Quand la Chine pousse l’avan­tage

En dé­pit d’un tol­lé in­ter­na­tio­nal et de me­naces de re­pré­sailles, les au­to­ri­tés cen­trales chi­noises ont pro­mul­gué mar­di leur loi sur la sé­cu­ri­té na­tio­nale dans le ter­ri­toire

Le Temps - - La Une - FRÉ­DÉ­RIC KOLLER t @fre­de­ri­ckol­ler

En pro­mul­guant une loi sur la sé­cu­ri­té na­tio­nale à Hong­kong sans la moindre consul­ta­tion de ses ha­bi­tants, Xi Jin­ping passe en force et dé­montre que, pour Pé­kin, le temps n’est plus aux ter­gi­ver­sa­tions. Dans le prin­cipe «un pays, deux sys­tèmes», ima­gi­né il y a qua­rante ans pour le re­tour de Hong­kong alors que la Chine était en­core pauvre, le pre­mier terme de l’équa­tion l’em­porte dé­sor­mais fer­me­ment sur le se­cond. L’ex-co­lo­nie va donc se fondre dans l’ordre sé­cu­ri­taire du par­ti unique dès ce mer­cre­di, date du 23e an­ni­ver­saire de la ré­tro­ces­sion. Et les li­ber­tés chères aux Hong­kon­gais bas­culent dans l’ar­bi­traire, qui est dé­jà la règle en Chine conti­nen­tale.

Pour beau­coup de Hong­kon­gais, c’est un choc. Ce de­vrait aus­si l’être pour la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale, qui se voit confron­tée à une Chine qui pousse l’avan­tage sans plus de pré­cau­tion. Car il n’y a pas qu’à Hong­kong que Pé­kin muscle sa po­li­tique. Le ré­cent pu­gi­lat meur­trier dans l’Hi­ma­laya est un dé­fi po­sé à New Del­hi pour re­des­si­ner les fron­tières entre les deux pays. Il en va de même sur tout le pour­tour de la mer de Chine du Sud.

A l’ONU, la di­plo­ma­tie chi­noise do­mine les dé­bats et im­pose son agen­da. C’est d’ailleurs dans l’en­ceinte du Con­seil des droits de l’homme, à Ge­nève, que la cheffe du gou­ver­ne­ment de Hong­kong, Car­rie Lam, s’est ex­pri­mée hier par vi­sio­con­fé­rence sur la nou­velle loi avant même de s’adres­ser à ses conci­toyens, ré­dui­sant Hong­kong à une simple pièce du jeu di­plo­ma­tique chi­nois.

Ces ini­tia­tives re­pré­sentent tou­te­fois un risque pour Pé­kin, ce­lui de fa­vo­ri­ser une coa­li­tion d’Etats pour faire bar­rage à ses am­bi­tions. Si le pou­voir chi­nois est prêt à le prendre au­jourd’hui, ce­la s’ex­plique d’abord par les fra­gi­li­tés in­ternes du ré­gime: le ra­len­tis­se­ment de l’éco­no­mie, mise à l’ar­rêt par le Co­vid-19, pour­rait dé­bou­cher sur une ex­plo­sion des mé­con­ten­te­ments.

Ra­vi­ver la flamme du na­tio­na­lisme, prin­ci­pale source de lé­gi­ti­mi­té du par­ti, reste la bonne pa­rade. Il y a un autre fac­teur, tout aus­si im­por­tant, dans ce cal­cul: la mar­gi­na­li­sa­tion des Etats-Unis. La fe­nêtre d’op­por­tu­ni­té of­ferte par Do­nald Trump, qui a si bien ser­vi les des­seins de Xi Jin­ping de­puis quatre ans, pour­rait bien­tôt se re­fer­mer avec les élec­tions de no­vembre. Ces pro­chains mois, Pé­kin va cher­cher à en­gran­ger tous les gains pos­sibles avant un re­tour de Wa­shing­ton sur la scène in­ter­na­tio­nale.

Il n’y a pas qu’à Hong­kong que Pé­kin muscle sa po­li­tique

Une pre­mière. Une loi sur la sé­cu­ri­té na­tio­nale a été pro­mul­guée à Hong­kong sans que son conte­nu ait été di­vul­gué aux 7,5 mil­lions d'ha­bi­tants du ter­ri­toire, ni à son par­le­ment, ni à son gou­ver­ne­ment. La cheffe de l'exé­cu­tif lo­cal, Car­rie Lam, s'est conten­tée de dé­cla­rer qu'il n'était pas ap­pro­prié pour elle de com­men­ter la loi vo­tée dans la ma­ti­née par le par­le­ment de Pé­kin.

Le gou­ver­ne­ment de Pé­kin a agi seul, vite et en se­cret, contour­nant les ins­tances hong­kon­gaises pour ma­ter la contes­ta­tion po­pu­laire et pro-dé­mo­cra­tie dans l'an­cienne co­lo­nie bri­tan­nique. Le pré­sident, Xi Jin­ping, avait aver­ti en oc­tobre der­nier que «les sé­pa­ra­tistes se­ront ré­duits à l'état de poussière et taillés en pièces», y com­pris ceux de Hong­kong. Il joint au­jourd'hui l'acte à la pa­role.

Su­pré­ma­tie ju­di­ciaire

Les Hong­kon­gais sont res­tés mar­di des heures dans le flou, sans connaître les dé­tails du texte dis­cu­té de­puis le 25 juin par un co­mi­té res­treint du par­le­ment na­tio­nal chi­nois, un pro­jet dont le prin­cipe avait été pré­sen­té fin mai à la ses­sion plé­nière an­nuelle. Les au­to­ri­tés chi­noises avaient alors fait va­loir l'«ur­gence» de res­tau­rer la «sta­bi­li­té» dans le centre fi­nan­cier.

