Laâyoune, ou le Ser­ment re­nou­ve­lé

La Nouvelle Tribune - - Au fil de la semaine -

C’est l’Union, na­tio­nale, sa­crée, una­nime, du peuple ma­ro­cain qui s’est ma­té­ria­li­sée lun­di 9 avril 2018 à Laâyoune à tra­vers les en­ga­ge­ments et dé­cla­ra­tions so­len­nels du gou­ver­ne­ment, des par­tis po­li­tiques, des re­pré­sen­tants de la Na­tion et des élus des pro­vinces du Sud.

Cette manifestation d’une am­pleur ja­mais vue de­puis fort long­temps as­su­ré­ment, marque un tour­nant dans la lutte lé­gi­time du Ma­roc et de toutes ses com­po­santes pour la pré­ser­va­tion de l’uni­té na­tio­nale et de l’in­té­gri­té ter­ri­to­riale du Royaume.

Comme si, en quelque sorte, les forces vives du pays avaient te­nu à re­nou­ve­ler avec force et éclat le Ser­ment de la Marche Verte de no­vembre 1975 pour si­gni­fier à tous et à cha­cun que le Wa­di Ed­da­hab et la Sa­quiat Al Ham­ra sont des ter­ri­toires ma­ro­cains, peu­plés par des Ma­ro­cains et qui ja­mais ne se­ront aban­don­nés aux mains de mer­ce­naires et de sé­pa­ra­tistes à la solde de l’Algérie.

La dé­cla­ra­tion de Laâyoune vient ain­si mettre cha­cun de­vant ses res­pon­sa­bi­li­tés car, de­puis 1991 et la pro­cla­ma­tion d’un ces­sez-le-feu sous les aus­pices de l’ONU, la ten­sion n’avait ja­mais été aus­si vive et per­cep­tible qu’aujourd’hui. Le Ma­roc, comme un seul homme, est aujourd’hui dé­ter­mi­né à em­pê­cher, par tous les moyens, de nou­velles pro­vo­ca­tions du po­li­sa­rio, re­fu­sant les faits ac­com­plis et les violations des ac­cords de sep­tembre 1991.

La zone tam­pon, sous l’au­to­ri­té, (bien for­melle on le voit), et la sur­veillance de la MINURSO ne se­ra ja­mais un ter­ri­toire sous une sou­ve­rai­ne­té autre que celle du Ma­roc et la mise en garde of­fi­cielle du Royaume, adres­sée au Se­cré­taire gé­né­ral de l’ONU, par le biais d’un dé­pla­ce­ment éclair à New York du mi­nistre des AE Nas­ser Bou­ri­ta, por­teur de sur­croît d’un mes­sage royal à M. Gu­terres, a trou­vé son pro­lon­ge­ment dans la mo­bi­li­sa­tion du front in­té­rieur na­tio­nal, telle qu’ex­pri­mée dans la ca­pi­tale de nos pro­vinces sa­ha­riennes. Aujourd’hui, au Ma­roc plus per­sonne n’ex­clut l’éven­tua­li­té d’un re­cours aux armes pour «net­toyer» les zones où le po­li­sa­rio veut

Newspapers in French

Newspapers from Morocco

© PressReader. All rights reserved.