OUTRE-AT­LAN­TIQUE

La Presse Business (Tunisia) - - OUT OF BUSINESS -

« On ne trouve pas plus de bon ca­fé amé­ri­cain que de rythm’n blues dans la mu­sique de Ver­di. » Op. cit. p. 275. Outre-At­lan­tique comme en Eu­rope, le ca­fé s’in­té­gra au quo­ti­dien des consom­ma­teurs, avec des va­riantes dans la ma­nière de le pré­pa­rer. Alors

MY­THO­LO­GIE PO­LI­TIQUE DU CA­FÉ

On a même par­fois ten­té d’ex­pli­quer l’his­toire de l’hu­ma­ni­té par le ca­fé, mé­lan­geant al­lé­gre­ment cor­ré­la­tions et causes. « Quand les Arabes étaient seuls à pro­duire du ca­fé, leur ci­vi­li­sa­tion sur­pas­sait toutes les autres. Quand ce pro­duit se ré­pan­dit chez les Ot­to­mans, ceux-ci de­vinrent les maîtres du plus puis­sant et du plus to­lé­rant de tous les em­pires exis­tant à cette époque. Son ap­pa­ri­tion en Grande-Bre­tagne lan­ça le peuple an­glais sur la voie de la do­mi­na­tion du monde. Ce fut dans les ca­fés de Pa­ris que la Ré­vo­lu­tion fran­çaise na­quit. Na­po­léon, grand bu­veur de ca­fé de­vant l’Eter­nel, condui­sit ses com­pa­triotes à la conquête de l’Eu­rope et tom­ba si­tôt après avoir eu la mau­vaise idée d’in­ter­dire la consom­ma­tion du pe­tit noir ché­ri des Pa­ri­siens. (…) Au temps où l’Amé­rique était une co­lo­nie, ses ha­bi­tants boy­cot­tèrent le thé. Ils se mirent à boire du ca­fé et un bou­le­ver­se­ment de l’équi­libre des puis­sances mon­diales s’en­sui­vit. » Et l’au­teur de conclure tris­te­ment : alors que les mys­tiques d’Ethio­pie et du Moyen-Orient croyaient qu’il don­nait ac­cès à Dieu, alors que les hu­ma­nistes laïques du XVIIIe s. eu­ro­péen s’en ser­vaient dans le cadre de l’édi­fi­ca­tion d’une so­cié­té gou­ver­née par la rai­son, nous autres Oc­ci­den­taux, nous nous en ser­vons pour nous dé­fon­cer. « …Cou­rir de plus en plus vite, de­ve­nir de plus en plus riche, dan­ser de plus en plus fré­quem­ment, jouer de plus en plus long­temps et être plus ca­mé que qui que ce soit au monde. » En ache­vant à re­gret cet ou­vrage pas­sion­nant qui re­pré­sente un vé­ri­table hymne à la cu­rio­si­té, émaillé d’anec­dotes pi­ca­resques, on se de­mande si l’état d’es­prit qui consiste à s’in­ter­ro­ger sys­té­ma­ti­que­ment sur ce qui nous en­toure, de près, comme de loin, ne re­pré­sente fi­na­le­ment pas la

ma­nies.■ meilleure des

NOTES :

* «Le breu­vage du diable. Voyage aux sources du ca­fé», Stewart Lee Al­len, Pe­tite Bi­blio­thèque Payot n° 706, Pa­ris 2009, 284 p. * De nom­breux his­to­riens at­tri­buent tou­te­fois aux Hol­lan­dais l’in­tro­duc­tion du ca­fé en Inde, vers 1680.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.