Le texte de­vait être in­sé­ré mar­di soir dans l'an­nexe III de la mi­ni-Cons­ti­tu­tion hong­kon­gaise et en­trer en vi­gueur dans la fou­lée. Il vise les actes de «sé­pa­ra­tisme», de «sub­ver­sion», de «ter­ro­risme» et de «col­lu­sion avec des pou­voirs étran­gers» qui pour­raient me­na­cer la sé­cu­ri­té na­tio­nale. Le do­cu­ment pré­voit se­lon la presse lo­cale trois scé­na­rios dans les­quels Pé­kin au­ra la ju­ri­dic­tion, et donc la su­pré­ma­tie par rap­port au sys­tème lé­gal et ju­di­ciaire propre à Hong­kong. En cas de pro­cès pour at­teinte à la sû­re­té na­tio­nale, la jus­tice pour­ra éplu­cher les deux an­nées pré­cé­dant l'acte in­cri­mi­né à la re­cherche de preuves.

Les au­to­ri­tés as­surent que cette loi ne vise qu'une mi­no­ri­té de per­sonnes, en par­ti­cu­lier les dé­fen­seurs de l'in­dé­pen­dance du ter­ri­toire ou de son au­to­dé­ter­mi­na­tion. L'op­po­si­tion tout comme des di­zaines d'ONG, comme le G7, les Etat­sU­nis et l'Union eu­ro­péenne, re­doutent au contraire qu'elle ne porte un coup fa­tal à l'au­to­no­mie de la ré­gion et à ses li­ber­tés ga­ran­ties en théo­rie jus­qu'en 2047. La pré­sence évo­quée de re­pré­sen­tants de Pé­kin sur le ter­ri­toire hong­kon­gais fait par ailleurs craindre l'ins­tau­ra­tion d'un Etat po­li­cier et la fin de l'in­dé­pen­dance ju­di­ciaire qui a fait la re­nom­mée du ter­ri­toire.

La dé­cla­ra­tion si­no-bri­tan­nique si­gnée en 1984 pré­voit en ef­fet qu'au mo­ment de son re­tour dans le gi­ron chi­nois la Ré­gion ad­mi­nis­tra­tive spé­ciale de Hong­kong «joui­ra d'un haut de­gré d'au­to­no­mie à l'ex­cep­tion des do­maines des af­faires étran­gères et de la dé­fense». Cette dé­cla­ra­tion, ju­ri­di­que­ment contrai­gnante, pré­voit éga­le­ment que «le sys­tème so­cial et éco­no­mique à Hong­kong reste in­chan­gé, tout comme le style de vie», et que «les droits et li­ber­tés se­ront as­su­rés par la loi».

De­vant les me­naces pour l'au­to­no­mie de Hong­kong, Wa­shing­ton a dé­jà sé­vi, en met­tant fin de­puis lun­di 29 juin aux ex­por­ta­tions de ma­té­riel de dé­fense vers le ter­ri­toire, et s'ap­prê­tait à faire de même pour les ex­por­ta­tions de tech­no­lo­gies à double usage com­mer­cial et mi­li­taire. Ce­la n'a pas fait sour­ciller Pé­kin, qui a vu dans ces ar­gu­ments et re­pré­sailles des preuves sup­plé­men­taires d'in­gé­rences étran­gères.

Le grand mé­nage

Xi Jin­ping a donc dur­ci son em­prise sur Hong­kong, comme il le fait de­puis son ar­ri­vée au pou­voir en 2012 face à toute éven­tuelle dis­si­dence. En 2015, la Chine a ac­tua­li­sé sa propre loi de sé­cu­ri­té na­tio­nale qui a éten­du la liste des in­té­rêts fon­da­men­taux du ré­gime et confé­ré aux au­to­ri­tés des pou­voirs en­core plus éten­dus, no­tam­ment pour contrô­ler in­ter­net. Le ré­gime s'est ap­puyé sur elle pour ré­pri­mer mas­si­ve­ment les dis­si­dents et op­po­sants, tels que l'éco­no­miste Il­ham Toh­ti, em­pri­son­né à vie pour avoir mi­li­té en fa­veur de la mise en oeuvre de lois sur l'au­to­no­mie des ré­gions.

«A Hong­kong dé­sor­mais, tout un cha­cun est me­na­cé par cette soi-di­sant loi, que l'on soit Hong­kon­gais ou non, com­mente l'élu lo­cal Kel­vin Lam. Le ré­gime com­mu­niste est en train d'im­po­ser son mode d'exer­cice du pou­voir sur la so­cié­té dé­mo­cra­tique hong­kon­gaise, en ber­nant les Oc­ci­den­taux qui es­pé­raient en­core que l'es­sor éco­no­mique s'ac­com­pa­gne­rait d'une amé­lio­ra­tion dé­mo­cra­tique en Chine.» Dé­jà, des op­po­sants ont ef­fa­cé mar­di de leurs de­van­tures les af­fiches an­ti-ré­gime, d'autres ont épu­ré leurs pu­bli­ca­tions sur les ré­seaux so­ciaux voire ef­fa­cé leurs comptes. D'autres, comme le jeune op­po­sant Jo­shua Wong, ont dis­sous leur par­ti.

Les au­to­ri­tés as­surent que cette loi ne vise qu’une mi­no­ri­té de per­sonnes, les dé­fen­seurs de l’au­to­dé­ter­mi­na­tion du ter­ri­toire

(AN­THO­NY WAL­LACE/AFP)

Des po­li­ciers hong­kon­gais en­voyés dans un centre com­mer­cial, ce mar­di, pour en chas­ser des ma­ni­fes­tants.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.