POUR UNE AP­PROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DU MONDE DU TRA­VAIL

Au com­men­ce­ment, un constat : les re­pré­sen­tants des syn­di­cats et du pa­tro­nat qui par­ti­cipent à l’ac­tuel round so­cial sur les ma­jo­ra­tions sa­la­riales dans le sec­teur pri­vé donnent l’im­pres­sion qu’ils portent des oeillères et ont ten­dance à ne pen­ser qu’au t

La Presse Business (Tunisia) - - BUSOSICNIAESLS -

Men­tion spé­ciale pour le pa­tro­nat qui a, sans grande convic­tion, constam­ment condi­tion­né les ma­jo­ra­tions sa­la­riales à l’amé­lio­ra­tion de la pro­duc­ti­vi­té. Néan­moins, le pa­tro­nat omet de si­gna­ler, ici, que la ré­cla­ma­tion d’un meilleur ren­de­ment au tra­vail n’est pas uni­que­ment tri­bu­taire du seul le­vier des ma­jo­ra­tions sa­la­riales.

LA PRO­DUC­TI­VI­TÉ EST TRI­BU­TAIRE D’UN EN­SEMBLE DE LE­VIERS

In­ter­ve­nant lors d’une confé­rence sur «la va­leur du tra­vail chez les Tu­ni­siens», Mme Riadh Zghal, uni­ver­si­taire, a re­le­vé que le tra­vail n’est pas le seul le­vier de la pro­duc­ti­vi­té. Elle a ci­té d’autres, en dont la main­te­nance, la bonne gou­ver­nance, l’as­su­rance qua­li­té, la chasse au gas­pillage : au­tant de le­viers à ac­tion­ner en­semble pour amé­lio­rer la pro­duc­ti­vi­té qui de­meure très faible en Tu­ni­sie, soit 52% contre 80% en Fin­lande, par exemple. du cô­té des syn­di­cats, il semble que le mo­ment soit ve­nu pour réviser leur ap­proche ex­ces­si­ve­ment re­ven­di­ca­trice. En at­ten­dant, ils ga­gne­raient à avoir à l’es­prit ce pré­cieux mé­ca­nisme de base, ce­lui-là même sur le­quel s’est ap­puyé le pa­tron des ré­formes à l’ori­gine de la pros­pé­ri­té que

Newspapers in French

Newspapers from Tunisia

© PressReader. All rights reserved.