Ou­vrons les com­merces le di­manche!

Bilan - - Décryptage - PAR CHAN­TAL DE SENGER

GE­NÈVE Au mois de sep­tembre der­nier, le ma­ga­zine Bi­lan a pu­blié un dos­sier et me­né une opé­ra­tion sur les ré­seaux so­ciaux avec la thé­ma­tique «Comment redorer l’image de Ge­nève?» en de­man­dant à ses lec­teurs de lui sou­mettre les meilleures idées pour que la ville du bout du lac re­trouve de son at­trac­ti­vi­té. L’une des pro­po­si­tions qui est re­ve­nue en force: faire re­vivre la Vieille-Ville et élar­gir les ho­raires d’ou­ver­ture des ma­ga­sins le di­manche. En ef­fet, les tou­ristes se font de plus en plus rares et une grande par­tie des Ge­ne­vois désertent la ville le week-end. Alors, plu­tôt que de lais­ser les ci­toyens dé­pen­ser leur ar­gent ailleurs – no­tam­ment en France voi­sine, pour­tant di­ri­gée par des par­tis de gauche qui ouvrent onze week-ends par an­née – pour­quoi ne pas élar­gir les ho­raires d’ou­ver­ture des com­merces le week-end?

Con­trai­re­ment à ce que pensent les op­po­sants, ou­vrir les ma­ga­sins per­met­trait à des étu­diants de tra­vailler en pa­ral­lèle de leurs études ou à cer­taines per­sonnes en dif­fi­cul­té fi­nan­cière d’amé­lio­rer leurs fins de mois. Ce­la aug­men­te­rait le chiffre d’af­faires des pe­tits com­mer­çants qui souffrent. Et sur­tout, une ville vi­vante le week-end mo­ti­ve­rait les tou­ristes à ve­nir dé­pen­ser chez nous, et les Ge­ne­vois à res­ter chez eux en fin de se­maine. En quelque sorte, ce­la contri­bue­rait à re­don­ner de l’at­trac­ti­vi­té à la Ci­té de Cal­vin. Si les syn­di­cats et la gauche ne com­prennent pas ce­la, es­pé­rons que les ci­toyens, eux, ne se lais­se­ront pas ber­ner par leur nou­veau ré­fé­ren­dum contre un pro­jet qui ne concerne, pour­tant, que trois di­manches par an!

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.