Une li­cence ban­caire pour les cryp­tos?

Bilan - - Sommaire -

D’im­por­tants ac­teurs de la fi­nance veulent lan­cer la pre­mière cryp­to­banque agréée par la Fin­ma.

TECH­NO­LO­GIE L’en­jeu, c’est avant tout la ges­tion des fonds ins­ti­tu­tion­nels. De nom­breuses so­cié­tés s’ef­forcent ac­tuel­le­ment de com­bler le fos­sé entre banques tra­di­tion­nelles et cryp­to­fi­nance. Mais pour pou­voir ser­vir la clien­tèle ins­ti­tu­tion­nelle, il faut être au bé­né­fice d’une li­cence ban­caire ac­cor­dée par la Fin­ma, le gen­darme suisse des mar­chés fi­nan­ciers. Se­lon un com­mu­ni­qué ci­té par fi­news.ch, c’est dé­sor­mais l’am­bi­tion de la Banque Se­ba Cryp­to qui veut per­mettre aux in­ves­tis­seurs de trans­fé­rer des ac­tifs nu­mé­riques dans le monde fi­nan­cier tra­di­tion­nel. Et in­ver­se­ment. Une de­mande de li­cence ban­caire a été dé­po­sée au­près de la Fin­ma. Il s’agit d’une pre­mière au ni­veau suisse, voire mon­dial. Fon­dée dans la Cryp­to Val­ley, à Zoug, Se­ba Cryp­to a le­vé quelque 100 mil­lions de francs en trois mois en ver­tu des pro­fils hau­te­ment cré­dibles de ses pro­mo­teurs. Par­mi eux, Guy Sch­war­zen­bach, fils du cour­tier en de­vises Urs Sch­war­zen­bach, Jo­seph Chee, an­cien ban­quier d’af­faires chez UBS Hong­kong, et Jack Chung, de la so­cié­té de ca­pi­tal­risque Sum­mer Ca­pi­tal. Le pré­sident du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion est An­dreas Am­sch­wand, an­cien res­pon­sable des opé­ra­tions de change chez UBS et jus­qu’ici ad­mi­nis­tra­teur chez Ju­lius Baer. An­cien d’UBS, le CEO Gui­do Büh­ler a quant à lui co­fon­dé le fa­mi­ly of­fice B&B Ana­ly­tics. Une af­faire à suivre.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.