Des femmes sur­prises da

Tribune de Geneve - - ANNONCES -

«Une femme dans une bai­gnoire s’épon­geant la jambe». Ce pas­tel d’Ed­gar De­gas a été lé­gué en 1911 par Isaac de Ca­mon­do à l’État fran­çais avec bien d’autres tré­sors de sa col­lec­tion d’im­pres­sion­nistes. No­tam­ment des ta­bleaux de De­gas aus­si connus que «Fin d’ara­besque» et «Un coin de ca­fé». Ils sont au Musée d’Or­say.

Des femmes se la­vant, l’ar­tiste en a re­pré­sen­té plu­sieurs, des­si­nées comme à leur in­su par un peintre voyeur. Ici, la bai­gneuse est de dos, plon­gée dans l’eau jus­qu’aux ais­selles. Sur un autre ta­bleau, «Femme as­sise sur le bord d’une bai­gnoire et s’épon- geant le cou», le mo­dèle nu offre au spec­ta­teur ses fesses po­sées sur le bord du bas­sin. Ces vi­sions de femmes dans leur in­ti­mi­té firent scan­dale au­près de celles dont elles re­nou­ve­laient ain­si l’image. Il faut dire que les mo­dèles étaient des pros­ti­tuées sou­cieuses de leur hy­giène cor­po­relle, une pré­oc­cu­pa­tion que l’en­semble de la po­pu­la­tion fran­çaise ne par­ta­geait pas vers 1883.

La bai­gnoire est alors cet ob­jet au­to­nome que l’on pose où l’on veut dans l’ap­par­te­ment et que l’on rem­plit à l’aide d’un broc d’eau chauf­fée sur le feu. Sur l’oeuvre de Pierre Bon­nard «La grande bai­gnoire», la cuve a évo­lué. Un de­mi-siècle s’est écou­lé et

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.