Notre re­por­tage dans un es­cape game nu­mé­rique

RE­NENS (VD) Afin de se dé­mar­quer, Try to Es­cape a rem­pla­cé les énigmes tra­di­tion­nelles par des ta­blettes et des joys­ticks.

20 Minutes - Genève - - La une -

Trois pas­sions sont à l’ori­gine de ce chal­lenge d’un nou­veau genre: les parcs d’at­trac­tion, le ci­né­ma et les jeux d’éva­sion. Pour le concré­ti­ser, deux en­seignes de Re­nens, Try to Es­cape et Prac­teo, ont al­lié leurs sa­voir-faire. A ce­la se sont ajou­tées d’in­nom­brables heures de tra­vail, et c’est ain­si qu’est né Pan­do­ria Aven­tures.

Si, in fine, il s’agit bien d’un es­cape game, il se dif­fé­ren­cie des autres par sa tech­no­lo­gie. Exit le tra­di­tion­nel maître du jeu hu­main. Il est ici rem­pla­cé par un lo­gi­ciel dé­ve­lop­pé par les in­for­ma­ti­ciens re­na­nais. «C’est un grand avan­tage. Ce­la nous per­met de faire des éco­no­mies en termes de per­son­nel», sou­ligne Oli­vier Clerc, l’un des res­pon­sables. De plus, au­cune fouille mi­nu­tieuse des lieux n’est né­ces­saire. Les énigmes à ré­soudre se pré­sentent d’elles-mêmes sur les écrans des joueurs, qui pour l’oc­ca­sion sont en­fer­més dans une «na­vette spa­tiale». D’ailleurs, leur but se­ra de la conduire à bon port. Autres avan­tages de cette di­gi­ta­li­sa­tion: cinq ni­veaux de dif­fi­cul­té sont pos­sibles, et le scé­na­rio pour­ra être chan­gé tous les six mois. En outre, cer­tains as­pects de cette es­cape room sont di­rec­te­ment ins­pi­rés des jeux vi­déo. Par exemple, une cer­taine ha­bi­le­té pour ma­nier un joys­tick est né­ces­saire. De plus, la ca­bine est ins­tal­lée sur des ver­rins hy­drau­liques, afin d’aug­men­ter le sen­ti­ment d’im­mer­sion. L’in­ves­tis­se­ment en ma­té­riel est de 200 000 francs par salle.

–DR

Mou­rir dans l’es­pace ou se po­ser sur Pan­do­ria, tel est le dé­fi lan­cé aux joueurs.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.