UN AR­GU­MENT POUR LA NAIS­SANCE DE TU­NI­SAIR

La Presse Business (Tunisia) - - DOSSIER -

L’ar­ri­vée du fret aé­rien était comme une ré­ponse di­recte aux grèves ré­pé­ti­tives des trans­por­teurs ma­rins. Des sus­pen­sions d’ac­ti­vi­té qui avaient pour lourdes consé­quences des pertes consi­dé­rables. Le re­cours au fret aé­rien, en 1949, pré­sen­tait, lui, des avan­tages, dont no­tam­ment la ra­pi­di­té des li­vrai­sons, des pro­duits agri­coles pé­ris­sables. Les car­gos de Tu­ni­sair as­su­raient, deux fois par semaine, la li­vrai­son de ces pro­duits entre Tu­nis et Mar­seille. Une ac­ti­vi­té qui ren­force les orien­ta­tions du gou­ver­ne­ment tu­ni­sien quant au dé­ve­lop­pe­ment des ex­por­ta­tions entre les deux rives de la Mé­di­ter­ra­née, prin­ci­pa­le­ment entre la Tu­ni­sie, les pays scan­di­naves et la Suisse. D’ailleurs et à cette même époque, des Ha­li­fax trans­por­taient des clé­men­tines et les pre­mières oranges, très pri­sées en An­gle­terre. Suite à ces ac­ti­vi­tés gran­dis­santes, le gou­ver­ne­ment avait son­gé à la créa­tion de la Bourse du fret aé­rien, qui avait pour ob­jec­tif pre­mier de cen­tra­li­ser l’offre et la de­mande et as­su­rer la ré­par­ti­tion des ton­nages, afin de ré­duire les coûts. Hé­las, rien ne mar­chait comme pré­vu, et quelques mois plus tard, Tu­ni­sair dé­couvre que l’ac­ti­vi­té ne re­vêt plus la même im­por­tance. Quatre ap­pa­reils se sont alors trans­for­més en car­gos-mixtes pour trans­por­ter, en même temps, des pas­sa­gers.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.