Un mé­di­ca­ment sans or­don­nance sur deux se­rait «à pros­crire»

Le Temps - - Sciences -

Rhume, toux, mal de gorge, grippe: dans les mé­di­ca­ments dis­po­nibles sans or­don­nance, près d’un sur deux est «à pros­crire», se­lon le ma­ga­zine 60 mil­lions de consom­ma­teurs. Sur 62 mé­di­ca­ments «pas­sés au crible», près d’un sur deux (28) est tout sim­ple­ment «à pros­crire», le rap­port bé­né­fice/risque étant dé­fa­vo­rable en au­to­mé­di­ca­tion. En bonne place sur cette «liste noire» fi­gurent des «stars an­ti-rhume». Ce sont des cock­tails de deux à trois com­po­sés ac­tifs: un va­so­cons­tric­teur (nez bou­ché), un an­ti­his­ta­mi­nique (nez qui coule) et du pa­ra­cé­ta­mol ou de l’ibu­pro­fène (mal de tête). Ces tout-en-un cu­mulent des risques de sur­do­sage et d’ef­fets in­dé­si­rables gra­vis­simes (ac­ci­dents car­dio­vas­cu­laires ou neu­ro­lo­giques, ver­tiges…), se­lon 60 mil­lions, qui évoque no­tam­ment la pseu­doé­phé­drine. Cette sub­stance «ex­pose à des risques d’ac­ci­dents car­dio­vas­cu­laires et d’AVC», ob­serve le pro­fes­seur Gi­roud, membre de l’Aca­dé­mie de mé­de­cine.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.