Des em­plois à très haute va­leur ajou­tée

24 Heures - - Suisse - J.W./G.S.

● Le site thur­go­vien consti­tue l’un des trois prin­ci­paux pôles de l’ar­me­ment en Suisse, avec les can­tons de Berne (RUAG) et de Zu­rich (Rhein­me­tall et Thales). Swiss­mem, l’as­so­cia­tion faî­tière de l’in­dus­trie des ma­chines, des équi­pe­ments électriques et des mé­taux, re­cense une cin­quan­taine d’en­tre­prises ac­tives dans ce sec­teur. Mais nombre d’entre elles – des PME pour la plu­part – tra­vaillent aus­si sur le plan civil.

Se­lon le Contrôle fé­dé­ral des fi­nances, cinq en­tre­prises se par­tagent 67% du mar­ché vers l’étran­ger. Ce der­nier pe­sait 446,8 mil­lions de francs en 2017, soit 0,15% du to­tal des ex­por­ta­tions suisses. Le mar­ché in­té­rieur, lui, ne peut être éva­lué avec pré­ci­sion, puis­qu’il n’est pas sou­mis aux au­to­ri­sa­tions dé­li­vrées par le Se­cré­ta­riat d’État à l’éco­no­mie et que seul le groupe RUAG – en mains de la Con­fé­dé­ra­tion – pu­blie ses chiffres dé­taillés. Quant aux im­por­ta­tions d’armes et de mu­ni­tions, elles at­teignent en moyenne 140 mil­lions de francs, se­lon les don­nées de l’Of­fice fé­dé­ral des douanes. Res­pon­sable ro­mand de Swiss­mem, Phi­lippe Cor­do­nier es­time qu’entre 12 000 et 15 000 per­sonnes tra­vaillent en lien avec l’ar­me­ment en Suisse. La moi­tié de ces em­plois dé­pen­drait des mar­chés d’ex­por­ta­tion. «Ce sont des postes de tra­vail à très haute va­leur ajou­tée, pour les­quels il faut des com­pé­tences spé­ci­fiques et des ou­vriers spé­cia­li­sés», re­lève Ch­ris­tophe Ger­ber, vice-pré­sident du Groupe ro­mand pour le ma­té­riel de dé­fense et de sé­cu­ri­té.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.