En In­do­né­sie, la force tran­quille de Jo­ko­wi

Le pré­sident in­do­né­sien, élu en 2014, ap­pa­raît sou­vent pri­son­nier de la mon­tée de l’is­lam ex­tré­miste dans l’im­mense ar­chi­pel. A y re­gar­der de près, la si­tua­tion est plus com­plexe.

Gavroche Thaïlande - - Rebond - Cor­res­pon­dant per­ma­nent à Pa­ris du quo­ti­dien suisse Le Temps, an­cien cor­res­pon­dant à Bang­kok et To­kyo. @ Lt­wer­ly Par Ri­chard Wer­ly

Les bonnes nou­velles pour la dé­mo­cra­tie sont rares, ces temps-ci, en Asie du Sud-est. Pire : la ten­dance na­tu­relle – ali­men­tée par le re­cul gé­né­ra­li­sé de l’état de droit dans cette par­tie du monde face aux pous­sées au­to­ri­taires – est de pen­ser que tous les pays émer­gents d’ex­trême-orient s’en­foncent, plus ou moins, dans la même or­nière de re­cul des li­ber­tés. Er­reur. Quelques jours pas­sés en In­do­né­sie, à conver­ser avec plu­sieurs in­tel­lec­tuels mu­sul­mans et chré­tiens de pre­mier plan, montrent que la si­tua­tion est plus com­plexe dans cet im­mense ar­chi­pel pré­si­dé, de­puis 2014, par l’an­cien gou­ver­neur de Dja­kar­ta Jo­ko Wi­do­do, alias « Jo­ko­wi ». Un pré­sident élu face à l’homme des mi­li­taires et de l’in­do­né­sie d’hier, nos­tal­gique de l’ère Su­har­to : Pra­bo­wo Su­bian­to, ex-gendre du dic­ta­teur dé­cé­dé en jan­vier 2008 et an­cien com­man­dant des re­dou­tées forces d’élite des TNI, l’ar­mée na­tio­nale in­do­né­sienne. La si­tua­tion, évi­dem­ment, n’est pas lim­pide, loin s’en faut. L’évic­tion for­cée, puis la condam­na­tion en mai à deux ans de pri­son de Ba­su­ki Pur­na­ma, alias Ahok, suc­ces­seur de Jo­ko­wi à la mai­rie de Dja­kar­ta, confron­té à d’im­menses ma­ni­fes­ta­tions po­pu­laires mu­sul­manes après des dé­cla­ra­tions ju­gées blas­phé­ma­toires sur

