La Suisse entre peur du noir et lueurs d’es­poirs

Le bar­rage de Coupe Da­vis contre la Suède, à Bienne, donne l’oc­ca­sion de se pen­cher sur la re­lève. Or la si­tua­tion n’est peu­têtre pas si sombre

24 Heures - - Sports - Si­mon Meier Bienne

L’en­jeu im­mé­diat de ce bar­rage entre la Suisse et la Suède semble très mo­dique, puisque la sé­lec­tion hel­vé­tique est as­su­rée de faire par­tie des 24 na­tions qui dis­pu­te­ront le 1er tour de la Coupe Da­vis new-look, en fé­vrier pro­chain. Mais cette confron­ta­tion, qui voit les deux équipes dos à dos (une vic­toire par­tout) après la jour­née de ven­dre­di, est bien plus lourde de sens qu’il n’y pa­raît. D’une part parce qu’elle nous in­flige un avant-goût de ce que se­ra la vie sans Ro­ger Fe­de­rer ni Stan Wa­wrin­ka; d’autre part parce qu’elle donne l’oc­ca­sion de se pen­cher sur ce qu’on est en droit d’ap­pe­ler la re­lève. L’ave­nir.

Pas grand monde der­rière

«Der­rière Ro­ger et moi, c’est le dé­sert», dé­cla­rait Wa­wrin­ka dans «Le Temps» à l’au­tomne 2012. Six ans plus tard, les deux glo­rieux ca­ra­va­niers du tennis hel­vé­tique ne voient pas grand monde dans leur sillage. «Des gars comme Adrien Bos­sel ou Marc-An­drea Hüs­ler ont le po­ten­tiel pour en­trer dans les 100 meilleurs » , avance Re­né Stamm­bach, pré­sident de Swiss Tennis. Oui mais le pre­mier, 29 ans dé­jà, est ac­tuel­le­ment bles­sé. Quant au se­cond, 386e mon­dial à 22 ans, il a réa­li­sé une ex­cel­lente pre­mière par­tie de match hier – il me­nait deux sets à rien et 4-1 dans la troi­sième manche face à Mar­kus Eriks­son (ATP 455) –, avant de s’écrou­ler, han­di­ca­pé par une dou­leur à une jambe (dé­faite en cinq sets et 3 h 42).

Titularisé par le ca­pi­taine Se­ve­rin Lü­thi parce qu’il a «bien tra­vaillé et fait quelques bons trucs ces der­niers temps», Marc-An­drea Hüs­ler in­carne un bout d’ave­nir. Avec le Gri­son Ja­kub Paul, 703e ra­quette mon­diale à 19 ans et convo­qué pour la pre­mière fois en Coupe Da­vis, ils ont eu le pri­vi­lège de cô­toyer Ro­ger Fe­de­rer deux se­maines à l’en­traî­ne­ment, en avril pas­sé à Du­baï. «Ro­ger a pris du temps pour eux, j’es­père que ce­la les a mo­ti­vés, ins­pi­rés, di­sait ré­cem­ment Lü­thi dans le «Ta­gesAn­zei­ger». Après, cha­cun doit sa­voir ce qu’il en tire.»

Bos­ser dur, pro­gres­ser et dis­si­per peu à peu la grande peur du noir, telle est leur mis­sion. «J’ai tou­jours dit que nous avions un trou de sept à huit ans et nous sommes dans la sixième an­née, ex­plique Re­né Stamm­bach. Je ne suis pas eu­pho­rique mais j’ai un bon sen­ti­ment, ce qui n’était pas le cas voi­ci trois ans. Main­te­nant, nous avons des mecs qui sont cham­pions du monde en M14, puis cham­pions d’Eu­rope en M16. Nous avons quatre ou cinq joueurs qu’on peut qua­li­fier de grands es­poirs, alors on tra­vaille des­sus.»

Pa­tience et es­poir

Mi­chael Lam­mer, ex-pro, s’oc­cupe de­puis trois ans de cette gé­né­ra­tion. Jé­rôme Kym, Lean­dro Rie­di et Do­mi­nic Stri­cker, tous entre 15 et 16 ans, font par­tie de ceux qui, comme dit leur men­tor, «com­mencent à tout mi­ser sur le tennis et ont un bon po­ten­tiel». Mais de là à faire ou­blier qui vous sa­vez, il y a un pas que le tech­ni­cien zu­ri­chois ne fran­chit pas. «Il y a tout un puzzle à mettre en place, il faut com­prendre que la construc­tion d’une car­rière est un ma­ra­thon, pas un sprint», rap­pelle-t-il.

Pa­tience, donc, et es­poir. Me­na­cé par l’an­goisse du vide, le tennis hel­vé­tique voit quand même quelques lueurs poin­ter à l’ho­ri­zon. «Si on ar­rive, à terme, à avoir un joueur dans les 50 meilleurs, un autre dans les 100 et peut-être deux-trois autres dans les 200, ce ne se­ra dé­jà pas mal», es­time Mi­chael Lam­mer. Un à un, balle au centre, à che­val entre peur du vide et len­de­mains qui chan­te­ront peut-être.

Hüs­ler perd contre Eriks­son 6-3 6-4 4-6 6-7 (10/12) 4-6. Laak­so­nen bat Mrid­ha 7-6 (7/5) 6-2 6-3.

Sa­me­di. 12 h 45: Bel­lier/Mar­ga­ro­li contre Eriks­son/Lind­stedt. Di­manche. 13 h: Laak­so­nen contre Eriks­son, sui­vi de Hüs­ler contre Mrid­ha.

Marc-An­drea Hüs­ler avait le match en main avant d’être han­di­ca­pé par une dou­leur à la hanche. Bar­rage à la Swiss Tennis Are­na de Bienne.Suisse - Suède 1-1Hier:

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.