Cher Mi­chel Re­naud,

Le Matin Dimanche - - CHRONIQUES - Pe­ter Ro­thenbüh­ler Jour­na­liste

Vous avez été nom­mé «conseiller mu­ni­ci­pal ad hoc de Ve­vey» par le Con­seil d’état vau­dois pour es­sayer de faire fonc­tion­ner une Mu­ni­ci­pa­li­té en état de gué­guerre. Je vous sou­haite bien du plai­sir. Mais je ne crois pas qu’il suf­fise de mo­bi­li­ser une nan­ny po­li­tique pour rai­son­ner une équipe dé­chi­rée, une «mu­ni» pour­rie par des plaintes pé­nales di­verses. Les per­son­na­li­tés concer­nées sont adultes et ont toutes leurs dents. Si leurs ego ne leur per­mettent pas de rem­plir la pre­mière mis­sion d’un Exé­cu­tif, trou­ver des so­lu­tions en­semble, ac­cep­ter des com­pro­mis en­semble, il faut les vi­rer et re­com­men­cer à zé­ro, comme on fe­rait dans une boîte à peu près nor­male. Comme ce n’est pas pos­sible, puis­qu’il n’existe au­cune pro­cé­dure de des­ti­tu­tion pour des élus, on ne peut que sou­hai­ter qu’ils partent tous seuls. Et pré­voir les dé­gâts s’ils ne le font pas. Pour Ve­vey, pour le can­ton de Vaud et pour la Fête des Vi­gne­rons. Les mé­dias de par­tout s’in­té­res­se­ront avec une cer­taine Scha­den­freude à l’image dé­sas­treuse de la «ville de l’image». Tu parles d’image, di­ront-ils, et ils se mo­que­ront de ces Vau­dois qui ont la ré­pu­ta­tion de ré­gler tous les pro­blèmes au­tour d’un verre de ce vin blanc, breu­vage cen­sé adou­cir les moeurs.

Sauf à Ve­vey, haut lieu de la vigne et du vin… Quel gâ­chis!

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.