Un nou­vel étran­ger et ça re­part?

L’ar­ri­vée de Co­ry Em­mer­ton a ra­me­né de l’équi­libre au sein de l’ali­gne­ment du LHC. Suf­fi­sant pour re­bon­dir à Zu­rich di­manche?

24 Heures - - Sports - Jé­rôme Rey­nard

On n’ira pas jus­qu’à par­ler de po­ten­tiel sau­veur. Reste que l’ar­ri­vée de Co­ry Em­mer­ton doit ôter quelques sou­cis de l’es­prit de Ville Pel­to­nen. De­puis la bles­sure de Dus­tin Jef­frey (lire ci-contre), l’en­traî­neur du LHC sem­blait bien em­prun­té au mo­ment de com­po­ser ses trios d’at­taque. Tri­plettes qu’il a mo­di­fiées à trois re­prises en au­tant de sor­ties, sans par­ve­nir à trou­ver la so­lu­tion (2 buts mar­qués en 3 matches).

Il faut dire que le Fin­lan­dais n’a pas été ai­dé par la pro­fon­deur de banc li­mi­tée de son équipe et que l’in­dis­po­ni­bi­li­té de Jef­frey a eu un ef­fet do­mi­no im­pres­sion­nant: sur l’ali­gne­ment of­fen­sif dans sa to­ta­li­té – et donc sur l’im­pact gé­né­ral des Lions – ain­si que sur des do­maines plus par­ti­cu­liers, dont les en­ga­ge­ments et les si­tua­tions spé­ciales.

Mais voi­là un nou­veau centre étran­ger sous contrat et même dé­jà qua­li­fié pour la pro­chaine ren­contre du LHC, di­manche après-mi­di chez le cham­pion de Suisse, Zu­rich. De quoi en­vi­sa­ger un re­tour à la nor­male en at­taque. Du moins sur la feuille de match. Ville Pel­to­nen pour­ra comp­ter sur deux atouts of­fen­sifs im­por­tés et il ne se­ra plus contraint de dé­ca­ler Joël Ver­min au centre. Au­tre­ment dit, le coach des Lions au­ra la pos­si­bi­li­té de re­for­mer l’as­so­cia­tion Ver­min- Mit­chell- Bert­schy, qui fonc­tion­nait en dé­but de sai­son et qui lui «plaît beau­coup». Mais il va sur­tout glo­ba­le­ment ga­gner en équi­libre. «C’est vrai, concède-t-il, même si je pense que notre équipe avait de l’al­lure et qu’on mé­ri­tait une meilleure ré­com­pense mar­di à Ge­nève.»

L’en­ga­ge­ment de Co­ry Em­mer­ton per­met­tra-t-il à Lau­sanne de re­trou­ver son ef­fi­ca­ci­té sur la glace après une sé­rie de quatre dé­faites? C’est une autre ques­tion, dont la ré­ponse dé­pend de plu­sieurs pa­ra­mètres. No­tam­ment de la ca­pa- ci­té du nou­veau No 25 de Mal­ley 2.0 à prendre le re­lais de Jef­frey. Une tâche soit dit en pas­sant plu­tôt com­pli­quée quand on sait l’im­pact qu’avait «DJ» sur le LHC. «J’ai sui­vi les ré­sul­tats, je sais ce qu’on at­tend de moi, mais ça ne me met pas plus de pres­sion que ça. De toute ma­nière, lorsque l’on est un joueur étran­ger en Suisse, on a l’ha­bi­tude d’être sous le feu des pro­jec­teurs et donc des cri­tiques si ça ne tourne pas rond pour l’équipe», confie l’an­cien at­ta­quant d’Am­bri (2015-2018).

