VERS UN MONDE IN­VI­VABLE

La Presse Business (Tunisia) - - HUMEUR - Par Mo­ha­med BOUAMOUD

Lo­gi­que­ment, nous de­vrions consi­dé­rer que nous sommes les tout der­niers chan­ceux que l’hu­ma­ni­té ait faits et connus jus­qu’ici, car nous ne se­rons plus là en l’an 2100. Fort heu­reu­se­ment, d’ailleurs. Les don­nées dé­mo­gra­phiques et éco­no­miques sont, en ef­fet, ef­frayantes, af­fli­geantes, et ne laissent pas en­tra­per­ce­voir le moindre pe­tit rai de lu­mière ou d’es­poir. Les pauvres na­tifs de l’an 2050 et plus vont souf­frir le mar­tyre et le cal­vaire. Que leurs fu­turs pa­rents le sachent dès à pré­sent. Se­lon l’ONU, la po­pu­la­tion mon­diale au 1er juillet 2015 est de 7,35 mil­liards, pré­ci­sant que chaque jour en­re­gistre l’ar­ri­vée de 400 mille nais­sances contre 156 mille dé­cès, soit 89 mil­lions de vi­vants de plus par an. Et comme tou­jours, ce sont les pays dé­ve­lop­pés qui sont les plus ra­tion­nels, puis­qu’ils ne re­pré­sentent que 17,3% de la po­pu­la­tion mon­diale, contre 82,7% pour le reste du monde dont, jus­te­ment, l’Afrique. Notre conti­nent a pla­cé la barre à 1 mil­liard en 2014 et, à ce rythme des nais­sances, va la por­ter à 4 mil­liards en 2100 (chiffres de l’ONU, bien sûr). Ce pro­nos­tic, s’il se vé­ri­fie, n’est pas tel­le­ment cho­quant en soi. Ce qui l’est vrai­ment, en re­vanche, c’est cette zone de tur­bu­lences éco­no­miques tous azi­muts dans la­quelle s’est en­gouf­fré le monde en­tier. Pre­nons le cas d’un pays que nous connais­sons tous et qui compte par­mi les na­tions dé­ve­lop­pées : la France. Vous avez sû­re­ment ap­pris que l’In­see a es­ti­mé à 10 % le taux de chô­mage frap­pant sa po­pu­la­tion ac­tive en 2015, soit 3.571.600 chô­meurs, très exac­te­ment. A ce taux, il va fal­loir ajou­ter toute cette vague de li­cen­cie­ments, et à com­men­cer par Air-France qui s’ap­prête à «adop­ter un im­por­tant plan de ré­duc­tion d’em­plois». En ce qui concerne la Tu­ni­sie (chô­mage es­ti­mé à 15,3 % en 2014 ; po­pu­la­tion en 2013 : 10,89 mil­lions), l’on a par­lé, il y a dé­jà plu­sieurs an­nées, de ce qu’on a qua­li­fié de ‘‘chô­mage fric­tion­nel’’, c’est-à-dire : l’in­com­pa­ti­bi­li­té, ou l’in­adé­qua­tion, entre les di­plômes dé­cer­nés par l’uni­ver­si­té et les be­soins réels de l’en­tre­prise éco­no­mique. On en a par­lé avec la pro­messe d’y re­mé­dier : on se de­mande si quelque chose a vrai­ment été faite dans ce sens. Et donc, un peu par­tout dans le monde en­tier, vous avez, d’un cô­té, des li­cen­cie­ments par cen­taines et, de l’autre, la fer­me­ture des vannes de re­cru­te­ments. Il ne fau­drait pas se faire des illu­sions : quand une en­tre­prise parle de re­struc­tu­ra­tion, c’est qu’elle va re­mer­cier nombre de ses em­ployés sans ja­mais les rem­pla­cer ; au mieux des cas, elle se dé­bar­rasse d’une di­zaine d’em­ployés pour en re­cru­ter un ou deux. Sans ou­blier le pro­grès tech­no­lo­gique, le ma­chi­nisme qui ne fait que sup­plan­ter l’homme dans son usine et même dans d’autres sec­teurs. Or, le chô­mage ne frappe pas l’in­di­vi­du seule­ment, mais, col­la­té­ra­le­ment et de plein fouet, les caisses de re­traite : qui va payer pour qui ? Va-t-on por­ter l’âge de la re­traite à 70 ans ?... Dans ce chaos gé­né­ra­li­sé, une seule chose va fleu­rir et s’épa­nouir : la mi­sère. La­quelle va en­gen­drer les ma­la­dies les plus in­vrai­sem­blables. Et ce n’est pas tout. Il y a aus­si les guerres avec leurs re­tom­bées dé­vas­ta­trices. Re­gar­dez ce qu’est de­ve­nu l’Irak. Re­gar­dez ce qui se passe en Sy­rie. Deux pays (pour ne ci­ter qu’eux) dont on voit mal la re­cons­truc­tion à plus ou moins brève échéance. L’ONU, pour re­ve­nir à elle, parle de…14 mil­liards d’êtres hu­mains à l’ho­ri­zon 2100. Heu­reu­se­ment que la Chine en gar­de­ra la part du lion chez elle. Mais même l’Afrique est tris­te­ment dy­na­mique dans ce sens : il pa­raît qu’en un siècle, sa po­pu­la­tion double. C’est très bi­zarre que les pays sous-dé­ve­lop­pés ne pro­duisent que des en­fants, pas autre chose. Dieu mer­ci, nous ne se­rons pas là en 2100.

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.