LA RE­CETTE POUR RE­LAN­CER LA CROIS­SANCE

Le pro­jet de loi de fi­nances 2016 se pro­pose de re­lan­cer, au cours de cet exer­cice, le dé­ve­lop­pe­ment du pays, en boos­tant trois mo­teurs de crois­sance : la consom­ma­tion, l’in­ves­tis­se­ment et l’élar­gis­se­ment de l’as­sie e fis­cale.

La Presse Business (Tunisia) - - BDUOSSISNIEESRS - Par BALKIS K.

S’agis­sant de la consom­ma­tion, le gou­ver­ne­ment mise beau­coup sur les der­nières ma­jo­ra­tions sa­la­riales pour voir les Tu­ni­siens consom­mer da­van­tage. Pour mé­moire, une en­ve­loppe de 650 MD a été al­louée aux aug­men­ta­tions sa­la­riales (pro­gramme gé­né­ral à par­tir du 1er jan­vier 2016 et pro­gramme spé­ci­fique à par­tir du 1er juillet 2016) ain­si que 300 MD au titre de la mise en oeuvre des ac­cords pré­cé­dents et la mo­bi­li­sa­tion de 112 MD au titre des avan­ce­ments ex­cep­tion­nels. Le mi­nistre des Fi­nances, Slim Cha­ker, a lan­cé un ap­pel aux consom­ma­teurs pour qu’ils consomment tu­ni­sien et contri­buent, ain­si, à l’ac­crois­se­ment de la pro­duc­tion na­tio­nale. Con­cer­nant les dé­penses de dé­ve­lop­pe­ment, le pro­jet de loi de fi­nances les es­time à 9,6 mil­liards de di­nars. Ce mon­tant est ven­ti­lé comme suit : in­ves­tis­se­ments di­rects (4,9 mil­liards), fi­nan­ce­ment pu­blic (1,9 mil­liard de di­nars), dé­penses de dé­ve­lop­pe­ment im­pré­vi­sibles (800 MD) et dé­penses de dé­ve­lop­pe­ment liées à des res­sources d’em­prunt ex­té­rieur (2,8 mil­liards de di­nars). Ces dé­penses de­vraient, se­lon les pro­jec­tions de ce pro­jet, per­mettre de réa­li­ser un taux de crois­sance de 2,5% et de créer 50 mille em­plois. Le gou­ver­ne­ment table, éga­le­ment, sur l’amé­lio­ra­tion de l’en­vi­ron­ne­ment des af­faires à tra­vers, no­tam­ment, l’adop­tion, dans les se­maines qui viennent, du Code de l’in­ves­tis­se­ment. Là aus­si, le mi­nistre des Fi­nances a lan­cé un ap­pel aux membres de la co­lo­nie tu­ni­sienne à l’étran­ger pour qu’ils in­ten­si­fient leurs in­ves­tis­se­ments dans le pays et pro­fi­ter des avan­tages mul­ti­formes ins­ti­tués à cette fin.

LUT­TER CONTRE LA FRAUDE FIS­CALE ET LA CONTRE­BANDE

Au rayon de l’élar­gis­se­ment fis­cal, le pro­jet de loi pré­voit moult me­sures vi­sant à élar­gir l’ap­pli­ca­tion de la TVA, à lut­ter contre la fraude fis­cale et contre le com­merce pa­ral­lèle et la contre­bande. Se­lon ce pro­jet, la TVA pas­se­rait de 18 à 20% et de 6 à 8% et son ap­pli­ca­tion se­ra élar­gie à des do­maines qui étaient exo­né­rés jusque-là, comme les ins­ti­tu­tions pu­bliques ou en­core le com­merce en dé­tail des mé­di­ca­ments et pro­duits phar­ma­ceu­tiques. Con­crè­te­ment, le taux de TVA, qui était de 12% pour les pro­fes­sions li­bé­rales (avo­cats, ex­perts, mé­de­cins, etc.) et de 18% pour les autres ca­té­go­ries pas­se­rait à 20%. Ces me­sures de­vraient per­mettre à l’Etat d’éco­no­mi­ser 500 mil­lions de di­nars (MD), et ce, par le pro­jet de loi qui re­com­mande de consa­crer ces éco­no­mies au sec­teur so­cial et au dé­ve­lop­pe­ment ré­gio­nal. Au su­jet de la lutte contre la fraude fis­cale, le pro­jet de loi pro­pose l’équi­pe­ment obli­ga­toire des ca­fés, res­tau­rants et hô­tels de caisses en­re­gis­treuses. Ob­jec­tif : mieux connaître le vé­ri­table chiffre d’af­faires im­po­sable. Les signes

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.