L’été d’Aline Kun­dig met les roses en lu­mière

La pho­to­graphe amie du dé­sert cueille et pho­to­gra­phie les fleurs chez elle et ailleurs

Tribune de Geneve - - LA DER - Ben­ja­min Chaix

La mai­son d’Aline Kun­dig vit son der­nier été. Bien­tôt sa­cri­fiée sur l’au­tel de la den­si­fi­ca­tion ur­baine, cette vil­la des an­nées 30 dis­pa­raî­tra avec son jar­din de pi­voines et de roses. Ces der­nières an­nées, la pho­to­graphe a fixé le sou­ve­nir des bou­quets qu’elle ai­mait po­ser sur un meuble, avant de les mettre en vase. Les vé­gé­taux y pa­raissent alan­guis, le noir et blanc ajou­tant à la mé­lan­co­lie de ces vi­sions à la fois fa­mi­lières so­phis­ti­quées. La chute de la lu­mière sur ces fleurs cou­pées est un élé­ment im­por­tant de la com­po­si­tion. Grâce aux per­siennes, le so­leil pé­nètre par­ci­mo­nieu­se­ment. Celles-ci créent cet ef­fet rayé qu’on aime re­trou­ver dans les mai­sons de cam­pagne. «Pour moi, c’est vrai­ment l’été», com­mente Aline Kun­dig de­vant ces images réa­li­sées au fil des ans. Des photos qui laissent en­tre­voir cer­tains ob­jets usuels, eux aus­si évo­ca­teurs de la sai­son chaude. Une bou­teille d’eau, des ca­rafes, un coin de meuble an­cien nous trans­portent là où le temps s’écoule pa­res­seu­se­ment. L’in­té- rêt de l’ar­tiste ge­ne­voise pour les roses ne se li­mite pas à ses photos de bou­quets as­sou­pis. Elle aime aus­si pi­que­ter de fleurs – d’une va­rié­té bien plus du­rable que celles de son jar­din – un pay­sage qui n’en a ja­mais vu pous­ser. Le dé­sert, par exemple, ou une plage au bord de la mer. Leur pré­sence en ces lieux ap­porte à ceux-ci une note de poé­sie in­so­lite et ré­jouis­sante. Au cours d’une car­rière de près de trente ans, la pho­to­graphe a aus­si fait de nom­breux portraits de mu­si­ciens, de peintres, d’écri­vains et de dan­seurs. Elle a réa­li­sé des sé­ries en plein air mo­net trant des tis­sus vo­lant dans de ma­gni­fiques pay­sages. Elle a pho­to­gra­phié des oeufs. Dans son al­bum pa­ru l’an der­nier aux Édi­tions Slat­kine sous le titre «Home», Aline Kun­dig do­cu­mente la mé­ta­mor­phose d’un parc en lieu de vie pour per­sonnes âgées à Morges. Des arbres plu­sieurs fois cen­te­naires l’ont ins­pi­rée. Ré­com­pen­sée no­tam­ment du Prix Ko­dak en Suisse, du Prix Il­ford en France, elle ex­pose ré­gu­liè­re­ment dans dif­fé­rentes ga­le­ries et ses photos fi­gurent dans de nom­breuses col­lec­tions pri­vées en Suisse et à l’étran­ger.

ULa pho­to­graphe aime le dé­sert mais aus­si les glaces du Nord. Cette image trans­porte ses chères roses Un ro­man pour­rait com­men­cer ou fi­nir là. Po­sées par terre ou sur l’eau, les fleurs parlent de tra­gé­die. Celles qui jonchent le sable pour­raient avoir ac­com­pa­gné un hom­mage à des noyés. Pas de mi­grants sur ce frais lit­to­ral. Une Vir­gi­nie des temps mo­dernes peu­têtre… sur une plage d’Is­lande.

ULes jeux d’ombre et de lu­mière que les per­siennes créent les jours d’été sont ad­mi­rables. Ara­gon leur a dé­dié un poème, com­po­sé du mot per­sienne ré­pé­té une ving­taine de fois, avec un point d’in­ter­ro­ga­tion à la fin. Hen­ri Ma­tisse les a peintes dans «In­té­rieur au vio­lon», «Femme sur un di­van» ou «Les per­siennes».

ULes dunes de Mer­zou­ga sont les plus hautes du Ma­roc. Aline Kun­dig a choi­si leur beau sable co­lo­ré pour y dé­po­ser des fleurs en tis­su. L’ap­pa­ri­tion de ces roses des sables d’un nou­veau genre évoque un mi­racle de la na­ture. Leur fi­nesse est mise en va­leur par le dé­pouille­ment du dé­cor.

UL’ef­fet d’une pi­voine sur le bois d’une vieille com­mode… Bien éclai­rée, la fleur se penche non­cha­lam­ment vers le spec­ta­teur, avec la grâce d’un ca­mé­lia dans le sa­lon de la Tra­via­ta. L’ar­tiste a sai­si la poé­sie de ce mo­ment où la plante re­pose en­core avant d’être mise dans l’eau. Au deuxième plan, des fla­cons rem­plis d’autres li­quides ac­cen­tuent l’im­pres­sion de confort bour­geois que cette image d’un autre siècle pro­duit.

Aline Kun­dig Pho­to­graphe

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.