La réforme des coûts de la san­té fait grin­cer des dents

Le Con­seil fé­dé­ral a an­non­cé un pa­quet de me­sures pour réa­li­ser des éco­no­mies

24 Heures - - Suisse - L.MT

Une liste longue comme le bras pour ré­for­mer le sys­tème de la san­té. Hier, le Con­seil fé­dé­ral a pré­sen­té un pa­quet de me­sures des­ti­nées à ré­duire les quelque 90 mil­liards de coûts par an­née. Le pro­jet est dé­sor­mais mis en consul­ta­tion au­près des ac­teurs du sys­tème de la san­té. «Nous avons be­soin de faire pres­sion. Nous al­lons cer­tai­ne­ment dans la bonne di­rec­tion», a as­su­ré le mi­nistre de la San­té, Alain Ber­set.

Ti­rées d’un rap­port ré­di­gé par un groupe d’ex­perts in­ter­na­tio­naux, les me­sures pro­po­sées sont très va­riées. Par­mi elles, un sys­tème de prix de ré­fé­rence doit per­mettre d’abais­ser les prix des mé­di­ca­ments conte­nant des sub­stances ac­tives dont le bre­vet est échu (gé­né­riques) en Suisse. L’as­su­rance obli­ga­toire ne rem­bour­se­ra que ce prix et pas au­de­là. Ac­tuel­le­ment, les gé­né­riques sont plus de deux fois plus chers que dans les pays voi­sins.

Par ailleurs, le vo­let de me­sures dé­sor­mais en consul­ta­tion in­tro­duit la pos­si­bi­li­té de me­ner des pro­jets pi­lotes. Il s’agit de per­mettre aux can­tons et aux par­te­naires ta­ri­faires d’ex­plo­rer des pistes en de­hors du cadre de la loi fé­dé­rale sur l’as­su­rance-ma­la­die (LA­Mal) sus­cep­tibles de maî­tri­ser les coûts. Exemple: tes­ter le sys­tème d’un fi­nan­ce­ment uni­forme pour les soins sta­tion­naires et am­bu­la­toires.

San­téSuisse, la faî­tière des as­su­rances-ma­la­die, se ré­jouit des me­sures vi­sant à ré­duire les coûts des mé­di­ca­ments. Se­lon elle, un po­ten­tiel de 400 mil­lions de francs peut être réa­li­sé chaque an­née dans ce do­maine. Re­bec­ca Ruiz (PS/VD) sa­lue éga­le­ment le mou­ve­ment du Con­seil fé­dé­ral. «Il s’agit pour l’heure d’une consul­ta­tion, le pa­quet est donc su­jet à des chan­ge­ments en fonc­tion des ré­ponses et des cri­tiques qui se fe­ront en­tendre, c’est cer­tain. Mais ce­la bouge du cô­té du Con­seil fé­dé­ral qui montre sa vo­lon­té de réforme.»

Celles-ci sont ef­fec­ti­ve­ment tom­bées très vite. La Fon­da­tion

«Les po­ten­tielles éco­no­mies sont de 380 mil­lions de francs par an. Mais on at­tend, en­core et en­core»

Ste­fan Meie­rhans Sur­veillant des prix de la Con­fé­dé­ra­tion

alé­ma­nique des consom­ma­teurs (SKS) a im­mé­dia­te­ment dé­non­cé «des me­sures pla­ce­bo». «La moi­tié des me­sures pro­po­sées par le rap­port d’ex­perts est la­vée en dou­ceur», s’in­digne la SKS dans un com­mu­ni­qué. Le PDC lui em­boîte le pas, dé­non­çant une an­nonce molle et peu concrète. «Ces me­sures ne sont pas nou­velles. Il est dif­fi­cile de croire à un réel chan­ge­ment après des an­nées d’im­mo­bi­lisme», dé­plore le par­ti, qui en pro­fite pour faire la pro­mo­tion de sa nou­velle ini­tia­tive, «Pour des primes plus basses. Frein aux coûts dans le sys­tème de san­té».

Le sur­veillant des prix de la Con­fé­dé­ra­tion, Ste­fan Meie­rhans, se montre plus mi­ti­gé. «Je de­mande de­puis bien long­temps que le prix de ré­fé­rence soit ins­crit dans la LA­Mal. Le Con­seil fé­dé­ral va en­fin dans cette di­rec­tion. C’est bien, mais on est en­core au stade de la consul­ta­tion alors que c’est une me­sure qui a été an­non­cée il y a trois ans. C’est lent, sur­tout si l’on tient compte du fait que les po­ten­tielles éco­no­mies sont d’en­vi­ron 380 mil­lions de francs par an. Mais on at­tend, en­core et en­core.»

Mon­sieur Prix re­grette en­core qu’une me­sure phare à ses yeux n’ap­pa­raisse pas dans le pa­quet pro­po­sé. «Le Con­seil fé­dé­ral ba­laie la pro­po­si­tion des ex­perts de ré­or­ga­ni­ser la ta­ri­fi­ca­tion des éta­blis­se­ments hos­pi­ta­liers. Il y a un conflit d’in­té­rêts avec les can­tons, qui sont sou­vent pro­prié­taires des hô­pi­taux. Il n’y a rien dans ce sens et je le re­grette pro­fon­dé­ment.»

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.