La course à l’es­pace

Bilan - - Décryptage - PAR OLI­VIER GRIVAT

IN­TER­NET Pour cap­ter vos sé­ries té­lé­vi­sées ou vos films avec la meilleure dé­fi­ni­tion, le match entre in­ter­net par fibre op­tique et par sa­tel­lite est lan­cé. Les in­ter­mi­nables tran­chées dans le sol contre l’ar­ro­sage ve­nu de l’es­pace, qu’est-ce qui est le plus ra­tion­nel? Au lieu de mul­ti­plier les chan­tiers ur­bains, pour­quoi ne pas re­cou­rir aux sa­tel­lites?

A Ge­nève, où Swiss­com a cou­vert l’en­semble des zones pré­vues, le pro­jet des SIG bat de l’aile; il se trouve «va­lo­ri­sé» à zé­ro franc au bud­get des Ser­vices in­dus­triels. A Fri­bourg, Swiss­com a rom­pu le contrat si­gné en 2012 avec le Groupe E, Gruyère Ener­gie et le can­ton en vue de connec­ter villes et vil­lages à la fibre op­tique, à une vi­tesse des mil­liers de fois su­pé­rieure au fil de cuivre.

Seuls 47 000 lo­ge­ments sont rac­cor­dés sur 150 000 pour 27 mil­lions in­ves­tis.

Les par­ti­sans du sa­tel­lite font va­loir qu’il en coûte 400 à

20 000 fr. par foyer pour ache­mi­ner in­ter­net via la fibre op­tique – sui­vant la den­si­té de la po­pu­la­tion – contre 500 à 800 fr. an­nuels en pas­sant par l’es­pace, à 36 000 km de la Terre. Aux USA, où le sa­tel­lite est en­tré dans les moeurs, l’abon­ne­ment coûte 60 dol­lars par mois, il de­vrait en al­ler de même en Eu­rope. Et sur­tout, le sa­tel­lite de­vrait ar­ro­ser des zones in­ac­ces­sibles, y com­pris les ca­bines d’avion, les car­gos, les trains et les voi­tures du fu­tur. Do­ré­na­vant, in­ter­net se­ra ac­ces­sible tout le temps et par­tout, mais le temps presse et le client n’at­tend pas. En Suisse, où la po­pu­la­tion est concen­trée sur un ter­ri­toire exi­gu, l’ave­nir est sans doute dans un «mix» de cuivre, fibre op­tique, té­lé­pho­nie mo­bile et sa­tel­lite.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.