L’in­flexion na­tio­na­liste de l’Union eu­ro­péenne

Le Temps - - SUBJECTIF - FRÉ­DÉ­RIC KOLLER JOUR­NA­LISTE

De­puis quelque temps, Jean-Claude Jun­cker, le pré­sident de la Com­mis­sion eu­ro­péenne, prô­nait l’ex­clu­sion de Vik­tor Or­ban du Par­ti po­pu­laire eu­ro­péen (PPE), le plus grand groupe po­li­tique du Par­le­ment eu­ro­péen. Le Hon­grois, se­lon lui, viole les va­leurs qui fondent l’Union: il n’a plus sa place dans la fa­mille. Ce­lui qui se pro­file comme son pos­sible suc­ces­seur, l’Al­le­mand Man­fred We­ber, est d’un autre avis. S’il condamne les dé­rives hon­groises, il n’en es­time pas moins qu’Or­ban doit être main­te­nu dans les rangs des con­ser­va­teurs dé­mo­crates-chré­tiens à l’ori­gine de la construc­tion eu­ro­péenne.

Le pas­sage de té­moin de Jun­cker à We­ber, s’il se confir­mait, se­rait à l’image d’une bas­cule eu­ro­péenne vers la droite aux lé­gis­la­tives de mai pro­chain: celle me­nant d’un conser­va­tisme li­bé­ral et ou­vert au monde vers un conser­va­tisme ré­af­fir­mant son chris­tia­nisme et l’at­ta­che­ment aux fron­tières na­tio­nales. On pas­se­rait en quelque sorte d’une Eu­rope CDU à une Eu­rope CSU, le par­ti ba­va­rois dont est is­su Man­fred We­ber.

Rien n’est fait bien sûr. Mais que voit-on de­puis deux ans? Elec­tions après élec­tions, on as­siste dans la plu­part des pays eu­ro­péens à un ef­fon­dre­ment des par­tis so­ciaux-dé­mo­crates et à une forte éro­sion du centre droit au pro­fit prin­ci­pa­le­ment de par­tis na­tio­na­listes ou sou­ve­rai­nistes. Les élec­tions eu­ro­péennes s’étant trans­for­mées en une caisse de ré­so­nance des votes pro­tes­ta­taires, il y a de bonnes chances que le mou­ve­ment soit en­core plus mar­qué pour le re­nou­vel­le­ment du Par­le­ment de Stras­bourg. C’est pour­quoi il n’est plus tout à fait ab­surde d’en­vi­sa­ger que le pre­mier par­ti eu­ro­péen soit pro­chai­ne­ment ce­lui des eu­ros­cep­tiques. Il pour­rait re­pré­sen­ter un bon tiers des élus.

Bien sûr, ce par­ti n’en est pas exac­te­ment un, les na­tio­na­listes, s’ils s’ac­cordent contre Bruxelles, étant loin de se réunir sur un pro­gramme com­mun. Ma­rine Le Pen – dont le par­ti pointe en tête dans un ré­cent son­dage pour les eu­ro­péennes – la­boure le ter­rain pour ras­sem­bler les droites ex­trêmes du con­tinent; Mat­teo Sal­vi­ni en­vi­sage de créer une «Ligue des ligues» face à une «Eu­rope fon­dée sur l’ex­ploi­ta­tion et l’im­mi­gra­tion de masse». Mais dès qu’il s’agit d’éla­bo­rer des so­lu­tions concrètes, le pa­trio­tisme des uns butte contre le pa­trio­tisme des autres.

En se dé­cla­rant Or­ban-com­pa­tible, le PPE de We­ber fait sans doute le cal­cul qu’il s’agit du meilleur moyen de frei­ner la mon­tée des ex­trêmes. Il prend tou­te­fois le risque de sin­gu­liè­re­ment com­pli­quer la tâche des al­liances qu’il de­vra trou­ver avec les te­nants d’une Eu­rope ou­verte pour conti­nuer à pi­lo­ter l’UE. Si le par­te­naire so­cial-dé­mo­crate confirme son dé­clin, les li­bé­raux et les Verts pour­raient bien être les autres vain­queurs de ce scru­tin. C’est l’es­poir

Il n’est plus tout à fait ab­surde d’en­vi­sa­ger que le pre­mier par­ti eu­ro­péen soit pro­chai­ne­ment ce­lui des eu­ros­cep­tiques

d’un Em­ma­nuel Ma­cron qui se se­rait bien vu en chef de file d’une Eu­rope li­bé­rale face à une Eu­rope du re­pli po­pu­liste. Son dis­cours n’a tou­te­fois pas convain­cu en de­hors des fron­tières fran­çaises.

Le fait est que l’on va as­sis­ter un peu plus à l’écla­te­ment des camps po­li­tiques, à l’image de ce qui se pro­duit à l’échelle des na­tions. Le mar­chan­dage des postes clés de l’Union – pré­si­dence de la Com­mis­sion, du Con­seil, du Par­le­ment et de la BCE, ain­si que le poste de haut re­pré­sen­tant pour la po­li­tique étran­gère – n’en se­ra que plus dis­pu­té. Peut-on dès lors ex­clure que le PPE fasse le choix de s’ar­ran­ger avec les na­tio­na­listes, comme c’est le cas par exemple en Au­triche? L’idée même de l’Eu­rope, celle d’un in­té­rêt gé­né­ral dé­pas­sant les fron­tières na­tio­nales, se­rait alors re­mise en ques­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.