GRADUALISME CONTRE TRAI­TE­MENT DECHOC

La Presse Business (Tunisia) - - BDUOSSISNIEESRS -

C’est qu’après la concep­tion des ré­formes, on doit pas­ser dans la sphère du réa­li­sable, dé­li­mi­tée par la stra­té­gie d’im­plé­men­ta­tion des nou­veaux mé­ca­nismes de re­dis­tri­bu­tion des ri­chesses. «Quand il s’agit de chan­ger le mo­dèle de ré­par­ti­tion des ri­chesses, les fu­turs per­dants vont s’or­ga­ni­ser pour y ré­sis­ter. Alors que ceux qui vont ga­gner ne sont pas, gé­né­ra­le­ment, in­for­més de leurs bé­né­fices fu­turs, et ne sont pas as­sez puis­sants pour lan­cer une mo­bi­li­sa­tion quel­conque», com­mente M. Radhi Med­deb, fon­da­teur d’Ac­tion et dé­ve­lop­pe­ment so­li­daire. C’est pour­quoi il convient d’ex­pli­quer les ob­jec­tifs pour que la ma­jo­ri­té ne soit pas aus­si si­len­cieuse et s’ap­pro­prie le pro­jet, avant de se lan­cer dans toute ré­forme. Le tout, dans un cadre pé­da­go­gique sans, tou­te­fois, ver­ser dans la pro­pa­gande. En­suite, pour en­ga­ger une ré­forme, l’ar­bi­trage entre gradualisme et trai­te­ment de choc s’opère par rap­port à la pro­fon­deur de la ré­forme et la vi­tesse avec la­quelle on veut la mettre en oeuvre. Pour des ré­formes de la sim­pli­fi­ca­tion ad­mi­nis­tra­tive, où l’ob­jec­tif est d’éli­mi­ner cer­taines ré­gle­men­ta­tions ob­so­lètes, qui n’ont plus de rai­son d’être, le gradualisme n’a pas d’uti­li­té. Il est plu­tôt utile de les en­ga­ger au plus vite, pour que les gens per­çoivent que les choses changent, au concret.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.