KRA­BI PLUS QU’UNE PORTE D’EN­TRÉE POUR LES ÎLES

Si pour beau­coup Kra­bi se li­mite à la sta­tion de bus ou au ter­mi­nal des fer­ries a vant de conti­nuer vers les îles, la ville ne manque pas d’atouts. Entre ri­vière et roches kars­tiques, cur­ry et lo­ge­ments bon mar ché, es­ca­lade et dé­fis spor­tifs en tout genr

Gavroche Thaïlande - - Krabi - Un peu plus loin

a ville de Kra­bi s’étend pai­si­ble­ment le long de la ri­vière qui porte le même nom dans un mé­lange de bars et res­tau­rants oc­ci­den­taux, de mar­chés tra­di­tion­nels et de pe­tites échoppes ser­vant de dé­li­cieux ro­tis (crêpes) ou cur­ry. Si­tuée à 800 km au sud de Bang­kok et à un peu moins de 200 km de Phu­ket, cette pe­tite ca­pi­tale pro­vin­ciale est coin­cée entre une série de ri­vières, ca­naux, man­groves et fa­laises de cal­caire, les mon­tagnes au nord et la mer d’An­da­man au sud. Avec près de 150 îles aux alen­tours, dont les plus connues sont Koh Phi-Phi et Koh Lan­ta, Kra­bi est pour beau­coup de voya­geurs une es­cale. Si cer­tains se contentent d’en connaître la gare rou­tière ou l’aé­ro­port, pour d’autres elle de­vient un pas­sage ré­gu­lier entre deux sé­jours sur les îles, entre deux séances d’es­ca­lade à Rai­lay ou pour fuir Ao Nang et son tou­risme de masse. La ville de Kra­bi est ain­si pri­sée des voya­geurs à pe­tit bud­get, des ama­teurs de bonne cui­sine et par tous ceux qui re­cherchent une « ville ani­mée avec de belles per­sonnes », comme le dit la de­vise de la ville. Une de­vise loin d’être sur­faite. Pe­tite vi­site gui­dée.

LPour com­men­cer avec une vue im­pre­nable sur la ville et les alen­tours, de l’em­bou­chure de la ri­vière au parc na­tio­nal de Khao Pha­nom Ben­cha, rien ne vaut une vi­site du Wat Tham Sua, le temple du tigre. Ici, pas de vrais tigres, juste une lé­gende qui ra­conte que pen­dant de nom­breuses an­nées, un tigre rô­dait dans la ré­gion. Une cave, plu­tôt anec­do­tique, en com­mé­more sa pré­sence. Le point d’in­té­rêt du Wat Tham Sua, ce sont plu­tôt les 1237 marches pour ac­cé­der au som­met de la mon­tagne et la vue ma­gni­fique à 360 de­grés et à 300 mètres d’al­ti­tude qui s’offre au vi­si­teur, au point de lui faire ou­blier l’ef­fort qu’il a dû four­nir pour y ar­ri­ver. Pour les moins spor­tifs, une pro­me­nade d’à peine 184 marches sillonne les flancs de la mon­tagne où se trouvent quelques grottes, té­moins de la pré­sence d’hommes pré­his­to­riques dans la ré­gion. Des fouilles ont mis à jour des restes hu­mains, des ou­tils, des bi­joux et des pein­tures ru­pestres da­tant de l’Ho­mo Sa­pien (25 000-30 000 av.

J.-C.). Se­lon les his­to­riens, c’est dans la province de Kra­bi que l’on a re­trou­vé les traces de la pré­sence de l’homme les plus an­ciennes en Thaï­lande. Il faut dire qu’avec le nombre de grottes et roches dans la ré­gion et la pré­sence de la mer et de fo­rêts tro­pi­cales, nos an­cêtres ne man­quaient pas de res­sources pour sur­vivre. D’autres ves­tiges pré­his­to­riques peuvent éga­le­ment être ob­ser­vés à Tham Phi Hua, dans le dis­trict d’Ao Luk, à 35 km du centre de Kra­bi.

La vi­site conti­nue le long de la ri­vière où une agréable pro­me­nade a été amé­na­gée. Toute la jour­née, tou­ristes et lo­caux cir­culent le temps d’une photo de­vant les sta­tues d’aigle et de crabes géants, ou en­core de­vant Khao Ka­nab Nam, deux roches kars­tiques au mi­lieu de la ri­vière, sym­boles de la ville. Si la pro­me­nade peut se faire à pied, il est éga­le­ment pos­sible de prendre un ba­teau « longue queue ». De nom­breux ra­bat­teurs vous at­tendent avec leurs al­bums photos pour vous vendre une ba­lade le long de la ri­vière, une croi­sière re- po­sante et ra­fraî­chis­sante, sur­tout après l’as­cen­sion du Wat Tham Sua. Pour ceux qui pré­fèrent mar­cher, ren­dez-vous au Man­grove Fo­rest Walk, au nord de la ville. Un sen­tier a été construit pour se pro­me­ner au mi­lieu des man­groves et ar­ri­ver ain­si pres­qu’aux pieds de Khao Ka­nab Nam.

