Noire n’est pas leur mé­tier

Le Temps - - Culture - S. G. ■

Dé­ci­dé­ment, ce 71e Fes­ti­val de Cannes au­ra été très po­li­tique. Il res­te­ra d’abord comme le pre­mier de l’ère #MeToo, le pre­mier sans le gi­gan­tesque pa­villon fi­nan­cé par Har­vey Wein­stein, où dès la fin de la ma­ti­née s’ar­rê­taient des li­mou­sines aux vitres tein­tées. Mais il y en a eu d’autres, des mes­sages adres­sés au monde. Alors que la cé­ré­mo­nie des Os­cars ban­nit les prises de po­si­tion idéo­lo­gique, à Cannes la pa­role est libre. Une bonne chose vu qu’il s’agit d’une des ma­ni­fes­ta­tions les plus mé­dia­ti­sées après les Jeux olym­piques et la Coupe du monde de foot­ball. Sur le ta­pis rouge, pas de spon­sors, pas de marques. «Stop the at­tack on Ga­za»: lorsque l’ac­trice fran­co-li­ba­naise Ma­nal Is­sa a bran­di ce pan­neau, on n’a vu qu’elle.

Après une mon­tée des marches sym­bo­lique qui a réuni le week-end der­nier 82 femmes, ce sont mer­cre­di soir seize co­mé­diennes noires qui ont été ac­cueillies de­vant le Pa­lais des fes­ti­vals par le pré­sident Pierre Les­cure, le dé­lé­gué gé­né­ral Thier­ry Fré­maux et la chan­teuse bu­run­daise Khad­ja Nin, membre du ju­ry. Ces seize ac­trices viennent de co­si­gner, aux Edi­tions du Seuil, l’ou­vrage col­lec­tif Noire n’est pas mon mé­tier. Elles y dé­noncent les sté­réo­types et le ra­cisme aux­quelles elles ont toutes, un jour ou l’autre, été confron­tées.

Dans leur ou­vrage, elles stig­ma­tisent une in­dus­trie qui les voit en­core trop sou­vent comme une cau­tion di­ver­si­té et les confine sou­vent dans des rôles se­con­daires. «Nous vou­lons par­ler au cinéma fran­çais, mais aus­si à la jeu­nesse, aux élites, aux ins­ti­tu­teurs qui nous ont ra­tées. Dire à la Ré­pu­blique que nous sommes là», clame par exemple Aïs­sa Maï­ga. Beau­coup plus de po­li­tique, un peu moins de gla­mour: c’est aus­si ça, un fes­ti­val réus­si.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.