TO­KYO

Cor­res­pon­dant de « Fi­nanz und Wirt­schaft »

Bilan - Luxe - - News Chroniques - Mar­tin Fritz

Les vi­sions com­mer­ciales de M. Son

Au­cun en­tre­pre­neur ja­po­nais n’a fait preuve d’une ré­flexion aus­si pro­fonde et vi­sion­naire que Ma­sayo­shi Son. Pour la so­cié­té d’in­ves­tis­se­ment Soft­bank, qu’il a lui-même fon­dée, il a écrit un plan d’ac­ti­vi­tés de 300 ans ! Pre­mière étape : d’ici à 2010, Soft­bank doit prendre des par­ti­ci­pa­tions dans 5000 en­tre­prises pour tra­ver­ser les siècles. Et M. Son, 60 ans, four­nit aus­si la rai­son: il est convain­cu de l’avè­ne­ment de l’ère de la sin­gu­la­ri­té. Alors, les or­di­na­teurs se­ront plus in­tel­li­gents que les hu­mains. Il a été si sou­dai­ne­ment étreint par cette vi­sion qu’il a dé­jà li­cen­cié le suc­ces­seur qu’il s’était dé­si­gné et an­nu­lé la re­traite qu’il s’était pro­gram­mée. Puis, avec l’aide du prince hé­ri­tier d’ara­bie saou­dite, il a por­té sur les fonts bap­tis­maux son Soft­bank Vi­sion Fund de 100 mil­liards de dol­lars. De­puis lors, M. Son court, hors d’ha­leine, d’un in­ves­tis­se­ment mil­liar­daire à l’autre dans des tech­no­lo­gies dis­rup­tives: concep­teurs de puces, sites d’in­ter­mé­dia­tion, ser­vices bio­techs et fi­nan­ciers. Afin de concré­ti­ser de son vi­vant en­core les bases de sa vi­sion.

Le luxe en di­rect Illus­tra­tions: Ni­co­las Zent­ner

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.