1892-1916

24 Heures - - Samedi -

Dans une foule de des­tins tra­giques, la fa­mille In­gold est sai­sis­sante. nte. Théo­phile est de Mon­treux. Ty­po­graphe, mor­du d’avia­tion, il s’en­gage gage dans la Lé­gion puis se re­trouve ser­gent au 1er groupe d’avia­tion, dans la 23e es­ca­drille. Il se dis­tingue dans ses re­con­nais­sances à longue por­téeée et est ci­té à plu­sieurs re­prises. En mars 1916, un avion de l’es­ca­drille ne re­vient pas. Le Mon­treu­sien dé­colle pour ac­com­plir la mis­sion de ses ca­ma­rades. Il par­vient à abattre un avion en­ne­mi. En juillet, il se­ra mor­tel­le­ment bles­sé, en vol, par un obus. Il réus­si­ra à ra­me­ner son ap­pa­reil avant de mou­rir, lais­sant une amie à Pa­ris. Un ré­cit re­trou­vé par l’his­to­rien Ber­nard Jac­quet dit que la mère de Théo­phile, te­nan­cière du res­tau­rant du port de Cla­rens, a ser­vi gra­tui­te­ment à boire le jour où elle ap­prend le dé­cès de son fils, puis, le soir, ferme son bis­trot pour ne ja­mais re­ve­nir. Le Vau­dois avait un cou­sin, autre fi­gure de l’avia­tion. L’Al­sa­cien Karl In­gold s’est, lui, en­ga­gé dans l’ar­mée al­le­mande. Il a sur­vé­cu à la guerre.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.