La réa­li­té aug­men­tée s’in­vite sur les pare-brise de voi­tures

Avec son im­pres­sion­nante tech­no­lo­gie des­ti­née à l’au­to­mo­bile, le Zu­ri­chois Way­ray a sé­duit des construc­teurs comme Porsche et Hyun­dai, ou en­core le géant chi­nois du com­merce en ligne Ali­ba­ba.

Le Matin Dimanche - - MULTIMÉDIA - CHRIS­TOPHE PINOL chris­tophe.pinol @le­ma­tin­di­manche.ch

Vous êtes au vo­lant de votre voi­ture quand une flèche aver­tit qu’il faut tour­ner à la pro­chaine rue à gauche, d’ici à 40 mètres, pour pour­suivre vers votre des­ti­na­tion. À droite, une in­di­ca­tion pré­cise que le bâ­ti­ment de brique rouge que vous vous ap­prê­tez à dé­pas­ser est une bi­blio­thèque. De­vant celle-ci, une zone est même mise en évi­dence, si­gna­lant une place de parc dis­po­nible… Jus­qu’ici, rien d’ex­tra­or­di­naire. Sauf que toutes ces in­for­ma­tions ne sont pas four­nies par l’écran de votre GPS, comme dans toutes les voi­tures mo­dernes, mais ap­pa­raissent sous la forme d’ho­lo­grammes se su­per­po­sant à votre en­vi­ron­ne­ment, di­rec­te­ment dans votre champ de vi­sion alors que vous avez les yeux fixés sur la route. Mieux: la sil­houette d’un pié­ton sur le trot­toir se teinte sou­dai­ne­ment de rouge alors qu’il s’ap­prête à tra­ver­ser la route. Vous ne l’aviez même pas re­mar­qué et vous frei­nez pour le lais­ser tra­ver­ser…

Il ne s’agit pas ici d’ef­fets spé­ciaux der­niers cri pour une su­per­pro­duc­tion hol­ly­woo­dienne mais de la tech­no­lo­gie dé­ve­lop­pée par Way­ray, so­cié­té zu­ri­choise qui vient de le­ver 80 mil­lions de dol­lars pour son troi­sième tour de fi­nan­ce­ment, por­tant ain­si le mon­tant de son por­te­feuille à près de 110 mil­lions après avoir sé­duit des in­ves­tis­seurs comme Porsche, Hyun­dai Mo­tor, Ali­ba­ba, JVC Ken­wood ou en­core Ja­pan Bank for In­ter­na­tio­nal Coo­pe­ra­tion.

Deux sys­tèmes

Sur la base du prin­cipe de réa­li­té aug­men­tée, proche de ce­lui uti­li­sé par Mi­cro­soft avec son casque Ho­lo­lens, Way­ray tra­vaille ac­tuel­le­ment sur deux sys­tèmes. La ver­sion dé­crite plus haut, in­té­grée au vé­hi­cule, consiste en un film fin ap­po­sé sur la face in­terne du pare-brise et per­met, cou­plé à un sys­tème de pro­jec­tion, d’af­fi­cher des ho­lo­grammes sur toute sa sur­face. Le se­cond est une ver­sion add-on, com­po­sé d’un écran trans­pa­rent pi­vo­tant où vont s’af­fi­cher les mêmes in­for­ma­tions, mais sur une zone plus ré­duite et qui vient sim­ple­ment se po­ser sur le ta­bleau de bord de n’im­porte quel vé­hi­cule. «Au­jourd’hui, toutes les voi­tures de luxe ont ce type d’af­fi­chage in­té­gré, ap­pe­lé tête-haute, nous ex­plique Phi­lippe Mon­nier, ac­tion­naire et ad­mi­nis­tra­teur de la so­cié­té. Mais notre so­lu­tion, qui as­so­cie une couche na­no­tech­no­lo­gique à un pro­jec­teur pour créer les ho­lo­grammes, per­met de ré­duire consi­dé­ra­ble­ment la taille de ce der­nier et donc d’ins­tal­ler beau­coup plus fa­ci­le­ment l’ap­pa­reil. Sur­tout le sys­tème per­met d’af­fi­cher les in­for­ma­tions comme si elles ap­pa­rais­saient beau­coup plus loin que le pare-brise. Ain­si, le conduc­teur n’a pas be­soin de re­fo­ca­li­ser en per­ma­nence sa vi­sion, jon­glant entre une in­for­ma­tion qu’il lit à 30 cm et celles qu’il ob­serve 40 m de­vant lui. C’est beau­coup plus sûr.» Cette ver­sion por­table, le Na­vion, de­vrait faire son ap­pa­ri­tion l’an pro­chain aux États-unis, et en 2020 en Eu­rope. Comp­tez en re­vanche entre un et cinq ans sup­plé­men­taires pour la voi­ture équi­pée du pro­duit in­té­gré, qui of­fri­rait alors éga­le­ment des dé­cli­nai­sons adap­tées aux pas­sa­gers.

