Rös­ti­gra­ben nous fait la le­çon?

24 Heures - - Opinions -

Pour com­prendre pour­quoi les Suisses al­le­mands ont vo­té non, il faut faire un pe­tit tour au-de­là de la fron­tière de la langue, ob­ser­ver et pro­fi­ter de leur ma­nière de consom­mer et pro­duire des ali­ments au plus proche de la na­ture sans foi ni loi qui com­pli­que­rait tout et aug­men­te­rait de sur­croît les coûts. Presque par ha­sard, sa­me­di der­nier, nous nous sommes re­trou­vés au mar­ché de So­leure. La plu­part des mar­chands avaient des lé­gumes plu­tôt lo­caux et bios qui sen­taient bon, non pas le sable chaud des terres loin­taines où poussent les avo­cats et noix de co­co que l’on trouve à ou­trance dans nos étals de Suisse ro­mande, mais des lé­gumes et des fruits bis­cor­nus qui don­naient l’eau à la bouche tel­le­ment ils étaient beaux et au­then­tiques. Sans faire de pu­bli­ci­té, je crois sa­voir que le pre­mier res­tau­rant vé­gé­ta­rien d’Eu­rope a été ou­vert à Zu­rich en 1848, un pré­cur­seur, qui de­puis a fait des émules même chez les grands cui­si­niers. Et nous, nous ai­me­rions leur faire la le­çon, alors que se­lon moi, ils ont gar­dé un peu plus de bon sens qui fait dé­faut, mal­heu­reu­se­ment chez la plu­part d’entre nous et qu’il se­rait urgent de re­trou­ver avant qu’il ne soit trop tard! Vé­rène At­tin­ger, La Croix

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.