Avec Her­ren et Zang­ger

Et puis, il fau­dra peut-être se mon­trer pa­tient avec un homme qui n’avait plus pa­ti­né de­puis une di­zaine de jours avant l’en­traî­ne­ment de ven­dre­di ma­tin. «Ça s’est mal pas­sé en KHL (ndlr: à No­vos­si­birsk). On a vé­cu un dé­but de cham­pion­nat très dif­fi­cile, le

«J’ai sui­vi les ré­sul­tats, je sais ce qu’on at­tend de moi, mais ça ne me met pas plus de pres­sion que ça» Co­ry Em­mer­ton

At­ta­quant ca­na­dien du LHC

coach a été ra­pi­de­ment vi­ré et plu­sieurs joueurs, dont moi, ont mis un terme à leur contrat d’un com­mun ac­cord avec le club, ex­plique le Ca­na­dien. Je dois re­prendre le rythme, m’adap­ter à de nou­veaux co­équi­piers et à une nou­velle tac­tique. Mais j’ai l’avan­tage de connaître la Na­tio­nal League et son style de jeu. À moi de tout en­tre­prendre pour être prêt di­manche, men­ta­le­ment comme phy­si­que­ment.»

À Zu­rich, Co­ry Em­mer­ton de­vrait être ali­gné en com­pa­gnie de Yan­nick Her­ren et de San­dro Zang­ger. Son in­fluence à 5 contre 5 et en si­tua­tion spé­ciale ain­si que ses sta­tis­tiques aux en­ga­ge­ments se­ront for­cé­ment dé­cor­ti­quées, voire com­pa­rées au ren­de­ment ha­bi­tuel de Dus­tin Jef­frey.

Mais qu’on ne s’y trompe pas: d’autres lea­ders de­vront haus­ser le ton et se­ront at­ten­dus au tour­nant au Hal­lens­ta­dion. Pour re­bon­dir, Lau­sanne doit sur­tout ré­agir col­lec­ti­ve­ment. Moins grave que pré­vu pour Jef­frey? On l’a vu pa­ti­ner et en­chaî­ner quelques tirs du poi­gnet, ven­dre­di ma­tin à l’en­traî­ne­ment. Tout en lé­gè­re­té et avec un maillot dis­tinc­tif, certes, mais quand même: Dus­tin Jef­frey était cen­sé pas­ser sur le billard en rai­son d’une dé­chi­rure des li­ga­ments du poi­gnet droit. «L’opé­ra­tion a été re­por­tée, ex­plique le di­rec­teur spor­tif lau­san­nois, Jan Al­ston. Le pre­mier avis mé­di­cal était très pes­si­miste, mais il se pour­rait fi­na­le­ment que de la phy­sio­thé­ra­pie suf­fise à «DJ» pour ré­cu­pé­rer les 100% de ses moyens. Les mé­de­cins sont en train d’éva­luer son cas dans le dé­tail. Ils pren­dront une dé­ci­sion dé­fi­ni­tive en dé­but de se­maine pro­chaine.» Si l’at­ta­quant ca­na­dien de­vait évi­ter l’opé­ra­tion, sa pé­riode d’in­dis­po­ni­bi­li­té pas­se­rait de trois mois à un mois et de­mi en­vi­ron. In-Al­bon sur le re­tour Lui aus­si s’est en­traî­né, qui plus est à haute in­ten­si­té. Sur la touche de­puis la fin du mois de sep­tembre (bas du corps), Loïc In-Al­bon est tout proche d’un re­tour au jeu. Ce­lui-ci pour­rait in­ter­ve­nir mar­di à l’oc­ca­sion de la ré­cep­tion d’Am­bri. En at­ten­dant, le jeune joueur de centre (21 ans) est al­lé de son pe­tit so­lo, ven­dre­di ma­tin, avec feinte et éli­mi­na­tion du gar­dien à la clé. «La der­nière fois que j’ai réus­si un truc pa­reil, ça de­vait être en No­vices», s’est mar­ré l’at­ta­quant va­lai­san.

Lind­bohm prend deux matches

Le juge unique a ren­du son ver­dict. Cou­pable d’une «charge avec la crosse contre la tête de Da­niel

FLO­RIAN CELLA

Co­ry Em­mer­ton a dis­pu­té son pre­mier en­traî­ne­ment avec le LHC ven­dre­di ma­tin. Il por­te­ra le No 25 en match.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.