UN TRAIN DE ME­SURES CONTRE LA CRISE FI­NAN­CIÈRE

Le gou­ver­ne­ment tcha­dien a adop­té une série de me­sures pour sor­tir de la crise fi­nan­cière dans la­quelle est plon­gé le pays de­puis près d’une an­née, par l’aug­men­ta­tion des rece es de l’Etat et la coupe dans les dé­penses pu­bliques, y com­pris celles de la pr

La Presse Business (Tunisia) - - OEIL SUR L’AFRIQUE -

Un sé­mi­naire gou­ver­ne­men­tal, te­nu en mi­lieu de la se­maine cou­rante, a adop­té une feuille de route pour ten­ter de sor­tir le pays de la crise fi­nan­cière. Le sé­mi­naire gou­ver­ne­men­tal est éga­le­ment ou­vert aux par­tis po­li­tiques, au pa­tro­nat, aux syn­di­cats et à la so­cié­té ci­vile. Pour ren­flouer les caisses de l’Etat, il est pré­co­ni­sé, à court terme, la sus­pen­sion ou la ré­duc­tion des exo­né­ra­tions doua­nières et fis­cales ex­cep­tion­nelles (le gain at­ten­du est d’en­vi­ron 6 mil­liards de F CFA), le trai­te­ment des dos­siers en conten­tieux avec les pé­tro­liers (150 mil­liards de F CFA at­ten­dus des dis­cus­sions en cours), le re­dé­ploie­ment des agents au ni­veau des ré­gies pour aug­men­ter les re­cettes ad­mi­nis­tra­tives (les 15 mil­liards pré­vus dans le cadre du bud­get 2015 «sont en de­çà de la réa­li­té»), le re­cou­vre­ment de la taxe sur la va­leur ajou­tée (TVA) par des contrôles ci­blés (22 mil­liards de TVA à per­ce­voir sur les restes à payer au Tré­sor pu­blic), etc. A moyen terme, le gou­ver­ne­ment en­tend, entre autres me­sures, mettre en place un gui­chet unique sé­cu­ri­sé à la Douane pour li­mi­ter la fraude et ac­croître les re­cettes, ré­for­mer l’im­pôt sur les re­ve­nus des per­sonnes phy­siques pour plus d’équi­té dans le pré­lè­ve­ment fis­cal, ré­vi­ser la Charte d’in­ves­tis­se­ments qui ac­corde beau­coup d’exo­né­ra­tions aux en­tre­prises qui viennent in­ves­tir, étendre l’as­siette de la TVA à la qua­si to­ta­li­té des consom­ma­tions et à la to­ta­li­té des dé­penses non sa­la­riales de l’Etat, re­né­go­cier des conven­tions à in­ci­dence né­ga­tive sur les fi­nances pu­bliques (pour contraindre les fi­liales d’en­tre­prises étran­gères à payer l’im­pôt sur le bé­né­fice mon­dial ou le bé­né­fice conso­li­dé au Tchad), vé­ri­fier tous les contrats de ges­tion qui lient l’Etat aux opé­ra­teurs éco­no­miques, ap­pli­quer la ré­ci­pro­ci­té dans les droits de chan­cel­le­rie, et ré­vi­ser les per­mis d’ex­ploi­ta­tion des res­sources mi­nières. Au titre des dé­penses de fonc­tion­ne­ment et d’in­ves­tis­se­ment, il est re­com­man­dé le contrôle de la prise en charge fi­nan­cière des actes re­la­tifs aux mou­ve­ments du per­son­nel (une ré­duc­tion des charges de l’ordre de 500 mil­lions de F CFA est at­ten­due), la res­tric­tion au maxi­mum des frais de mis­sion et de trans­port (11 mil­liards de F CFA ont été à ce titre dé­pen­sés en 2014), la sus­pen­sion des prises en charge des ser­vices de base du per­son­nel (élec­tri­ci­té, eau et té­lé­phone). «Pour les pro­chaines an­nées, il fau­drait exa­mi­ner, au cas par cas, la si­tua­tion d’un agent pou­vant bé­né­fi­cier de cette prise en charge. La ré­duc­tion at­ten­due de ces dé­penses est de l’ordre de 2 mil­liards de F CFA», a pré­ci­sé Ngar­le­nan Docd­jen­gar, mi­nistre tcha­dien des Fi­nances et du Bud­get. Outre la ré­duc­tion des fonds spé­ciaux ac­cor­dés au pré­sident de la Ré­pu­blique, au Pre­mier mi­nistre et à l’As­sem­blée na­tio­nale, la me­sure phare reste la ré­duc­tion de 50%, pour les trois der­niers mois de l’an­née, des in­dem­ni­tés de tous les membres des grandes ins­ti­tu­tions de l’Etat: pré­si­dence de la Ré­pu­blique, pri­ma­ture, gou­ver­ne­ment, Haut conseil de la com­mu­ni­ca­tion, Cour su­prême, Cour des comptes, Conseil consti­tu­tion­nel, Conseil éco­no­mique, so­cial et cultu­rel. Si la ré­duc­tion est obli­ga­toire pour les ins­ti­tu­tions pré­ci­tées, il est «sol­li­ci­té» à l’As­sem­blée na­tio­nale de voir com­ment contri­buer à l’ef­fort na­tio­nal d’aus­té­ri­té. Pour le Pre­mier mi­nistre tcha­dien Kal­zeu­bé Payi­mi Deu­bet, la ré­duc­tion des in­dem­ni­tés qui per­met d’éco­no­mi­ser 3,2 mil­liards de F CFA, est un «si­gnal fort qu’on doit don­ner pour que l’en­semble des me­sures prises puissent por­ter leurs fruits». «Une com­mis­sion de sui­vi de la mise en oeuvre de la feuille de route, se­ra mise en place avec une com­po­si­tion di­ver­si­fiée», a-t-il pro­mis. «Notre pays fait face à une crise conjonc­tu­relle et cette crise af­fecte l’équi­libre de nos fi­nances pu­bliques et a éga­le­ment un ef­fet dé­vas­ta­teur sur notre éco­no­mie», a dé­cla­ré Ngar­le­nan Docd­jen­gar. La­dé­pen­dan­ce­des­ren­tes­ti­rées­des­res­sources na­tu­rel­les­dont­les­cours­sont­vo­la­tiles,la­faible mo­bi­li­sa­tion des res­sources liée au poids du sec­teur in­for­mel (un taux de pres­sion fis­cale de 10%, très en de­çà de la moyenne dans la sous-ré­gion qui tourne au­tour de 16%) ou le fi­nan­ce­ment des pro­jets sur fonds propres, uneaug­men­ta­tio­nex­po­nen­tiel­le­des­sa­laires du­rant­ces­dix­der­niè­re­san­nées,le­sen­ga­ge­ments­mi­li­tai­res­duT­chad­dans­la­ré­gion­quiont contri­buéà­plom­ber­ses­fi­nances,l’in­ter­ven­tion mi­li­tai­reauMa­liet­la­lu econ­tre­la­sec­teBo­ko Ha­ram au Ni­ge­ria et au Ca­me­roun voi­sins.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.