QUATRIÈMEPLUSGRANDE ÉCONOMIEEN2050

Le Pre­mier mi­nistre ma­lai­sien, Na­jib Ra­zak, a in­di­qué à Kua­la Lum­pur, que l’Asean, qui est de plus en plus in­té­grée, pour­rait de­ve­nir la qua­trième plus grande éco­no­mie du monde d’ici à 2050.

La Presse Business (Tunisia) - - OEIL SUR L’ASIE - Par Da­vid OAKLEY

Cer­tains, même, es­timent que nous de­vrions nous clas­ser à la qua­trième place der­rière l’Union eu­ro­péenne, les Etats-Unis et la Chine d’ici à 2030, soit dans seule­ment 15 ans», a pré­ci­sé le pre­mier mi­nistre ma­lai­sien M. Na­jib Ra­zak dans son dis­cours lors de la 48e réunion des mi­nistres des Af­faires étran­gères de l’Asean (As­so­cia­tion des Na­tions de l’Asie du Sud-Est. La main-d’oeuvre de l’Asean est la troi­sième plus im­por­tante d’Asie, juste der­rière l’Inde et la Chine. Il est, par consé­quent, réa­liste pour cette zone de se consi­dé­rer comme la «Troi­sième puis­sance» d’Asie, a ajou­té le chef du gou­ver­ne­ment ma­lai­sien. Fai­sant ré­fé­rence aux rap­ports de plu­sieurs ins­ti­tu­tions re­nom­mées et aux re­marques de cer­tains ex­perts, le pre­mier mi­nistre ma­lai­sien a in­di­qué que l’Asean fait face à de belles op­por­tu­ni­tés et a rem­por­té de nom­breux suc­cès, ajou­tant que le bloc de­vrait jouer un rôle plus ac­tif sur la scène in­ter­na­tio­nale. De­puis la pre­mière confé­rence mi­nis­té­rielle de l’Asean, te­nue à Bang­kok en 1967, ce bloc de 10 na­tions a fait preuve de ré­sul­tats ad­mi­rables dans la pré­ser­va­tion de l’harmonie dans une des ré­gions les plus di­verses du monde, a-t-il dé­cla­ré. La Vi­sion 2025 pour la Com­mu­nau­té de l’Asean se­ra adop­tée lors du 27e Som­met, en no­vembre, et une com­mu­nau­té unique de l’Asean se­ra éta­blie d’ici à fin dé­cembre, a in­di­qué M. Na­jib. «Être une com­mu­nau­té, c’est éga­le­ment mettre l’ac­cent sur le pro­gramme de dé­ve­lop­pe­ment», a-t-il sou­li­gné, ajou­tant qu’il est in­dis­pen­sable d’y oeu­vrer pour ré­soudre les dif­fé­rends des dix pays membres, qui se trouvent ac­tuel­le­ment à dif­fé­rents ni­veaux de dé­ve­lop­pe­ment. «Ce­la est es­sen­tiel pour construire une Asean vé­ri­ta­ble­ment in­té­grée. Voi­là pour­quoi, dans l’ave­nir, nos po­li­tiques de­vraient être ba­sées sur l’ou­ver­ture et la du­ra­bi­li­té», a-t-il re­le­vé.

L’ÉCO­NO­MIE CHI­NOISE TOURNE À UNE VI­TESSE SYNCHRONE

«L’éco­no­mie chi­noise fonc­tionne avec une en­ver­gure adap­tée et la chine conti­nue de faire avan­cer le monde en terme de crois­sance», a dé­cla­ré le pre­mier mi­nistre M. Li Ke­qiang, alors qu’il pré­si­dait une réunion spé­ciale du Conseil des Af­faires d’Etat pour dis­cu­ter du dé­ve­lop­pe­ment dans les do­maines éco­no­miques et fi­nan­ciers mon­diaux, et de leurs consé­quences pour la Chine, ain­si que les ré­ponses po­li­tiques. Les hauts fonc­tion­naires du Conseil des Af­faires d’Etat et les mi­nistres char­gés des dé­par­te­ments éco­no­miques et fi­nan­ciers concer­nés ont as­sis­té à la réunion. Ils ont dis­cu­té de la si­tua­tion ac­tuelle et for­mu­lé des sug­ges­tions pour la pro­chaine étape de tra­vail. Se­lon le Pre­mier mi­nistre, les fluc­tua­tions ré­centes sur le marché in­ter­na­tio­nal ont un im­pact sur la Chine. Ce­pen­dant, l’éco­no­mie chi­noise fonc­tionne d’une ma­nière ap­pro­priée et la Chine conti­nue de faire avan­cer le monde en termes de crois­sance. L’in­sta­bi­li­té ré­cente du marché mon­dial a conduit à l’émer­gence d’in­cer­ti­tudes sup­plé­men­taires pour la re­prise éco­no­mique mon­diale, a-t-il no­té. Les ef­fets se sont ac­crus pour le marché fi­nan­cier chi­nois, ain­si que pour les im­por­ta­tions et les ex­por­ta­tions, déve-

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.