Le er pter

Le Matin Dimanche - - SUISSE -

Quels autres rem­bour­se­ments?

Lorsque le for­fait est dé­pas­sé, quels frais peuvent être rem­bour­sés? C’est le noeud de la crise à Ge­nève, où des rem­bour­se­ments de dé­pla­ce­ments pri­vés de frais de bouches et de té­lé­pho­nie hors for­fait ont at­teint en 2017 plus de 120 000 francs. Dans le Ju­ra, on a une tout autre per­cep­tion des choses. Le for­fait de 2500 francs est exo­né­ré d’im­pôts, mais ne suf­fit de loin pas ex­plique le maire de De­lé­mont Da­mien Chap­puis: «À l’an­née, je dé­pense beau­coup plus. J’es­time entre 10 000 et 12 000 francs. Mais c’est en­tiè­re­ment pour ma pomme.» Et d’évo­quer un cas li­mite lors­qu’il s’était agi d’in­vi­ter une per­son­na­li­té fran­çaise aux Swiss In­doors de tennis à Bâle, en VIP. «Nous avions fi­na­le­ment re­fu­sé cette dé­pense pu­blique.»

Dans la ma­jo­ri­té des cas, les rè­gle­ments sont pré­cis et leur ap­pli­ca­tion plus ou moins sé­vère. Fri­bourg, par exemple, s’en re­met à la bonne foi. «Il peut s’agir de frais d’hô­tels lors de dé­pla­ce­ments pro­fes­sion­nels ou de frais de trans­port pu­blics à l’ex­té­rieur du pé­ri­mètre ré­gio­nal, ex­plique le syn­dic Thier­ry Steiert. Ce sont ra­re­ment des frais de re­pas ou de taxis. L’exé­cu­tif s’im­pose des li­mites cor­res­pon­dant au bon sens, no­tam­ment lors des nui­tées à l’ex­té­rieur où le choix est sys­té­ma­ti­que­ment por­té sur des hô­tels moyens de gamme. Les dé­pla­ce­ments en trans­ports pu­blics se font gé­né­ra­le­ment en pre­mière classe.» Com­bien ce­la coûte à la col­lec­ti­vi­té? «Le mon­tant to­tal pour les cinq conseillers se si­tue au­tour de 30 000 francs par an­née.»

À Lau­sanne, la pra­tique est stric­te­ment en­ca­drée. Les tra­jets en vé­hi­cule pri­vé, en taxi, en voi­tures de lo­ca­tion ne sont pas rem­bour­sés. Pas plus que les re­pas en Suisse comme à l’étran­ger. Pour le syn­dic de Lau­sanne, le so­cia­liste Gré­goire Ju­nod, les frais rem­bour­sés en 2017 s’élèvent à 8000 francs. Si­mon Af­fol­ter pré­cise que «ces mon­tants concernent des voyages ef­fec­tués en sa qua­li­té de syn­dic de la Ca­pi­tale olym­pique et no­tam­ment de son sta­tut de pré­sident de l’union mon­diale des villes olym­piques».

Le conseiller ad­mi­nis­tra­tif Guillaume Ba­raz­zone a été épin­glé pour avoir dé­pen­sé plus de 3000 francs en frais de taxi et plus de 17 000 francs de frais de té­lé­pho­nie en 2017.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.