Di­plo­ma­tie pu­blique

Le Temps - - SUBJECTIF - YVES PETIGNAT JOUR­NA­LISTE

La conduite de la po­li­tique ex­té­rieure va conti­nuer d’échap­per tou­jours da­van­tage au Con­seil fé­dé­ral. C’était son do­maine ré­ser­vé, ti­mi­de­ment par­ta­gé avec le par­le­ment. C’est dé­sor­mais un lieu d’af­fron­te­ment idéo­lo­gique et un ins­tru­ment de cam­pagne aux mains des par­tis. L’UDC, en par­ti­cu­lier, s’est sai­sie, très à pro­pos, de la si­gna­ture du Pacte mon­dial des Na­tions unies avant la vo­ta­tion sur son ini­tia­tive «contre les juges étran­gers». On est loin de l’adage po­pu­laire, faux bien en­ten­du, qui vou­lait que «la meilleure po­li­tique étran­gère, c’est de n’en pas avoir».

Hier «exo­tique», sans in­fluence sur les dé­bats in­té­rieurs, comme un do­maine à part, la po­li­tique ex­té­rieure n’a pas seule­ment tou­jours plus de ré­per­cus­sions di­rectes sur la po­li­tique in­té­rieure. Dans un en­vi­ron­ne­ment in­ter­na­tio­nal tou­jours plus in­ter­dé­pen­dant (re­la­tions avec l’UE, fi­nance in­ter­na­tio­nale, mi­gra­tions), les deux po­li­tiques s’en­che­vêtrent. Dès lors, les par­le­men­taires exigent tou­jours plus de par­ti­ci­per à la conduite de la po­li­tique étran­gère et plus seule­ment à sa dé­fi­ni­tion. Par exemple en ma­tière de sanc­tions in­ter­na­tio­nales ou dans les ac­cords sur le trans­port, la pro­mo­tion de la paix, etc. Pa­ral­lè­le­ment, la ques­tion des re­la­tions avec l’UE ou l’adhé­sion à l’ONU ont conduit de­puis des dé­cen­nies la droite na­tio­na­liste, no­tam­ment l’ASIN, à de­man­der d’étendre tou­jours plus les droits po­pu­laires en la ma­tière.

Le Con­seil fé­dé­ral fait les frais de ces nou­velles exi­gences, lui qui est sup­po­sé être «char­gé des af­faires étran­gères sous ré­serve des droits du par­le­ment». Ses pré­ro­ga­tives lui sont tou­jours plus contes­tées. Sa ca­pa­ci­té d’ac­tion, dé­jà faible, s’en trouve en­core di­mi­nuée. Au point de fa­vo­ri­ser un cer­tain fa­ta­lisme. «Si la Suisse ne signe pas le pacte de l’ONU sur les mi­gra­tions en dé­cembre mais plus tard, ce ne se­rait pas une ca­tas­trophe», s’est ré­si­gné le mi­nistre des Af­faires étran­gères, Igna­zio Cas­sis. Quant à son col­lègue de l’Eco­no­mie, Jo­hann Sch­nei­der-Am­mann, il a re­ti­ré le pro­jet d’as­sou­plis­se­ment de l’or­don­nance sur l’ex­por­ta­tion des armes, car le mo­ment n’est guère fa­vo­rable.

Il faut dire que le mi­nistre des Af­faires étran­gères lui-même a ou­vert la porte à l’UDC en af­fi­chant ses hé­si­ta­tions pour la si­gna­ture du Pacte sur les mi­gra­tions. Le voi­là af­fai­bli par ceux-là mêmes qui l’ont élu. De même que le Con­seil fé­dé­ral ne pou­vait choi­sir plus mau­vais mo­ment pour as­sou­plir la lé­gis­la­tion sur les ex­por­ta­tions d’armes, alors que cer­tains clients de l’in­dus­trie d’ar­me­ment, comme l’Ara­bie saou­dite, sont en­ga­gés dans de longs et ter­ribles conflits. Ce­la ne fait que confir­mer la conclu­sion que ti­rait dé­jà, en 1999, le Pro­gramme na­tio­nal de re­cherche PNR 42: «la Suisse ne dis­pose pas d’une di­rec­tion avide de dé­ci­sions», no­tam­ment «en rai­son de la fai­blesse de lea­der­ship in­hé­rente au sys­tème» de col­lège de sept membres sans vé­ri­table chef.

La di­plo­ma­tie pu­blique chère à l’an­cienne mi­nistre Mi­che­line Cal­my-Rey est de­ve­nue une réa­li­té. A usage in­terne uni­que­ment. Plus la Suisse dé­pend de son en­vi­ron­ne­ment po­li­tique et éco­no­mique, du contexte in­ter­na­tio­nal, plus il se jus­ti­fie de lé­gi­ti­mer la po­li­tique ex­té­rieure par un dé­bat dé­mo­cra­tique. En­core faut-il que le gou­ver­ne­ment as­sure en­suite crâ­ne­ment ses choix. Or, faute de ligne po­li­tique as­su­mée, en don­nant le sen­ti­ment de cé­der aux in­té­rêts de quelques lob­bys, aux pres­sions d’un par­ti ou d’un autre, il ex­pose sa fai­blesse. Et nuit à la cré­di­bi­li­té de la Suisse.

En don­nant le sen­ti­ment de cé­der aux in­té­rêts de quelques lob­bys, aux pres­sions d’un par­ti ou d’un autre, le Con­seil fé­dé­ral ex­pose sa fai­blesse

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.