Des Suisses convain­cants

Créée par Vi­ta­ly Po­no­ma­rev en Rus­sie en 2012, Way­ray au­rait très bien pu être ins­tal­lée au­jourd’hui quelque part aux États-unis, là où son fon­da­teur pen­sait s’im­plan­ter à l’ori­gine. Mais en 2014, la so­cié­té ap­pa­raît sur les ra­dars de Phi­lippe Mon­nier. À l’époque, ce­lui-ci di­rige le Grea­ter Ge­ne­va Bern area (GGBA), un or­ga­nisme char­gé d’at­ti­rer les so­cié­tés étran­gères en Suisse oc­ci­den­tale. «On vi­sait sur­tout les grands groupes comme Proc­ter & Gamble, ca­pables de créer ra­pi­de­ment 100 ou 200 em­plois, conti­nue l’ad­mi­nis­tra­teur, mais mal­gré la pe­tite taille de Way­ray, j’ai tout de suite vu qu’elle avait un énorme po­ten­tiel.» À coups d’ar­gu­ments chocs – la sta­bi­li­té po­li­tique de la Suisse, les uni­ver­si­tés col­la­bo­rant fa­ci­le­ment avec le sec­teur pri­vé et la pré­sence de nom­breux four­nis­seurs au­to­mo­biles très im­por­tants – Phi­lippe Mon­nier fi­nit par convaincre Vi­ta­ly Po­no­ma­rev de ve­nir s’ins­tal­ler sur sol hel­vé­tique. D’abord à Lau­sanne, avant son dé­mé­na­ge­ment à Zu­rich l’été pas­sé.

«La pre­mière fois que j’ai vu leurs ho­lo­grammes, se re­mé­more l’ex-di­rec­teur, c’étaient de toutes pe­tites in­di­ca­tions vertes à peine dis­cer­nables… De­puis, on a fait un sa­cré che­min. Rien que pour af­fi­cher trois cou­leurs bien dis­tinctes, ça a été ex­trê­me­ment dif­fi­cile.» Dans le dé­tail, chaque voi­ture est équi­pée de quatre types de dé­tec­teurs per­met­tant de si­tuer celle-ci à la fois dans son en­vi­ron­ne­ment proche, sur une carte, mais aus­si d’iden­ti­fier les vé­hi­cules en mou­ve­ment, pié­tons ou ani­maux qui l’en­tourent. «Après, toute la ques­tion est de sa­voir comment re­pré­sen­ter gra­phi­que­ment ces in­di­ca­tions, comment mettre en évi­dence un pas­sage clou­té ou une piste cy­clable, pré­cise-t-il. Nous tra­vaillons avec plus de vingt construc­teurs au­to­mo­biles et cha­cun cherche à se dis­tin­guer des autres en ap­por­tant quelque chose de spé­ci­fique.» Way­ray se rap­pro­che­rait-il d’un sys­tème comme An­droid, où chaque fa­bri­cant de smart­phone ap­porte sa propre sur­couche, son in­ter­face per­son­na­li­sée? L’ad­mi­nis­tra­teur y voit plu­tôt une com­pa­rai­son avec Apple et son sys­tème d’ap­pli­ca­tions conçues par des tiers. Car la firme ne compte pas se li­mi­ter aux in­di­ca­tions rou­tières. Mé­téo, iden­ti­fi­ca­tion des bâ­ti­ments, liste de res­tau­rants… avec cette tech­no­lo­gie, les pos­si­bi­li­tés sont in­fi­nies (lire ci­contre). La so­cié­té zu­ri­choise en garde d’ailleurs en­core sous le coude. Au pro­chain CES de Las Ve­gas, en jan­vier, elle a pré­vu de faire la dé­mons­tra­tion du pi­lo­tage de sa tech­no­lo­gie à tra­vers des com­mandes ges­tuelles, per­met­tant au conduc­teur de ré­gler ses dif­fé­rents pa­ra­mètres de la main, à la ma­nière de Tom Cruise dans «Mi­no­ri­ty Re­port». Le tout, avec un ob­jec­tif de taille: fran­chir le cap du mil­liard de dol­lars de va­lo­ri­sa­tion, plus tard dans l’an­née.

En pleine ville, la réa­li­té aug­men­tée per­met­tra de mettre en évi­dence toutes sortes d’élé­ments: une place de parc avec son ta­rif, un pas­sage pié­ton, un ca­fé à proxi­mi­té, un em­pla­ce­ment ré­ser­vé aux han­di­ca­pés, et même la pré­sence d’«amis» dans les vé­hi­cules qui nous en­tourent.

Autre exemple de ce que Way­ray peut ap­por­ter. Ici, les ca­mé­ras ont re­pé­ré la piste cy­clable ain­si que le cy­cliste ar­ri­vant en sens in­verse et se chargent de les mettre en évi­dence pour que l’uti­li­sa­teur ne les manque pas.

Pho­tos DR

Le Na­vion est la ver­sion «por­table» de Way­ray. Elle pro­po­se­ra le même type de tech­no­lo­gie mais s’af­fi­chant sur un écran plus pe­tit, se po­sant sur le ta­bleau de n’im­porte quel vé­hi­cule.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.