«Nous, c’était il y a 20 ans, un bail! C’est le temps de la trans­mis­sion, avec Des­champs»

Tribune de Geneve - - SPORTS - Pro­pos re­cueillis par Daniel Vi­sen­ti­ni

«Bon­jour tout le monde. C’est le bout du che­min, la France et la Croa­tie vont ba­tailler di­manche en fi­nale pour le titre mon­dial. Tout ce­la me rap­pelle des sou­ve­nirs, bien sûr. Il y a 20 ans, je vi­vais ces mo­ments avec le bon­heur que l’on sait (ndlr: vic­toire 3-0 en fi­nale face au Bré­sil). Vingt ans, c’est un bail!

Une nou­velle gé­né­ra­tion a main­te­nant l’op­por­tu­ni­té de prendre le re­lais. C’est le temps de la trans­mis­sion, avec Di­dier Des­champs pour la sym­bo­li­ser. Ce se­rait beau pour le foot fran­çais, un nou­veau sacre.

J’ai beau­coup ai­mé la pro­gres­sion de la France. Elle a com­men­cé dou­ce­ment, mais tou­jours avec une ap­proche très ré­flé­chie des ren­contres. Et pe­tit à pe­tit, elle s’est li­bé­rée. Après, on en­tend beau­coup par­ler du prag­ma­tisme de Di­dier Des­champs. Je sou­li­gne­rais plu­tôt l’in­tel­li­gence de l’or­ga­ni­sa­tion. Cette équipe est ca­pable de s’adap­ter à chaque ad­ver­saire. Elle peut at­tendre bas, mais elle sait ac­cé­lé­rer s’il le faut, elle peut mon­ter d’un ni­veau aus­si. Quand elle le dé­cide et ça, c’est très fort.

On dit tou­jours que la meilleure dé­fense c’est l’at­taque. Le contraire vaut aus­si: la meilleure at­taque, ce­la peut être la dé­fense. Parce qu’il faut pen­ser à tout, no­tam­ment à se pro­té­ger. Et je suis per­sua­dé que Des­champs se mé­fie de ces Croates. On peut les croire fa­ti­gués parce qu’ils ont dis­pu­té trois pro­lon­ga­tions et qu’ils ont un jour de ré­cu­pé­ra­tion en moins (ndlr: ils ont dis­pu­té leur de­mi-fi­nale mer­cre­di, au contraire des Bleus, qui ont joué mar­di)? Mais on parle d’une fi­nale de Mon­dial, avec des pro­fes­sion­nels qui touchent leur rêve. À ce ni­veau, je l’ai vé­cu, les joueurs sont des ma­chines, la fa­tigue n’existe plus, tout le monde se­ra prêt.

J’es­père que ce se­ra un grand match, les deux équipes re­gorgent de qua­li­tés tech­niques et d’in­di­vi­dua­li­tés. Que le meilleur gagne, et pour­vu que ce soit la France. Vous me par­don­ne­rez ce par­ti pris. Dans tous les cas, c’était un plai­sir de par­ta­ger ce Mon­dial dans ces co­lonnes avec vous. Bonne fi­nale et à bien­tôt.»

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.