Le vi­ti­cul­teur re­belle com­bat jus­qu’au TF et fait des adeptes

Face à l’in­ter­dic­tion de culti­ver la vigne, Pas­cal Rit­te­ner-Ruff sai­sit le Tri­bu­nal fé­dé­ral. Et compte de nou­veaux adeptes

24 Heures - - La Une - Claude Bé­da

Pas­cal Rit­te­ner-Ruff re­court au Tri­bu­nal fé­dé­ral contre la dé­ci­sion des juges can­to­naux lui in­ter­di­sant de culti­ver son vi­gnoble. Son his­toire ins­pire cer­tains.

«Dans d’autres pays, il est pos­sible de pro­duire du vin dans des condi­tions bien plus dif­fi­ciles. Pour­quoi se­rait- ce uto­pique au Pays-d’En­haut?» s’in­ter­roge Pas­cal Rit­te­ner-Ruff. Et avec lui, dé­sor­mais, d’autres Da­mou­nais qui ont dé­ci­dé de s’adon­ner à la vi­ti­cul­ture hé­roïque dans la ré­gion. Un sou­tien bien­ve­nu pour le vi­ti­cul­teur re­belle de Châ­teau-d’OEx qui vient de sai­sir le Tri­bu­nal fé­dé­ral. Il re­court contre la dé­ci­sion des juges can­to­naux lui in­ter­di­sant de culti­ver son vi­gnoble, es­ti­mant, tout comme le Conseil d’État vau­dois, qu’il se si­tue à une al­ti­tude in­adap­tée (1080 m). «Le ca­rac­tère pro­pice d’une par­celle doit éga­le­ment être ju­gé à l’aune de la qua­li­té du vin qui y est pro- duit, ar­gu­mente l’an­cien fo­res­tier de­ve­nu as­su­reur et pas­sion­né de vi­ti­cul­ture. Or le Tri­bu­nal can­to­nal n’a ja­mais ré­pon­du à ma de­mande de sou­mettre mon vin à une ex­per­tise. Et ce­lui-ci est ju­gé d’une qua­li­té plu­tôt ac­cep­table par plu­sieurs spé­cia­listes.» Car, en dé­pit de l’in­ter­dic­tion dont il est frap­pé, le Don Qui­chotte du Pays-d’En­haut ne se prive pas de faire mû­rir son rai­sin sur les 400 m2 de son do­maine agri­cole, au Mor­sa­laz. Ven­dre­di, il a en­ta­mé ses deuxièmes ven­danges illi­cites. Celles-ci lui don­ne­ront un peu moins que les 300 bou­teilles de l’an der­nier, sa vigne ayant été vic­time de la grêle et d’un acte de van­da­lisme.

Chan­ge­ments cli­ma­tiques

L’in­té­res­sé n’im­pute donc pas cette faible ré­colte à une «al­ti­tude in­adap­tée»: «Le Tri­bu­nal can­to­nal s’en­ferme dans la vi­sion sché­ma­tique qui dé­crète l’al­ti­tude maxi­male à 600 m, voire à 700 m d’al­ti­tude. Or elle se fonde sur une ju­ris­pru­dence de 1980, qui ne tient pas compte du ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique. L’État de­vrait par consé­quent re­non­cer à fixer des li­mites pré­cises au ca­dastre vi­ti­cole et se pro­non­cer au cas par cas.» En guise d’il­lus­tra­tion à ses pro­pos, Pas­cal Rit­te­ner-Ruff bran­dit la co­pie d’un ar­ticle de presse au su­jet d’une vigne plan­tée à 2000 m sur les contre­forts de l’Hi­ma­laya chi­nois.

Pour sa part, le Tri­bu­nal can­to­nal rap­pelle que «les par­celles les plus éle­vées dans le can­ton se si­tuent vers 700 m d’al­ti­tude, dans les com­munes de Bourg-en-Lavaux et d’Aigle, ces deux ré­gions bé­né­fi­ciant d’un mi­cro­cli­mat par­ti­cu­lier, ac­cen­tué par la pré­sence d’in­nom­brables murs, ou de ter­rains en forte dé­cli­vi­té.» Ce qui n’est pas le cas au Mor­sa­laz.

Le re­cou­rant ne se dé­monte pas: «À l’ins­tar des vignes sises dans le Cha­blais et sur les bords du Lé­man, le foehn y souffle et de ma­nière pré­coce dans la sai­son. Le ra­dou­cis­se­ment et le rac­cour­cis­se­ment des hi­vers sont des phé­no­mènes no­toires. Ils ont d’ailleurs conduit à la fer­me­ture de nos ins­tal­la­tions mécaniques de la Braye.»

«Nous vi­vons dans un kol­khoze et il nous faut di­ver­si­fier l’agri­cul­ture. J’ai donc aus­si plan­té de la vigne. Pour la li­ber­té!»

Alexandre Ray­naud Agri­cul­teur à Châ­teau-d’OEx

Sou­tien in­at­ten­du

Dans ce contexte, le Fa­vo­tais Di­dier Mo­rier ap­porte un sou­tien in­at­ten­du à Pas­cal Rit­te­ner-Ruff. Le pré­sident de Té­lé-Châ­teau-d’OEx SA, a lui aus­si dé­ci­dé de se mettre à la vi­ti­cul­ture, mais dans les li­mites lé­gales, soit sur une par­celle de 200 m2 tout au plus: «Dans notre ré­gion, nous ne de­vons pas bais­ser les bras. Et toute in­no­va­tion qui nous per­met de nous dé­mar­quer ne peut qu’être pro­fi­table à l’éco­no­mie lo­cale. Les bou­teilles de vins de ma fu­ture pro­duc­tion ac­com­pa­gne­ront donc bien un mor­ceau de fro­mage de L’Éti­vaz.»

Agri­cul­teur à Châ­teau-d’OEx, Alexandre Ray­naud lui em­boîte le pas: «On nous de­mande de di­ver­si­fier l’agri­cul­ture, mais on nous in­ter­dit tout. Nous vi­vons dans des kol­khozes. J’ai donc plan­té une vigne sur 200 m2. Et j’es­père bien aug­men­ter cette pro­duc­tion à l’ave­nir. Car 130 bou­teilles pour une an­née, ce n’est pas as­sez. Et puis, pour moi, comme pour Pas­cal, c’est un com­bat contre la dic­ta­ture et pour la li­ber­té.»

Pas­cal Rit­te­ner-Ruff a en­ta­mé sa deuxième ven­dange illi­cite ven­dre­di. À Châ­teau-d’OEx, il n’est dé­sor­mais plus le seul vi­gne­ron.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.