­rec­toire de BMCI, M. Laurent Du­puch, en­tou­ré des membres du Di­rec­toire de la banque, MM. Ra­chid Mar­rak­chi et Driss Bens­mail , a réuni les jour­na­listes dans un pa­lace de Ca­sa­blan­ca pour la pré­sen­ta­tions des ré­sul­tats 2017 de la fi­liale ma­ro­caine du Groupe BNP Pa­ri­bas.

En cette oc­ca­sion, M. Laurent Du­puch, chiffres clés de l’exer­cice clô­tu­ré à fin 2017 à l’ap­pui, a mis l’ac­cent sur le bon com­por­te­ment des cré­dits, coeur de l’ac­ti­vi­té de la banque, avec une amé­lio­ra­tion des cré­dits d’équi­pe­ment, du lea­sing et du cré­dit à la consom­ma­tion, signe d’une conjonc­ture éco­no­mique en amé­lio­ra­tion.

Preuve en est que les cré­dits par caisse conso­li­dés, par dé­fi­ni­tion à court terme, et des­ti­nés au fi­nan­ce­ment de l’ac­ti­vi­té cou­rante des en­tre­prises, stag­nent à près de 40 mil­liards de di­rhams alors que l’en­cours moyen des cré­dits à la clien­tèle a crû de 3,6% l’an­née der­nière.

La baisse du coût du risque est le se­cond point fort de 2017, di­mi­nuant de 10,3% en conso­li­dé, re­flé­tant les ef­forts de maî­trise et d’an­ti­ci­pa­tion des risques comme le pré­cise le com­mu­ni­qué de BMCI.

Avec la pré­ci­sion ap­por­tée par le Pré­sident Du­puch que la baisse conti­nue du coût du risque tra­duit un dé­ve­lop­pe­ment pé­renne.

Compte te­nu de ces ar­gu­ments forts en po­ten­tiel, le groupe BMCI af­fiche au 31 dé­cembre 2017 une hausse de 26,8% du Ré­sul­tat Net Conso­li­dé part du groupe, à 547 mil­lions de di­rhams contre 431 Mdh en 2016.

Par contre, ce ré­sul­tat res­sort ma­ni­fes­te­ment plus de la marge sur com­mis­sions conso­li­dé qui a pro­gres­sé de 2,8% et du ré­sul­tat des opé­ra­tions de mar­ché, +11,1%.

Le Pro­duit Net Ban­caire conso­li­dé ou chiffre d’af­faires de la banque, s’est éle­vé à 3 mil­liards de di­rhams à fin 2017, en baisse de 1,3 %.

Il a pâ­ti de l’ef­fet ex­cep­tion­nel de la contri­bu­tion de la banque à l’opé­ra­tion de dé­mu­tua­li­sa­tion de la bourse, sans quoi il au­rait été stable.

Par contre, la marge d’in­té­rêt a conti­nué à bais­ser sous l’ef­fet de la fai­blesse des taux que BMCI es­saye de com­pen­ser par une plus forte mo­bi­li­sa­tion des cré­dits. En somme, BMCI ré­siste bien à la conjonc­ture, en­core mi­ti­gée, en amé­lio­rant son risque et en sta­bi­li­sant ses in­di­ca­teurs, ce que n’a pas man­qué de sa­luer po­si­ti­ve­ment l’agence in­ter­na­tio­nale de no­ta­tion, Fitch Ra­tings, en lui main­te­nant sa note A.

Sur le plan com­mer­cial, BMCI a ou­vert trois grands centre d’af­faires à Ca­sa­blan­ca en 2017, les­quels concentrent l’en­semble des services of­ferts à la clien­tèle.

En 2018, la banque va dé­ployer la même ap­proche dans les ré­gions du Ma­roc.

On com­prend ain­si que les clients res­tent au centre des pré­oc­cu­pa­tions de la banque qui dé­ve­loppe les services à dis­tance pour les mettre à leur dis­po­si­tion.

BMCI dé­ploie des ef­forts consé­quents sur la di­gi­ta­li­sa­tion pour ac­com­pa­gner les clients dans l’ob­ten­tion à dis­tance de cré­dits et no­tam­ment ceux à la consom­ma­tion, seule fi­na­li­sa­tion qui im­pose une si­gna­ture se fai­sant phy­si­que­ment.

Tou­jours dans le but d’amé­lio­rer son offre, BMCI pro­pose des cré­dits im­mo­bi­liers à taux va­riable à ses clients.

En­fin, le Groupe BMCI est très vi­gi­lant en ma­tière de dé­ve­lop­pe­ment, et en­tre­prend à ce titre une politique ré­cente de ban­ca­ri­sa­tion qui consiste non pas à ou­vrir plus d’agences, mais à veiller à l’ac­ti­vi­té des comptes ou­verts par ses clients.

En ef­fet l’ac­ti­vi­té des comptes ou­verts est un vrai en­jeu pour la banque qui va jus­qu’à fu­sion­ner des agences, (il y en a eu20 en 2017), sur la base donc du cri­tère de l’ac­ti­vi­té des comptes pour ré­pondre à cet ob­jec­tif.

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.