Wa­fa As­su­rance met la réa­li­té vir­tuelle au ser­vice de la pré­ven­tion

La Nouvelle Tribune - - Au fil de la semaine - Se­lim Be­nab­del­kha­lek

Les ac­tions de Wa­fa As­su­rance dans le cadre de la pré­ven­tion des risques d’en­tre­prises ne sont plus à pré­sen­ter. Tro­phées de la pré­ven­tion, sou­tien du Sa­lon Pre­ven­ti­ca, mi­ni-sé­ries sur ce thème, le lea­der (en chiffre d'af­faires) de l'as­su­rance mène clai­re­ment une stra­té­gie de pro­mo­tion de la pré­ven­tion des risques, pour les par­ti­cu­liers comme pour les en­tre­prises. Mar­di 2 avril, au sein d'un pa­lace ca­sa­blan­cais, M. Ali Har­raj, Pré­sident Di­rec­teur Gé­né­ral de Wa­fa As­su­rance, ac­com­pa­gné de ses équipes, a re­çu la presse pour lui pré­sen­ter les nou­velles in­no­va­tions de la so­cié­té, qui uti­lisent les tech­no­lo­gies de réa­li­té vir­tuelle et réa­li­té aug­men­tée pour ai­der ses clients à ré­duire le risque en cas de si­nistre. "Il s'agit de mettre l'in­no­va­tion et la tech­no­lo­gie au ser­vice de l'in­no­va­tion", a dé­cla­ré M. Har­raj. "Jus­qu'à pré­sent, la pré­ven­tion en en­tre­prises passe par des ex­perts, qui émettent un rap­port sous forme de do­cu­ment pa­pier", a ex­pli­qué pour sa part M. Ab­der­ra­him Chaf­fai, DG dé­lé­gué en charge de la Branche En­tre­prises, pré­ci­sant que ces do­cu­ments, sou­vent lourds en termes tech­niques, "ne parlent pas suf­fi­sam­ment" au ma­na­ge­ment et per­son­nel du client, qui n'ont pas for­cé­ment l'ex­per­tise re­quise. La so­lu­tion pro­po­sée par Wa­fa As­su­rance est donc d'"uti­li­ser le di­gi­tal pour vul­ga­ri­ser ces concepts". Du­rant cette confé­rence, trois concepts ont été pré­sen­tés aux jour­na­listes pré­sents, pre­miè­re­ment à tra­vers une dé­mons­tra­tion de la part des équipes de l'as­su­reur, et en­suite, pour les plus cu­rieux, en s'es­sayant eux­mêmes à l'exer­cice.

Le pre­mier, qui se base sur la réa­li­té vir­tuelle, c'est à dire que l'uti­li­sa­teur est plon­gé dans un en­vi­ron­ne­ment en­tiè­re­ment mo­dé­li­sé, consiste en une si­mu­la­tion d'ex­tinc­tion de feu. En connec­tant un ex­tinc­teur de feu do­té de cap­teurs à un casque de réa­li­té vir­tuelle, l'uti­li­sa­teur est mis en si­tua­tion réelle d’un dé­but d’in­cen­die, afin d’éva­luer ses ré­flexes et sa ca­pa­ci­té d’in­ter­ven­tion. Il est éga­le­ment gui­dé et chro­no­mé­tré pen­dant l'exer­cice. Le se­cond con­cept, nom­mé "VR360° : vos risques en 360°", est ba­sé sur une pho­to 360° d’un en­vi­ron­ne­ment de tra­vail réel pro­je­té dans un casque, ce qui en fait de la réa­li­té aug­men­tée. Le col­la­bo­ra­teur in­tro­duit dans cet en­vi­ron­ne­ment est ame­né à dé­tec­ter la source d’un risque et à le maî­tri­ser ef­fi­ca­ce­ment. Cet exer­cice est ren­for­cé par des ins­truc­tions à suivre pour l’éva­cua­tion et l’in­ter­ven­tion pour la maî­trise des risques. L'en­vi­ron­ne­ment est truf­fé d'in­di­ca­teurs et d'in­for­ma­tions que l'uti­li­sa­teur peut consul­ter à tout mo­ment. En­fin, le der­nier con­cept pré­sen­té prend la forme d'une vi­site de risque en réa­li­té vir­tuelle. Le prin­cipe est de re­créer en réa­li­té vir­tuelle l’en­vi­ron­ne­ment in­dus­triel dans le­quel oeuvre l’en­tre­prise, et d’y créer des risques afin de tes­ter le ré­flexe de la per­sonne for­mée à lo­ca­li­ser les risques et à les maî­tri­ser. Par exemple, dans le cadre d'un en­tre­pôt, l'uti­li­sa­teur se­ra ame­né à iden­ti­fier tous les risques po­ten­tiels pou­vant me­na­cer le tra­vail des cha­riots élé­va­teurs (sol ir­ré­gu­lier, pas­sage trop étroit, etc.).

No­tons que Wa­fa As­su­rance ef­fec­tue­ra des for­ma­tions gra­tuites au pro­fit des col­la­bo­ra­teurs de ses en­tre­prises clientes. Cette nou­velle ap­proche di­gi­tale vise à mo­der­ni­ser le pro­ces­sus d’ap­pren­tis­sage, aug­men­ter l’as­si­mi­la­tion des règles et consignes de sé­cu­ri­té et de di­mi­nuer la du­rée de for­ma­tion en lui oc­troyant un as­pect plus at­trac­tif et convi­vial, se­lon le ma­na­ge­ment du groupe.

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.