VERS UNE RÉ­VI­SION DU SYS­TÈME

La sa­tis­fac­tion des be­soins des ca­té­go­ries à faibles re­ve­nus en ma­tière d’ha­bi­tat est la prin­ci­pale préoc­cu­pa­tion du gou­ver­ne­ment. Une dy­na­mi­sa­tion du sec­teur, qui re­pré­sente 6.6% du PIB, est né­ces­saire. Elle doit même s’éla­bo­rer dans les plus brefs dé­lai

La Presse Business (Tunisia) - - SECTEUR -

La pro­mo­tion du sec­teur passe en pre­mier lieu par la ré­vi­sion des mé­ca­nismes de fi­nan­ce­ment et le ren­for­ce­ment des in­ter­ven­tions des fonds pu­blics, comme le Fonds de pro­mo­tion de lo­ge­ments et ce­lui de l’amé­lio­ra­tion de l’ha­bi­tat afin de mieux ré­pondre aux be­soins ré­si­den­tiels, en par­ti­cu­lier pour les faibles re­ve­nus. Il est éga­le­ment né­ces­saire de réviser la na­ture de l’offre for­melle en lo­ge­ment qui, ac­tuel­le­ment, ne cor­res­pond pas aux be­soins des couches so­ciales dé­fa­vo­ri­sées ni à une de­mande dif­fé­ren­ciée se­lon les ré­gions. D’autres ré­vi­sions sont éga­le­ment à en­tre­prendre afin de rendre l’ac­cès à la pro­prié­té moins pé­nible. Pour ce qui est des mé­ca­nismes de fi­nan­ce­ment, la lé­gis­la­tion ré­gis­sant le sec­teur de la pro­mo­tion im­mo­bi­lière est à re­voir, de fa­çon à don­ner plus d’in­té­rêt au lo­ge­ment so­cial. Plu­sieurs me­sures se­ront ain­si adop­tées, à com­men­cer par la créa­tion d’un ob­ser­va­toire na­tio­nal de l’ha­bi­tat char­gé de suivre et d’éva­luer les in­di­ca­teurs de ce sec­teur. La ré­vi­sion qui se­ra me­née d’ici à la fin de l’an­née en cours, est ex­pli­quée par le fait que le sec­teur de l’ha­bi­tat est me­na­cé par l’ex­plo­sion de l’in­for­mel et la des­truc­tion ur­baine. Cette si­tua­tion s’ex­plique de plu­sieurs ma­nières. Tout d’abord, la po­li­tique en­ga­gée, ju­gée in­suf­fi­sante, n’a pas su ré­sor­ber ces ten­dances. Il y a éga­le­ment la ra­re­té des ter­rains et la mon­tée ex­ces­sive du prix du fon­cier, ce qui ex­plique la faible pro­duc­tion de lo­ge­ments so­ciaux. Autre pro­blème cru­cial, la ren­ta­bi­li­té du mar­ché for­mel. Un nombre non né­gli­geable d’en­traves aux­quelles s’ajoute le non-ac­cès d’un nombre im­por­tant de la po­pu­la­tion au cré­dit à l’ha­bi­tat pour des rai­sons de non-sol­va­bi­li­té d’une part, ou d’in­for­ma­li­té et d’ir­ré­gu­la­ri­té de re­ve­nus .

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.