Lau­sanne prête à jouer les co­bayes

La Ville se dit vo­lon­taire pour mettre en place un pro­jet pi­lote si la loi ve­nait à évo­luer comme le sou­haite le Con­seil fé­dé­ral

24 Heures - - La Une - Ro­ma­ric Had­dou

Fa­vo­rable à une mo­di­fi­ca­tion de la loi sur les stu­pé­fiants pour per­mettre des es­sais pi­lotes sur la consom­ma­tion ré­créa­tive de chanvre, la Ville se dit dis­po­sée à me­ner un tel pro­jet sur son ter­ri­toire. Si les bases lé­gales l’y au­to­risent.

La Ville de Lau­sanne vient d’an­non­cer qu’elle était fa­vo­rable à une mo­di­fi­ca­tion de la loi sur les stu­pé­fiants (LS­tup) pour per­mettre des es­sais pi­lotes sur la consom­ma­tion ré­créa­tive de can­na­bis. Elle in­dique même qu’elle se­rait prête à me­ner un tel pro­jet sur son ter­ri­toire si les bases lé­gales l’y au­to­ri­saient. La Mu­ni­ci­pa­li­té ré­pond ici à une ques­tion de la conseillère com­mu­nale Cé­line Mi­sie­go (En­semble à Gauche), «Va-t-on en­fin pou­voir tes­ter la ré­gu­la­ri­sa­tion de la vente du can­na­bis?» ain­si qu’à la consul­ta­tion lan­cée par le Con­seil fé­dé­ral en juillet der­nier.

Lau­sanne es­time que la mise en place d’études scien­ti­fiques per­met­trait de mieux connaître le mar­ché du can­na­bis dans le can­ton, d’en­trer plus fa­ci­le­ment en contact avec les consom­ma­teurs, mais éga­le­ment, si le nombre de par­ti­ci­pants est suf­fi­sam­ment éle­vé, de faire di­mi­nuer le deal de rue. «L’in­ter­dic­tion de vente et la ré­pres­sion de la consom­ma­tion ces der­nières an­nées n’ont en rien di­mi­nué l’usage du can­na­bis, ob­serve le mu­ni­ci­pal Os­car To­sa­to. Nous de­vons cher­cher des ré­ponses com­plé­men­taires aux dis­po­si­tions ré­pres­sives. Le fait de tes­ter de nou­veaux mo­dèles de ré­gle­men­ta­tion en fait par­tie.»

Un cadre à peau­fi­ner

S’ils de­vaient voir le jour, ces pro­jets pi­lotes de­vront être me­nés dans un cadre strict fixé par le Con­seil fé­dé­ral. L’or­don­nance qui ac­com­pagne le pro­jet de loi sti­pule par exemple qu’ils se­raient in­ter­dits aux mi­neurs ou aux per­sonnes qui ne consomment pas en­core, que la te­neur maxi­male du pro­duit en THC ne de­vrait pas dé­pas­ser 20% ou que la quan­ti­té men­suelle four­nie se­rait li­mi­tée à 10 grammes. «Je sou­ligne qu’il s’agit d’es­sais pi­lotes pour au maxi­mum 5000 per­sonnes par pro­jet, ce qui est bien dif­fé­rent d’une ré­gle­men­ta­tion glo­bale du mar­ché», ajoute Os­car To­sa­to.

D’autres règles pro­po­sées par le Con­seil fé­dé­ral font moins consen­sus. Dans sa prise de po­si­tion, Lau­sanne sug­gère d’ailleurs des mo­di­fi­ca­tions. Les au­to­ri­tés de­mandent que les per­sonnes at­teintes d’une ma­la­die psy­chique ne soient pas d’em­blée ex­clues des pro­jets pi­lotes, mais uni­que­ment si la consom­ma­tion de can­na­bis leur est contre-in­di­quée.

«La pro­por­tion de per­sonnes qui souffrent de troubles psy­chia­triques par­mi les per­sonnes dé­pen­dantes est telle qu’une ex­clu­sion se­rait dom­ma­geable pour une re­cherche scien­ti­fique», jus­ti­fie la Ville. Par ailleurs, le fait que les sub­stances uti­li­sées lors des es­sais soient sou­mises à l’im­pôt sur le ta­bac est contes­té. «Le prix risque alors d’être bien plus éle­vé que sur le mar­ché noir et d’être un frein à la par­ti­ci­pa­tion», avance Lau­sanne.

«Nous de­vons cher­cher des ré­ponses com­plé­men­taires aux dis­po­si­tions ré­pres­sives»

Os­car To­sa­to Mu­ni­ci­pal lau­san­nois

Fu­mer de la qua­li­té

In­ter­ro­gé sur les dan­gers po­ten­tiels d’une telle dé­marche, Os­car To­sa­to sou­ligne que «le prin­ci­pal risque, c’est de ne rien faire», que «la consom­ma­tion de can­na­bis dans le cadre d’un es­sai pi­lote com­porte moins de risques que sur le mar­ché noir, ne se­rait-ce qu’en termes de qua­li­té du pro­duit», et que «les per­sonnes qui pré­sentent une consom­ma­tion pro­blé­ma­tique pour­ront être orien­tées vers des struc­tures de soin adap­tées».

Si elle de­vait éla­bo­rer un tel pro­jet, la Ville tra­vaille­rait avec «un par­te­naire qui fait fi­gure d’ex­pert dans ce do­maine et qui a des com­pé­tences en termes de re­cherche». Os­car To­sa­to va no­tam­ment consul­ter le groupe in­ter­par­tis du Con­seil com­mu­nal à ce pro­pos. Il n’en­vi­sage pas une éven­tuelle mise en oeuvre avant 2021.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.