La vi­sion’ère

Bilan - Luxe - - Édito -

Sommes- nous en­core ca­pables de vi­sion ? Alors que la trans­pa­rence règne sur tout sec­teur, politique, éco­no­mique ou pri­vé, obli­geant au grand dé­bal­lage avant net­toyage, es­til pos­sible, en ver­tu de cette même pro­bi­té, de voir clair et loin ? Des mu­sées « vi­sion­naires » consa­crés en­tiè­re­ment à cette thé­ma­tique existent à tra­vers le monde. Ce­lui de Bal­ti­more, aux Etats-unis, pro­met d’édu­quer l’hu­main à voir au-de­là du réel, pour dé­cons­truire le tan­gible. Ce­lui de Zu­rich, le « Mu­sée vi­sion­naire », in­cite les vi­si­teurs à plon­ger dans l’art brut et l’art Out­si­der contem­po­rain pour ob­ser­ver et peut-être ap­prendre le pas de cô­té sa­lu­taire à l’ima­gi­naire.

Dans l’in­dus­trie hor­lo­gère, dont le dos­sier de ce nu­mé­ro dé­crypte les en­jeux, la ques­tion se pose aus­si. Le troi­sième sec­teur d’ex­por­ta­tion suisse est-il en­core vi­sion­naire et se donne-t-il les moyens d’ima­gi­ner le fu­tur, de se pro­je­ter dans un monde où l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle do­mi­ne­ra lar­ge­ment ? De­puis bien­tôt douze mois consé­cu­tifs, les ex­por­ta­tions sont en hausse. En jan­vier der­nier, la crois­sance était de 12,6% par rap­port à jan­vier 2017. Ces bonnes nou­velles de­vraient pous­ser les hor­lo­gers à se dé­faire de leur pru­dence lé­gen­daire, ha­bi­tués de­puis quelques an­nées à re­vi­si­ter les styles du pas­sé pour in­ven­ter de nou­velles ma­nières de voir le temps. La piste du connec­té n’étant dé­fi­ni­ti­ve­ment pas la bonne, pour beau­coup d’hor­lo­gers, quel ai­guillage choi­sir ? L’hy­per­in­dus­tria­li­sa­tion qui peut as­su­rer fia­bi­li­té et com­pé­ti­ti­vi­té, l’hy­per­in­gé­nie­rie qui mise sur ma­té­riaux et com­po­sants in­no­vants ou tout mi­ser sur l’in­tel­li­gence de la main, cette sin­gu­la­ri­té que seule la haute hor­lo­ge­rie à forte plus-va­lue peut of­frir ? Il faut es­pé­rer que, là aus­si, la trans­pa­rence, me­née entre autres par un Swiss made qui pousse à connaître la pro­ve­nance des ma­té­riaux et des com­po­sants, in­cite à de nou­velles vi­sions. A ris­quer, pour de vrais par­tis pris.

Si des pa­trons de l’in­dus­trie hor­lo­gère tentent de ré­pondre à la ques­tion, dans d’autres sec­teurs, l’in­ter­ro­ga­tion est aus­si lâ­chée. Cate Blan­chett, ac­trice dou­ble­ment os­ca­ri­sée et pro­chaine pré­si­dente du ju­ry du Fes­ti­val de Cannes, té­moigne, dans l’in­ter­view ex­clu­sive pour Bi­lan Luxe, du rôle de l’art et de la res­pon­sa­bi­li­té de l’ar­tiste au mo­ment où des ac­cents de pu­ri­ta­nisme se font en­tendre. Mais aus­si En­ki Bi­lal, grande fi­gure de la BD d’an­ti­ci­pa­tion, Jo­chen Zeitz, en­tre­pre­neur al­le­mand, sau­veur de la marque Pu­ma il y a quelques an­nées, au­jourd’hui to­ta­le­ment im­pli­qué en Afrique, ou en­core Sa­rah Ken­der­dine, di­rec­trice de l’artlab à L’EPFL, qui nu­mé­rise le pa­tri­moine pour in­ven­ter la culture du fu­tur ré­pondent à cette in­ter­ro­ga­tion. Et nous font ren­trer dans la vi­sion’ère...

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.