Les jeunes sont des fans de la mu­sique en ligne

Les jeunes se ruent sur les pla­te­formes de mu­sique et les vi­déos dif­fu­sées en strea­ming

Tribune de Geneve - - ÉCONOMIE - ATS

Plus de la moi­tié des jeunes Suisses dis­posent d’un ac­cès illi­mi­té aux films, à la mu­sique ou aux jeux grâce au strea­ming for­fai­taire. Au ni­veau des ré­seaux so­ciaux, Fa­ce­book perd de l’im­por­tance, se­lon une étude.

Un tiers des jeunes dis­posent d’un abon­ne­ment per­son­nel de strea­ming vi­déo ou mu­si­cal, comme Net­flix ou Spo­ti­fy (33% pour la vi­déo et 35% pour la mu­sique), re­lève la der­nière étude James de la haute école zu­ri­choise ZHAW et de Swiss­com. Le nombre de ces deux types d’abon­ne­ment a plus que dou­blé au cours des deux der­nières an­nées. Plus de la moi­tié des mé­nages pos­sède un abon­ne­ment de strea­ming vi­déo ou mu­si­cal. Près d’un quart d’entre eux dis­pose par ailleurs d’un abon­ne­ment for­fai­taire aux jeux, per­met­tant une uti­li­sa­tion illi­mi­tée.

L’in­fluence du strea­ming

«Ces der­nières an­nées, les ha­bi­tudes des jeunes avaient avant tout évo­lué en rai­son de la gé­né­ra­li­sa­tion du smart­phone. Dé­sor­mais, les ser­vices de strea­ming mu­si­cal et vi­déo jouent un rôle ma­jeur», ex­plique Da­niel Süss, cher­cheur et di­rec­teur d’études à la ZHAW.

Le strea­ming in­flue éga­le­ment sur les pré­fé­rences des jeunes. Ain­si, la sé­rie la plus ap­pré­ciée est par exemple «La ca­sa de pa­pel» sur Net­flix. Ce por­tail dif­fuse sept des dix sé­ries les plus po­pu­laires.

Les consoles de jeux por­tables perdent en im­por­tance, au dé­tri- ment des jeux sur té­lé­phone mo­bile ou ta­blette. La pos­ses­sion de postes ra­dio et de lec­teurs de DVD ou de MP3 re­cule éga­le­ment

En ma­tière de com­mu­ni­ca­tion, 99% des 12-19 ans pos­sèdent un té­lé­phone mo­bile per­son­nel, qu’ils uti­lisent en­vi­ron deux heures et de­mie par jour, es­sen­tiel­le­ment pour com­mu­ni­quer via des mes­sa­ge­ries. L’ap­pli­ca­tion la plus po­pu­laire est Ins­ta­gram, sui­vie de WhatsApp et Snap­chat.

Le mo­bile est prin­ci­pa­le­ment uti­li­sé pour écou­ter de la mu­sique (89%), sur­fer sur in­ter­net (89%), consul­ter les ré­seaux so­ciaux (88%) ou re­gar­der des vi­déos (82%). Les com­mu­ni­ca­tions té­lé­pho­niques tra­di­tion­nelles ont stag­né à 70% et l’en­voi de SMS a chu­té à 49%, contre 93% en 2012. Les jeunes Suisses sont 94% à pos­sé­der un compte sur au moins un ré­seau so­cial, même si en­vi­ron un cin­quième de ces comptes n’est pas uti­li­sé ac­ti­ve­ment. Presque toutes les per­sonnes in­ter­ro­gées dis­posent d’un compte Ins­ta­gram (87%) ou Snap­chat (86%), uti­li­sés plu­sieurs fois par jour par la ma­jo­ri­té.

Avec 52% d’uti­li­sa­tion, Fa­ce­book a en re­vanche per­du des plumes. Alors qu’en 2014, près de quatre cin­quièmes des jeunes consul­taient ce ré­seau so­cial au moins plu­sieurs fois par se­maine, ils ne sont plus qu’un cin­quième ac­tuel­le­ment. Son uti­li­sa­tion ré­gu­lière tend tou­te­fois à pro­gres­ser avec l’âge. Le temps pas­sé sur in­ter­net est glo­ba­le­ment res­té constant de­puis 2016 et s’élève à deux heures et de­mie. Lors­qu’ils sont connec­tés, les jeunes consultent ré­gu­liè­re­ment les ré­seaux so­ciaux et les por­tails vi­déo comme YouTube à des fins de di­ver­tis­se­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Switzerland

© PressReader. All rights reserved.