L’ÉLAR­GIS­SE­MENT BOU­LE­VER­SE­RA-T-IL LES ROUTES MA­RI­TIMES ?

De­puis que le Pa­na­ma a pris le contrôle du ca­nal en 1999, en­vi­ron 5% du com­merce mon­dial y tran­site. Il a gé­né­ré 1,6 mil­liard de dol­lars de bé­né­fices avant im­pôts l’an der­nier sur des re­ve­nus de 2,4 mil­liards de dol­lars. Ce­la re­pré­sente jus­qu’à 10 % de la

La Presse Business (Tunisia) - - FINANCIAL TIMES - PAR WRIGHT, RA­TH­BONE, WEB­BER, HILLE

L’agran­dis­se­ment du ca­nal, un in­ves­tis­se­ment de 5,25 Mds $, va bous­cu­ler la na­vi­ga­tion com­mer­ciale mon­diale. “De moins en moins im­por­tant au fil des an­nées (...), le pas­sage de ton­nage est moins vo­lu­mi­neux, le chiffre d’af­faires a bais­sé, car pas as­sez pro­fond et trop étroit pour les gros pé­tro­liers”. Après une vi­site au Pa­na­ma il y a 40 ans, le ro­man­cier Gra­ham Greene avait pro­nos­ti­qué que le ca­nal se­rait chaque an­née moins stra­té­gique. Cette pré­vi­sion s’est confir­mée. Les na­vires sont main­te­nant trop gros pour tra­ver­ser le ca­nal. Au­jourd’hui, en­vi­ron la moi­tié des porte-conte­neurs à flot ou en com­mande dans le monde ne peuvent plus tra­ver­ser ses écluses. Les na­vires “Pa­na­max”, his­to­ri­que­ment conçus pour tran­si­ter par le ca­nal, sont dé­sor­mais peu nom­breux. Comme si ce n’était pas suf­fi­sant, la fonte des glaces de l’Arc­tique pour­rait éga­le­ment ou­vrir une voie de na­vi­ga­tion concur­rente au nord. Pour qu’il reste une grande voie com­mer­ciale mon­diale, les Pa­na­méens ont dé­ci­dé d’élar­gir le ca­nal, par ré­fé­ren­dum, il y a 8 ans. Ce chan­tier de 5,25 mil­liards de dol­lars a une an­née de re­tard, mais lors­qu’il se­ra ter­mi­né, fin 2015, voire dé­but 2016. Cer­taines des voies com­mer­ciales les plus im­por­tantes entre l’At­lan­tique et le Pa­ci­fique s’en trou­ve­ront trans­for­mées. Des en­tre­prises de lo­gis­tique, telles que les che­mins de fer amé­ri­cains tentent d’éva­luer si l’élar­gis­se­ment du ca­nal si­gni­fie­ra une aug­men­ta­tion consi­dé­rable des ex­pé­di­tions di­rectes vers l’Est des États-Unis. Der­niè­re­ment, le pré­sident pa­na­méen af­fir­mait que les tra­vaux d’agran­dis­se­ment “chan­ge­raient l’in­dus­trie ma­ri- time mon­diale”. Il a ajou­té que “Nous, Pa­na­méens, fran­chis­sons une étape his­to­rique”. Le ca­nal main­te­nant plus pro­fond et plus large per­met­tra le pas­sage de na­vires énormes ayant jus­qu’à trois fois la ca­pa­ci­té des plus gros na­vires qui le tra­versent ac­tuel­le­ment. Les au­to­ri­tés pan­améennes as­surent que le ca­nal, qui cé­lé­bre­ra son cen­te­naire l’an pro­chain, por­te­ra le ton­nage an­nuel (333 mil­lions de tonnes l’an der­nier) à plus de 600 mil­lions de tonnes en 2025. Le Pa­na­ma fait des pro­jec­tions op­ti­mistes, mais l’in­fra­struc­ture ré­gio­nale n’est pas en­core prête. De nom­breux ports amé­ri­cains sont in­ca­pables d’ac­cueillir de plus gros na­vires pas­sant via Pa­na­ma. Plu­sieurs ports tro­pi­caux sont éga­le­ment en lice pour de­ve­nir les «hubs en eaux pro­fondes» des pro­chaines dé­cen­nies. Des spé­cia­listes avancent que les pro­jets d’amé­na­ge­ments por­tuaires

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.