Un vol de rai­sin contraint un mu­ni­ci­pal à la dé­mis­sion

Laurent Cos­sy a ven­dan­gé du sur­plus sur des par­celles de la Com­mune pour son compte. Les au­to­ri­tés ont dé­po­sé une plainte pé­nale au­près du Mi­nis­tère pu­blic

24 Heures - - Vaud - Ka­rim Di Mat­teo

Qu’est-ce qui a bien pu pas­ser par la tête du vi­gne­ron de Char­donne Laurent Cos­sy? Le mu­ni­ci­pal PLR des Do­maines com­mu­naux a été pris la main dans le sac et en plein jour à ven­dan­ger des par­celles com­mu­nales avec cer­tains de ses em­ployés alors que le quo­ta de 1,225 kg par m2 avait dé­jà été at­teint, dé­cré­tant de fac­to la fin de la ré­colte. Un rai­sin hors la loi que l’élu a ra­me­né à la cave fa­mi­liale des Rueyres, bien connue dans la ré­gion. Les ru­meurs par­ve­nues à notre ré­dac­tion concer­nant une in­frac­tion étaient connues de­puis plu­sieurs jours. Elles ont été ren­dues pu­bliques par 20min.ch ce ven­dre­di. Se­lon le quo­ti­dien gra­tuit, un cour­rier a en outre aver­ti les conseillers com­mu­naux de la si­tua­tion.

La qua­li­té ex­cep­tion­nelle du rai­sin cette an­née s’est-elle avé­rée une ten­ta­tion trop grande? Tou­jours est-il que le vi­gne­ron a été «dé­non­cé par un ci­toyen», se­lon les termes du syndic Fa­brice Ney­roud (Char­donne sans par­ti), contac­té ce ven­dre­di. Se­lon une source bien in­for­mée, plu­sieurs té­moins au­raient pris des pho­tos de la ven­dange illé­gale.

Fa­brice Ney­roud voit dans cette af­faire «une er­reur de jeu­nesse que ce vi­gne­ron, au de­meu­rant bien im­plan­té et bien ap­pré­cié, va payer cash». L’élu pré­cise «qu’il a ad­mis les faits et s’est ex­cu­sé». Si le syndic se re­fuse à en­fon­cer le clou, une plainte pé­nale de la Com­mune au Mi­nis­tère pu­blic était par contre in­évi­table. Qui plus est, elle était re­com­man­dée par la pré­fec­ture: «La Com­mune doit pré­ser­ver ses in­té­rêts et se pré­mu­nir d’avoir vou­lu in­jec­ter du rai­sin hors quo­ta sur le mar­ché.»

Laurent Cos­sy a par ailleurs an­non­cé ven­dre­di der­nier sa dé­mis­sion à la Mu­ni­ci­pa­li­té. L’élu avait fait son en­trée à l’Exé­cu­tif aux élec­tions de 2016. La date de l’élec­tion com­plé­men­taire pour le rem­pla­cer n’est pas connue, mais le 10 fé­vrier semble pro­bable.

Contac­té, le vi­gne­ron se re­fuse à tout com­men­taire, mais évoque par mail une «si­tua­tion per­son­nelle com­plexe». Ci­té par l’heb­do­ma­daire «Le Ré­gio­nal», il jus­ti­fie son dé­part de ma­nière quelque peu étrange: ce­lui-ci se­rait «le fruit du constat d’in­com­pa­ti­bi­li­té entre ma vie pro­fes­sion­nelle et un cli­mat po­li­tique de­ve­nu dif­fi­cile».

Char­donne

Rai­sin sous scel­lés

Concer­nant les quan­ti­tés de chas­se­las ré­cu­pé­rées en douce, le syndic reste éva­sif, l’en­quête étant en cours, «mais on peut par­ler de plu­sieurs cen­taines de ki­los». «Le Ré­gio­nal» évoque «l’équi­valent de 2000 bou­teilles». Le vi­gne­ron-tâ­che­ron com­mu­nal, res­pon­sable du dé­compte fi­nal, af­firme pour sa part ne pas dis­po­ser du chiffre. Les trois hec­tares de vignes com­mu­nales rap­portent en­vi­ron quelque 40 tonnes de rai­sin.

«Je veux y voir une er­reur de jeu­nesse que ce vi­gne­ron, au de­meu­rant bien im­plan­té et bien ap­pré­cié, va payer cash. Il a ad­mis les faits et s’est ex­cu­sé»

Fa­brice Ney­roud Vi­gne­ron et syndic de Char­donne

In­dé­pen­dam­ment des quan­ti­tés, quid du rai­sin hors la loi? Laurent Cos­sy au­rait pro­mis de dé­truire la cuve in­cri­mi­née de­vant té­moins pour prou­ver la bonne foi de son re­pen­tir. «Le vin n’a fi­na­le­ment pas été dé­truit, ex­plique Laurent Cos­sy au «Ré­gio­nal», qui a réus­si à re­cueillir le té­moi­gnage du mu­ni­ci­pal in­cri­mi­né. Il est ap­pa­ru que l’op­tion à pri­vi­lé­gier était de mettre la cuve sous scel­lés par la Di­rec­tion gé­né­rale de l’agri­cul­ture, de la vi­ti­cul­ture et des af­faires vé­té­ri­naires afin de ne plus y avoir ac­cès, tout en main­te­nant cette preuve exis­tante pen­dant la pro­cé­dure ju­di­ciaire.»

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.