Plus au sud se trouve la je­tée de Chao Fa où des em­bar­ca­tions as­surent la liai­son avec des plages comme Rai­lay Beach. C’est aus­si là que se tient tous les jours le marché de nuit, l’en­droit idéal pour se ré­ga­ler d’un dé­li­cieux cur­ry, ro­ti ou jus de fruits frais. Qui dit sud de la Thaï­lande, dit éga­le­ment cui­sine épi­cée, voire très épi­cée… Heu­reu­se­ment, la plu­part des ven­deurs parlent très bien an­glais et ont l’ha­bi­tude de ser­vir des tou­ristes. Pré­ci­sez donc votre to­lé­rance ou non au chi­li ! Un autre marché de nuit se tient Soi 10 Ma­ha­rat Road, plus ty­pique en­core que le pre­mier. Si vous êtes à Kra­bi du­rant le week-end, ne man­quez pas la Night Wal­king Street (Tha­non Khon Dern) avec ses stands de nour­ri­ture,

d’ar­ti­sa­nat, de vê­te­ments et autres sou­ve­nirs, ain­si ››› qu’une scène of­frant des spec­tacles de danse et mu­sique tra­di­tion­nelle, mais aus­si contem­po­raine. Un peu plus au sud de la je­tée, se trouve le Tha­ra Park. Si le parc n’a rien d’ex­cep­tion­nel vi­suel­le­ment par­lant, et qu’il est dé­ser­té en jour­née, il s’anime à par­tir de 16 heures et offre l’un des points d’in­té­rêt les plus au­then­tiques de la ville. Pas de tou­ristes, uni­que­ment des lo­caux, en fa­mille ou entre amis, sur une natte à pa­res­ser ou pour faire du sport : aé­ro­bic, course à pieds, ten­nis, foot­ball et même rol­ler sont au me­nu sur fond de bonne hu­meur. N’hé­si­tez pas à en­fi­ler vos bas­kets et à les re­joindre. Après une jour­née bien rem­plie, rien de tel qu’une bière ou un cock­tail. Là aus­si l’offre ne manque pas : que ce soit des bars oc­ci­den­taux pour ren­con­trer d’autres voya­geurs ou des bars plus lo­caux avec de la mu­sique live, la nuit peut vite s’éter­ni­ser… Kra­bi se si­tuant près de la ri­vière, pour les plages il faut al­ler un peu plus loin, en bus lo­cal ou en scoo­ter. Ao Nam­mao, Ao Nang et Haad Nop­pha­rat Tha­ra ne sont qu’à 20 minutes de route. Si Ao Nang est prise d’as­saut du­rant la haute sai­son, Haad Nop­pha­rat Tha­ra est un peu plus calme. Et si ces deux plages cô­té terre sont très si­mi­laires dans le sens né­ga­tif du dé­ve­lop­pe­ment tou­ris­tique, avec leur en­chaî­ne­ment de bars et d’hô­tels, il suf­fit de se tour­ner vers l’ho­ri­zon pour ou­blier ces in­con­vé­nients et pro­fi­ter de la beau­té de la plage les pieds dans l’eau.

De­puis la je­tée de Chao Fa, il est éga­le­ment pos­sible de se rendre pour une jour­née à Rai­lay, une plage ré­gu­liè­re­ment clas­sée dans le top 10 des plus belles plages du monde. Ou de vous of­frir, via les nom­breuses agences de voyage en ville, une jour­née d’ex­cur­sion en mer pour vi­si­ter les pe­tites îles des alen­tours de Kra­bi, comme Koh Kaï (Chi­cken Is­land) et Koh Po­da. Les amis de la nature ap­pré­cie­ront le parc na­tio­nal Khao Pha­nom Ben­cha. Avec une su­per­fi­cie de 50 km2 et un pic à 1397 mètres, ce parc mon­ta­gneux et den­sé­ment boi­sé abrite des ri­vières, grottes, chutes d’eau, ain­si qu’une faune et une flore très riches, avec plus de 200 va­rié­tés d’oi­seaux, des singes lan­gur, des gib­bons, pan­thères né­bu­leuses, ta­pir, ours noir… On peut l’ex­plo­rer seul ou en joi­gnant un tour gui­dé. Qui sait si lors de votre pro­chain sé­jour à Phi-Phi ou

?. Lan­ta vous ne re­vien­drez pas un jour plus tôt pour prendre le temps de dé­cou­vrir la ville de Kra­bi

Newspapers in French

Newspapers from Thailand

© PressReader. All rights reserved.