La passe gé­niale de Bas­tien To­ma: ta­lent, au­dace… et or­ga­ni­sa­tion?

Vé­ri­table buzz mon­dial, la passe dé­ci­sive du Sé­du­nois Bas­tien To­ma face à Xa­max (1-1) a été ad­mi­rée deux mil­lions de fois en une se­maine. Quelle est sa part de gé­nie et de tra­vail?

Le Matin Dimanche - - CHRONIQUES - MA­THIEU AESCHMANN ma­thieu.aeschmann@le­ma­tin­di­manche.ch

Tout est par­ti de deux ins­pi­ra­tions gé­niales: une passe aveugle et sa mise en ligne im­mé­diate par Oli­ver Ze­si­ger. Six jours plus tard, le ca­viar de Bas­tien To­ma cu­mu­lait 1.6 mil­lions de vues sur le seul compte Twit­ter du chef scout pour Foot­ball Ma­na­ger en Suisse. Mul­ti­pliez le tout par les cen­taines de re­prises et vous ob­te­nez le phé­no­mène foot de la se­maine écou­lée.

«Sur le mo­ment, je n’ai pas trop réa­li­sé, a ré­agi le jeune mi­lieu sé­du­nois de­puis la sé­lec­tion M21. Ce n’est que lorsque mes co­équi­piers m’ont sur­nom­mé la passe la­ser, que je suis al­lé re­voir l’ac­tion et que je me suis dit qu’elle était pas mal.» Pas mal? Chris­tian Cons­tan­tin a très vite choi­si une des­crip­tion plus va­lo­ri­sante. «Elle me rap- pelle une passe de Mi­chel Pla­ti­ni pour Yan­nick Sto­py­ra lors du France - Bré­sil du Mon­dial 1986.» Soit. Re­gar­dons en­core une fois ce bi­jou.

Quand Bas­tien To­ma re­çoit le bal­lon de la part d’emir Len­ja­ni, il a trois pos­si­bi­li­tés. 1. Jouer la­té­ra­le­ment vers Kouas­si, la plus évi­dente. 2. S’ap­puyer sur sa char­nière, la plus pru­dente. 3. Cher­cher l’at­ta­quant qui dé­croche, a prio­ri la plus osée (Image 1). Or lorsque le jeune Sé­du­nois laisse pas­ser la balle et s’oriente vers le cô­té ou­vert, tout le monde pense qu’il va ser­vir Kouas­si. Faux. Il arme un passe aveugle, de l’in­té­rieur du coup de pied qui pro­voque l’in­com­pré­hen­sion de Ndoye, bras le­vés (Image 2).

«J’ai d’abord fait une feinte pour brouiller les pistes, pré­cise l’au­teur. Si elle n’était pas aveugle, cette passe n’ar­ri­vait pas.» Ce dé­tail ra­conte l’in­ten­tion­na­li­té. Il met en lu­mière la vi­sion du jeu et la maî­trise tech­nique du jeune homme (sur le ga­zon syn­thé­tique de la Ma­la­dière, le bal­lon est a prio­ri plus dif­fi­cile à do­ser.). Mais cet éclair de gé­nie s’ins­pire-t-il aus­si d’un sché­ma si ce n’est tra­vaillé, au moins en­vi­sa­gé?

L’ob­ses­sion de la ver­ti­ca­li­sa­tion

«À Lu­cerne, Mu­rat Ya­kin jouait sou­vent sans vrai No 9 et c’était les ex­té­rieurs, Win­ter et Fer­rei­ra qui plon­geaient pour évo­luer presque en po­si­tion d’at­ta­quant, se sou­vient Xa­vier Hochs­tras­ser, vice-cham­pion avec le FCL cette an­née-là (2012). Ya­kin vou­lait tou­jours des joueurs entre les lignes et de­man­dait au mi­lieu de ver­ti­ca­li­ser. Je peux m’ima­gi­ner qu’il en­cou­rage tou­jours ce­la. Même si au fi­nal, peu im­portent les consignes, c’est tou­jours l’ins­pi­ra­tion du joueur qui fait la dif­fé­rence.» Un éclair en­cou­ra­gé par une ten­dance? La thèse tient la route. D’abord parce que Len­ja­ni dé­marre si­tôt sa passe lâ­chée (1), puis il mo­di­fie le sens de sa course, de l’ex­té­rieur vers l’in­té­rieur, pour ex­ploi­ter l’es­pace au coeur de la dé­fense neu­châ­te­loise (3). Soit pile la zone que Bas­tien To­ma cherche et trouve sans un re­gard (4).

«J’ai d’abord fait une feinte pour brouiller les pistes. Si elle n’était pas aveugle, cette passe n’ar­ri­vait pas» Bas­tien To­ma, mi­lieu du FC Sion

Pho­tos: DR

La ré­cep­tion L’ins­pi­ra­tion La fi­ni­tion

La prise d’in­for­ma­tion

L’ap­pel sur­prise

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.