A cha­cun son Ren­dez-vous

Gavroche Thaïlande - - Bangkok -

C’est l’his­toire d’un res­tau­rant fran­çais, d’un chef fran­çais, d’un pa­tron fran­çais, d’une cui­sine fran­çaise, de vin fran­çais et d’une am­biance... so french ! C’est l’his­toire d’un pe­tit bis­tro de quar­tier au coeur du quar­tier fran­çais de Bang­kok. L’his­toire d’un ren­dez-vous à ne pas man­quer. Une his­toire qui com­mence dis­crè­te­ment, tel­le­ment l’ou­ver­ture de ce res­tau­rant voi­sin d’un 7/11 sur le grand trot­toir de gauche du soï Suan Ph­lu, dans le quar­tier de Sa­thorn, n’avait, à l’époque, pas mar­qué les es­prits. A peine avait-on no­té la pe­tite ter­rasse om­bra­gée par d’élé­gants pa­ra­sols en mode beach club. Après quelques mois d’er­rance, ce Ren­dez-vous était pro­gram­mé pour re­joindre la longue liste du ci­me­tière des aven­tures éphé­mères de la Ci­té des Anges... Avant que Jean-yves Ge­mi­no Ca­net ne vienne ta­per à la porte. Aus­si dis­cret qu’ave­nant, cet an­cien de l’aé­ro­spa­tiale qui connaît le royaume de­puis la fin des an­nées 70 et qui un jour a tout pla­qué pour tra­vailler dans la res­tau­ra­tion en France s’est ins­tal­lé à Bang­kok en 2009. Et a ame­né avec lui un concept qui a fait re­cette : sim­pli­ci­té, qua­li­té et fran­çais. De­puis, Ren­dez-vous a trou­vé sa clien­tèle : des ha­bi­tués, des ha­bi­tants du quar­tier, fa­milles, amis, mais aus­si des gens de pas­sage à qui on a re­com­man­dé l’adresse, et les « pa­trons » le mi­di qui pro­fitent de la for­mule lunch (2 plats 390 B) aux plats gé­né­reux, comme cette soupe de pois­son du chef au goût riche avec ses ac­com­pa­gne­ments, ou la bro­chette de boeuf per­sillée, du fi­let tendre cuit bien sai­gnant pour les connois­seurs. Alors que les des­serts sont tous faits mai­son (à l‘ex­cep­tion des glaces et sor­bets) et va­rient se­lon les jours et les en­vies du chef (l’ir­ré­sis­tible cla­fou­tis aux ce­rises pour n’en ci­ter qu’un), les plats dé­cli­nés à la carte chantent comme les re­frains de Brel ou de Bras­sens dis­til­lés en fond so­nore. Sau­cisse de Tou­louse et ses len­tilles (320 B), bou­din noir ser­vi avec une pu­rée mai­son (320 B), boeuf bour­gui­gnon (420 B), vo­laille, côte de porc... il vous fau­dra plus d’un ren­dez-vous pour en faire le tour. La carte suit cette re­cherche de pure tra­di­tion et pré­sente les va­leurs sûres de la gas­tro­no­mie fran­çaise, comme les an­douil- lettes de Troyes avec une sauce mou­tarde à l’an­cienne (390 B), l’os à moelle à la fleur de sel (270 B), le ma­gret de ca­nard « en­tier » aux pommes sar­la­daises (420 B), ou en­core la daube pro­ven­çale de joue de boeuf (480 B). Des spé­cia­li­tés qui ont la si­gna­ture fran­çaise du chef, ce je-ne-sais­quel par­fum qui vous re­plonge dans les ta­blées fa­mi­liales ou les re­pas du di­manche chez la tante Yvonne ou la mère Pau­lette, avec tou­jours au mi­lieu de la table la miche et le vin de la ré­gion. Ce­la tombe bien, car c’est au Ren­dez-vous que chaque wee­kend on peut ve­nir par­ta­ger une spé­cia­li­té du ter­roir, comme ce cas­sou­let aux ha­ri­cots tar­bais à en conver­tir un ros­bif, ou ce jar­ret d’agneau à convaincre un man­geur de riz qu’il n’y a pas que des gre­nouilles en France (de 450 à 520 B). Un ef­fort par­ti­cu­lier a été fait pour rendre l’es­pace au pla­fond haut et mez­za­nine plus cha­leu­reux, avec l’ajout de nappes à car­reaux, de mul­tiples bi­be­lots, af­fiches pu­bli­ci­taires d’époque et ta­bleaux noirs où sont ins­crites à la craie blanche les spé­cia­li­tés de la mai­son ; des éta­gères de confi­tures et autres vic­tuailles ar­ti­sa­nales à em­por­ter, et même, sur un coin du zinc, à cô­té du le­vier pour ti­rer la bière à la pres­sion, une bom­bonne de rhum ar­ran­gé sur place ! A cha­cun son ren­dez-vous...

MALTO C.

Dî­ner de ga­la de la FTCC

Newspapers in French

Newspapers from Thailand

© PressReader. All rights reserved.