VOYAGE AUX SOURCES DU CA­FÉ

Le som­meil ? Est-ce que ce n’est pas un mau­vais sub­sti­tut de la ca­féine ?

La Presse Business (Tunisia) - - OUT OF BUSINESS - PAR Y.B.

LE « BREU­VAGE DU DIABLE » ?

Comme l’al­cool, comme les drogues au­jourd’hui dé­cré­tées illé­gales, le ca­fé a connu ses pé­riodes de pro­hi­bi­tion et pour­rait même en connaître en­core. A la Mecque, au XVIe s., on en brû­la des sacs en­tiers dans les rues, de quoi ex­ci­ter les na­rines des in­con­di­tion­nels de cette sub­stance par­fu­mée... Les contre­ve­nants pris sur le fait étaient ros­sés séance te­nante. Un siècle plus tard, l’Em­pire ot­to­man in­ter­di­sait cet ex­ci­tant, et les éta­blis­se­ments dans les­quels on le ser­vait étaient ra­sés. En 1674, alors que les ca­fés fleu­ris­saient à Londres, un groupe de femmes, qui se ré­cla­maient de mé­de­cins fran­çais et se­lon les­quelles le ca­fé nui­sait à la vi­gueur de leurs hommes, sup­pliait en termes fleu­ris le maire de la ville d’in­ter­dire l’élixir sus­pect : « …Ce fut avec un in­ex­pri­mable cha­grin que nous avons ré­cem­ment éprou­vé que nos ga­lants sont de­ve­nus de vé­ri­tables coq-moi­neaux, des êtres en émoi qui ar­rivent dé­bor­dants de fu­rie mais qui, dans la toute pre­mière

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.