Un monde meilleur pour ses en­fants

CA­LI­FOR­NIE Ni­cole Ri­chie fait son re­tour dans la té­lé­réa­li­té, quinze ans après «The Simple Life».

20 Minutes - Genève - - Vorderseit­e - –HEN­RY AR­NAUD, LOS AN­GELES

«Mes pa­rents m’ont en­voyée à l’école pri­maire dans un quar­tier de classes moyennes, pas avec des en­fants de riches. Ce­la m’a per­mis d’avoir des amis de tous les ho­ri­zons»

Ni­cole Ri­chie (38 ans)

La fille de Lio­nel Ri­chie se­ra cet au­tomne dans «Nik­ki Fre$h».

Quinze ans après «The Simple Life», Ni­cole Ri­chie fait son re­tour à la té­lé­réa­li­té. L’Amé­ri­caine se­ra cet au­tomne dans «Nik­ki Fre$h», un pro­gramme qui mé­lange fic­tion et réa­li­té. «Chaque épi­sode contien­dra des si­tua­tions co­miques exa­gé­rées, mais sur le fond ce se­ra in­for­ma­tif, puisque je ren­contre des ex­perts en éco­lo­gie», pro­met celle qui veut avant tout as­su­rer un bon ave­nir à ses en­fants. Dans cet es­prit, elle se ré­jouit du mou­ve­ment Black Lives Mat­ter: «Un monde nou­veau naît et je suis heu­reuse d’en faire par­tie.»

L’Amé­ri­caine de 38 ans, fille de Lio­nel Ri­chie, se­ra à voir dans «Nik­ki Fre$h», pro­gramme qui mé­lange fic­tion et réa­li­té, dis­po­nible cet au­tomne sur Qui­bi.

– Quels sou­ve­nirs gar­dez-vous de vos pre­miers pas dans la té­lé­réa­li­té?

– J’étais dans la ving­taine à l’époque de «Simple Life» et je n’avais au­cune idée de ce que je fai­sais. Avec ce genre de pro­grammes de té­lé­réa­li­té, on ap­prend ce qui fonc­tionne et ce qui at­tire les té­lé­spec­ta­teurs, donc on force le trait pour di­ver­tir ou amu­ser.

– «Nik­ki Fre$h» a-t-il été conçu pour amu­ser?

– Pas uni­que­ment. Chaque épi­sode contien­dra des si­tua­tions co­miques exa­gé­rées pour faire rire, mais sur le fond ce se­ra in­for­ma­tif, puisque je ren­contre des ex­perts en éco­lo­gie. Dans «Nik­ki Fre$h», vous dé­cou­vri­rez que j’ai com­plè­te­ment chan­gé par rap­port à l’époque.

– Qui est la Ni­cole Ri­chie d’au­jourd’hui?

– Une ma­man qui, comme beau­coup de

Le trai­ler de «Nik­ki Fre$h» est sur l’app. femmes de ma gé­né­ra­tion, re­fuse de se li­mi­ter à ce­la. Être créa­tive dans la mode ou d’autres do­maines m’aide à m’ac­com­plir. Mais mon prin­ci­pal ob­jec­tif reste d’of­frir une bonne en­fance à Har­low, 12 ans, et Spar­row, 10 ans.

– Quelle édu­ca­tion leur of­frez-vous?

– Mes pa­rents m’ont en­voyée à l’école pri­maire dans un quar­tier des classes moyennes de Los An­geles, pas à Be­ver­ly Hills avec des en­fants de riches. Ce­la m’a per­mis d’avoir des amis de tous les ho­ri­zons, dont beau­coup sont d’ailleurs en­core dans ma vie. Nous fai­sons la même chose avec nos en­fants.

– Que pen­sez-vous du mou­ve­ment Black Lives Mat­ter?

– Un monde nou­veau naît et je suis très heu­reuse d’en faire par­tie.

–AFP

L’ob­jec­tif de Ni­cole Ri­chie: «Of­frir une bonne en­fance à Har­low, 12 ans, et Spar­row, 10 ans.»

–AFP

Dans «Nik­ki Fre$h», Ni­cole Ri­chie aborde des su­jets d’éco­lo­gie avec une touche d’hu­mour.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.