l’is­lam (ce chré­tien d’ori­gine chi­noise avait osé af­fir­mer en pu­blic que la re­li­gion n’in­ter­di­sait en rien à un mu­sul­man de vo­ter pour un non-mu­sul­man), prouve les fra­gi­li­tés du pays mu­sul­man le plus peu­plé au monde. La pré­sence, en outre, de nom­breux com­bat­tants in­do­né­siens aguer­ris aux seins des forces de l’etat is­la­mique en Sy­rie-irak, ou dans le sanc­tuaire phi­lip­pin de Ma­ra­wi (ré­cem­ment re­con­quis par l’ar­mée), té­moigne de l’am­pleur du dé­fi sé­cu­ri­taire dans un pays où les contrôles dans les aé­ro­ports de­meurent au mieux aléa­toires, et où la pré­sence mas­sive de tou­ristes à Ba­li consti­tue tou­jours une cible, comme le prou­vèrent les at­ten­tats d’oc­tobre 2002. N’em­pêche. Il faut avoir en­ten­du le père Ma­gnis Su­se­no, jé­suite al­le­mand na­tu­ra­li­sé in­do­né­sien et com­men­ta­teur de nom­breux émis­sions ra­dio­pho­niques et té­lé­vi­sées, pour mieux com­prendre ce qui se trame der­rière des nou­velles peut-être trop alar­mistes. Jo­ko­wi ? « Il est le mieux pla­cé pour l’em­por­ter en 2019, lors­qu’ex­pi­re­ra son man­dat pré­si­den­tiel, ex­plique ce prêtre au­teur de nom­breux livres sur l’ar­chi­pel. Il uti­lise for­mi­da­ble­ment bien les mé­dias so­ciaux pour conser­ver le con­tact avec le peuple, pour­suit-il. Il a l’in­tel­li­gence d’évi­ter la confron­ta­tion per­ma­nente et est per­çu, dans un monde de vio­lences et de tur­bu­lences, comme un homme de paix qui a même su se rap­pro­cher de son ad­ver­saire d’hier, Pra­bo­wo. » Juste ? Le pro­fes­seur Ko­ma­rud­din Hi­dayat, spé­cia­liste des ques­tions re­li­gieuses, ac­quiesce, de re­tour d’une séance de ques­tions au par­le­ment où la ma­jo­ri­té pré­si­den­tielle est dé­sor­mais so­lide : « L’en­jeu prin­ci­pal, en In­do­né­sie, est notre ca­pa­ci­té à vivre en­semble dans le res­pect du « Pan­ca­si­la » (l’idéo­lo­gie fon­da­trice du pays après l’in­dé­pen­dance, qui re­con­naît l’éga­li­té des re­li­gions et la croyance en un dieu unique, ndlr). Or je constate que celle-ci ne s’ef­frite pas, au contraire. Tous les conflits ré­cents, comme ce­lui sur­ve­nu aux Mo­luques (2000-2002), sont res­tés lo­ca­li­sés. La co­hé­sion l’em­porte sans pré­ju­dice ma­jeur pour les li­ber­tés pu­bliques. » L’autre bonne nou­velle en prove- nance d’in­do­né­sie, où la cor­rup­tion ram­pante conti­nue de re­tar­der quan­ti­té de pro­jets d’in­fra­struc­tures et d’in­ves­tis­se­ments, est l’avan­ce­ment des grands chan­tiers pré­si­den­tiels. Si­tôt élu, Jo­ko­wi a fait de l’ou­ver­ture de plu­sieurs aé­ro­ports in­ter­na­tio­naux et du désen­cla­ve­ment au­to­rou­tier de grandes villes de pro­vince une prio­ri­té. Bien vu. Le risque, pour l’in­do­né­sie, est que les ran­coeurs et les ri­va­li­tés re­li­gieuses s’ad­di­tionnent aux re­ven­di­ca­tions ré­gio­na­listes. À Ma­na­do, mé­tro­pole de l’ex­trême Nord Su­la­we­si, face aux Phi­lip­pines, un noeud de voies ex­press per­met dé­sor­mais l’ac­cès en pro­ve­nance des zones ru- rales. À So­rong, en Pa­poua­sie, le fu­tur aé­ro­port in­ter­na­tio­nal – il des­ser­vi­ra le pa­ra­dis des plon­geurs de Ra­ja Am­pat – pro­met d’ou­vrir l’ho­ri­zon éco­no­mique de toute cette zone re­cu­lée où les as­pi­ra­tions in­dé­pen­dan­tistes de­meurent fortes (la Pa­poua­sie n’a été rat­ta­chée à l’in­do­né­sie que 24 ans après l’in­dé­pen­dance de l’ar­chi­pel pro­cla­mée en août 1945). Deux exemples par­mi d’autres : « On se trompe en pen­sant que l’in­do­né­sie est ac­cu­lée à l’is­lam ex­tré­miste pour­suit une femme d’af­faires chré­tienne de Ma­na­do, où la po­pu­la­tion est en ma­jo­ri­té com­po­sée de pro­tes­tants. La langue Ba­ha­sa et le sen­ti­ment na­tio­nal conti­nuent de for­ger notre uni­té ». Les ha­bi­tués de l’ar­chi­pel cor­ri­ge­ront mon ana­lyse en la ju­geant trop naïve. Ils ré­pon­dront que sur le plan éco­no­mique, mal­gré la crois­sance (5% at­ten­dus en 2017), le pays reste li­go­té par les dy­nas­ties si­no- in­do­né­siennes peu par­ta­geuses, et par un Etat chao­tique. Certes. Mais re­gar­dons au­tour : qu’un géant tel que l’in­do­né­sie tienne bon au mi­lieu de ce tu­multe au­to­ri­taire asia­tique est, en soi, la preuve d’une « force tran­quille » dé­mo­cra­tique dont il faut se fé­li­ci­ter. G

« L’en­jeu prin­ci­pal, en In­do­né­sie, est notre ca­pa­ci­té à vivre en­semble dans le res­pect du « Pan­ca­si­la ».

Newspapers in French

Newspapers from Thailand

© PressReader. All rights reserved.