La crois­sance de 7%, sur un an, de l’éco­no­mie chi­noise au pre­mier se­mestre de l’an­née doit être consi­dé­rée comme une crois­sance entre moyenne et éle­vée, et la Chine res­te­ra un contri­bu­teur prin­ci­pal à l’éco­no­mie mon­diale, a ana­ly­sé ré­cem­ment un éco­no­miste

La Presse Business (Tunisia) - - OEIL SUR L’ASIE -

la mise à ni­veau éco­no­mique et les po­li­tiques ma­croé­co­no­miques conti­nue­ront à re­vi­go­rer la crois­sance. Il a ajou­té que les au­to­ri­tés chi­noises avaient en­core de nom­breux ou­tils po­li­tiques pour pro­mou­voir la crois­sance, car le ni­veau bas de la dette na­tio­nale per­met­tait le dé­ploie­ment des in­ves­tis­se­ments via l’émis­sion d’obli­ga­tions, et la faible in­fla­tion of­frait un es­pace pour l’as­sou­plis­se­ment mo­né­taire.

LA DO­MI­NA­TION DE L’OC­CI­DENT SUR L’ÉCO­NO­MIE ET LA PO­LI­TIQUE TOUCHE À SA FIN

«Nous as­sis­tons à la fin d’une très longue pé­riode de do­mi­na­tion oc­ci­den­tale his­to­rique

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.